Vaincre sans péril

Alors que d’aucuns concèdent aux libéraux une invincibilité qui les riverait au pouvoir, des militants du Parti québécois et de Québec solidaire proposent la création d’une forme d’union nationale avec la Coalition avenir Québec. Leur but : battre le parti hégémonique pour instaurer un mode de scrutin proportionnel.

Il est certes navrant de constater que le gouvernement du seul État où la petite minorité francophone en Amérique du Nord est majoritaire n’est pas appuyé par une majorité de cette minorité. Mais on conclut un peu vite que l’instauration d’un mode de scrutin proportionnel mixte, selon le modèle qui avait fait consensus en 2006, conduirait à l’éviction des libéraux du pouvoir. Avec le même pourcentage de votes qu’à la dernière élection — 42 % des votes exprimés dont 30 % chez les francophones —, rien n’est moins sûr : dans un système proportionnel, le parti qui détient une nette avance sur ses rivaux parvient habituellement à former une coalition de gouvernement. Dans le cas d’espèce, ce serait sans doute avec l’autre parti fédéraliste, la CAQ.

Quoi qu’il en soit, il est clair qu’un mode de scrutin proportionnel conviendrait mieux au réel multipartisme qui a remplacé ici le bipartisme traditionnel. En outre, améliorer la démocratie représentative — et ajoutons la démocratie dite citoyenne — s’impose au Québec après quatorze ans d’un règne libéral presque ininterrompu au cours duquel l’affairisme collusoire et la corruption ont alimenté le cynisme de la population envers la classe politique.

Certes, cette dévalorisation de l’État et de ses institutions favorise le statu quo puisque tout changement politique apparaît vain. Le slogan « Tous des pourris » fait mauvais ménage avec les grands projets de société.

Nous savons aussi que Philippe Couillard cultive une méfiance toute tocquevillienne à l’endroit de la démocratie dans son expression populaire. Il s’oppose à un mode de scrutin qui forcerait la recherche de compromis entre différents partis, empêchant une élite éclairée de procéder sans entrave à ce qu’elle conçoit comme de nécessaires et difficiles réformes. Le raisonnement est spécieux puisque des pays comme la Suède, dont le système électoral est proportionnel, ont réussi à réaliser des réformes des plus ambitieuses.

Maintenant que tous les partis d’opposition se sont unis pour réclamer un mode de scrutin proportionnel, c’est Philippe Couillard qui est le mieux placé pour s’atteler à cette réforme essentielle. Il faudra toutefois que le premier ministre, optant pour le bien commun, fasse sien le vers de Corneille « À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ».

À voir en vidéo