On achève bien les caribous

Afin de favoriser les intérêts privés d’une entreprise forestière en Abitibi, le gouvernement Couillard a fait fi des avis des scientifiques de l’État préoccupés par la survie d’une harde de caribous forestiers, une espèce vulnérable. La vingtaine de bêtes sauvages seront capturées pour finir leur vie au zoo de Saint-Félicien, dans le patelin et la circonscription du premier ministre.

En campagne électorale, Philippe Couillard nous avait prévenus : « pas une seule job dans la forêt » ne serait sacrifiée pour la protection des caribous forestiers au Québec. Il a tenu parole avec cette décision de laisser la société EACOM (anciennement Produits forestiers Domtar) construire un chemin forestier dans la réserve de biodiversité des Caribous-de-Val-d’Or, créée en 2009. La compagnie veut accéder « économiquement » à un approvisionnement annuel de 200 000 mètres cubes de bois sur un territoire situé à l’est de la réserve faunique.

Dans une lettre au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), EACOM indique en plus que la protection de l’habitat du caribou dans la région de Val-d’Or prive l’industrie d’un volume d’environ 1,2 million de mètres cubes de résineux matures, a rapporté Le Devoir. Les caribous enfin partis, que voilà une ressource exploitable.

Malheureusement pour eux, les caribous forestiers, dont on dénombre au Québec entre 5900 à 8500 têtes, comptent sur les forêts de résineux matures pour assurer leur survie, les mêmes que convoite l’industrie. Le combat est inégal : les caribous ne votent pas, contrairement aux travailleurs forestiers.

Le cabinet du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, aussi ministre responsable de la région Abitibi-Témiscamingue, a donné l’assurance que le déménagement de la harde de caribous n’est « aucunement » lié à la construction du chemin forestier. L’expression « mentir comme un arracheur de dents » vient spontanément à l’esprit.

Pour l’ensemble des habitats du caribou forestier, le gouvernement a adopté en 2005 un plan de redressement pour l’espèce. Ce plan impose des règles plus strictes aux exploitants forestiers actifs dans ces habitats. Mais les mesures de protection sont décriées par les milieux économiques. Accommodant, le gouvernement libéral a reporté l’application de ce plan dans son intégralité.

Cela contraste avec le discours que tient Philippe Couillard sur le « saccage » d’Anticosti que commettrait Pétrolia en forant quelques puits sur une île qui s’étend sur 250 kilomètres. Bien réel celui-là, le saccage de l’habitat des caribous en forêt boréale ne soulève pas chez lui la même passion.

 

En décembre 2015, lors de la réunion COP21 à Paris, Philippe Couillard avait projeté une image résolument environnementaliste, annonçant qu’il n’y avait pas d’avenir pour les hydrocarbures au Québec et la fin du gaz naturel en 2050. Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, avait toutefois voulu nuancer ces propos. « Jugez nos actions depuis que nous sommes là », avait-il déclaré.

En effet, il existe souvent un décalage entre la posture environnementaliste du gouvernement Couillard et ses actions en faveur d’intérêts privés. L’an dernier par exemple, il aura fallu l’intervention d’Ottawa pour assurer la protection partielle d’un des derniers habitats au Québec de la rainette faux-grillon, habitat menacé par un développement immobilier appuyé par les libéraux.

Le même gouvernement avait autorisé TransCanada à faire des forages exploratoires à Cacouna, dans une zone de reproduction du béluga, autorisation qui fut bloquée par la cour avant d’être annulée. Dans le cadre de sa Stratégie maritime, il envisage de créer une zone industrialo-portuaire à Cacouna, et une autre à Saguenay, dont le béluga fréquente le fjord. Or Ottawa a confirmé, mercredi, l’inscription officielle du béluga du Saint-Laurent comme espèce en voie de disparition. Philippe Couillard affirmera-t-il que « pas une seule job » ne sera perdue à cause des bélugas ?

En matière d’aires protégées, le gouvernement libéral rate ses objectifs en milieu terrestre. Pour ce qui est du milieu marin, c’est pire : à peine 13 % de l’objectif est atteint.

Considérée dans son ensemble, une économie verte peut être créatrice d’emplois. Mais la protection de l’environnement, à commencer par la désignation d’aires protégées, entraîne des contraintes à l’activité économique. À moins qu’on change les règles au cas par cas. Et il n’y a plus alors de politique environnementale qui tienne.

23 commentaires
  • Eric Vallée - Inscrit 8 mai 2017 00 h 24

    -

    "Le combat est inégal : les caribous ne votent pas, contrairement aux travailleurs forestiers."
    Oui c'est vrai. Disons aussi que les caribous ne sont pas aussi pesants que la Domtar auprès du parti libéral.

  • Nadia Alexan - Abonnée 8 mai 2017 01 h 39

    Travaillent-ils pour les citoyens ou pour les intérêts privés?

    Selon Robert Dutrisac, «L’expression « mentir comme un arracheur de dents » vient spontanément à l’esprit.»
    Il n'y a pas une journée qui passe sans que ce gouvernement se plonge dans les mensonges cauchemardesques. Est-ce que le mot "honte" n'a pas de signification pour eux? Travaillent-ils pour les citoyens ou pour les intérêts privés? Les décisions du gouvernement Couillard sont scandaleuses.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 8 mai 2017 09 h 43

      Scandaleux aussi que certains Solidaires souhaite la réélection du gouvernement toxique de Couillard.Alors Mme Alexan le cauchemar
      continuera.SVP faites quelque chose.

    • Richard Olivier - Inscrit 8 mai 2017 12 h 32

      Mais qui vote pour ses destructeurs de notre société et de notre NATION française?

  • Jean-Pierre Lusignan - Abonné 8 mai 2017 05 h 50

    Si administrer est prévoir, notre gouvernement est un bien piètre administrateur

    Les gens ont besoin d'emplois pour vivre et les emplois préférés seront, pour le moment, ceux auxquels ils sont habitués, probablement d'ailleurs les seuls qui leur seront offerts. Leur appétit est immédiat et qu'importe si, dans quelques années ils n'auront plus ni caribous et ni arbres à couper. Ces caribous sont à notre merçi. Alors que faire? Aménager l'avenir dès maintenant, ce que notre gouvernement refuse de faire autrement qu'en paroles. Un bien mauvais gouvernement que celui-ci, ne serait-ce qu'en raison de ses mensonges et du cynisme engendré dans la population, celle-ci voyant bien qu'il fait le contraire de ce qu'il dit.

  • Gilles Racette - Inscrit 8 mai 2017 06 h 35

    finalement

    on en vient a la conclusion que la protection de l'histoire du Québec avec tout ce que cela compose, incluant la langue française n'a pas ou peu d'importance pour le gouvernement sous la direction de Couillard. Je suis d'accord avec vous sauf pour ce qui concerne l'ile d'Anticosti, le début d'un saccage, ça commence par quelques petites permissions ici et là, comme ici, ça aussi.

  • Patrice Bolatre - Abonné 8 mai 2017 07 h 31

    Du dégoût...

    Ce qui me dégoute ce n'est pas tant l'attitude exploitante de certains hommes politiques qui se font élire sur un plan clair, il sont élus et font ce qu'il dise.
    Mais les mielleux, ceux qui se qui courent au devant d'une mouvance en s'écriant «Suivez-moi!» pour changer de côté au passage d'une cohorte allant en sens contraire.
    Ce sont ces mielleux nimbés dans leur condescendance opportuniste qui provoque chez moi un profond dégoût.

    Pour reprendre Péloquin, vous n'êtes pas tanné de voter bande de caves!