Un désaveu du DPCP

Le président de la Fraternité des policiers de Montréal, Yves Francoeur, va très loin avec ses révélations sur le torpillage des enquêtes criminelles visant les libéraux. Son pari est risqué.

C'est une histoire qui réunit tous les ingrédients d’une recette à succès : élus libéraux, corruption, trafic d’influence, enquête avortée, interférence politique, mafia, immobilier, financement politique.

En quelques minutes sur les ondes du 98,5 FM, le président du plus puissant syndicat policier au Québec, Yves Francoeur, a semé la pagaille à l’Assemblée nationale, à l’Unité permanente anticorruption (UPAC) et au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Ses révélations sont dignes des meilleures séries à suspense. Il ne manque que des noms sur une galerie de personnages dont il a esquissé les contours avec peu de précisions.

Ainsi, deux membres de la famille libérale, l’un actif, l’autre à la retraite, auraient été visés par une enquête sur des activités de financement politique impliquant un promoteur immobilier relié à la mafia.

L’enquête décrite par Yves Francoeur, appuyée par de la filature et de l’écoute électronique, daterait de 2012. « Si ce n’est pas deux élus libéraux, les accusations sont déjà déposées à la cour », a avancé M. Francoeur.

Le dossier aurait été bloqué « en haut du procureur de la Couronne », ce qui laisse supposer qu’il y a eu de l’interférence dans les hautes sphères du DPCP.

L’histoire semble trop grosse pour être vraie. Et pourtant, tout est plausible. De Gilles Vaillancourt à Michael Applebaum, en passant par Nathalie Normandeau et Marc-Yvan Côté, les intrigues politiques au Québec dépassent, et de loin, les meilleures oeuvres de fiction.

M. Francoeur accrédite la thèse du chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, qui se demande lui aussi si les enquêtes pour corruption avortent en raison de l’existence d’une « immunité libérale » dans le système judiciaire.

Les difficultés rencontrées par l’UPAC dans ses enquêtes sur le financement illégal du PLQ suscitent bien de la méfiance et des interrogations, mais peu de gens se sont aventurés aussi loin que M. Francoeur. Ce policier d’expérience sait qu’il joue gros. Si ses déclarations s’avèrent non fondées, les répercussions sur sa carrière seront catastrophiques. Il pourrait faire lui-même l’objet d’une enquête pour méfait public. Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a d’ailleurs souligné la gravité du geste posé par M. Francoeur. Sa sortie a suscité un malaise qui déborde des rangs libéraux.

La directrice des poursuites criminelles et pénales, Annick Murphy, a remis en question les motivations de M. Francoeur. Me Murphy n’a jamais vu la couleur du dossier explosif. Elle est en poste depuis janvier 2015, alors que les événements décrits par M. Francoeur remontent à 2012.

Sans doute piquée au vif par cette attaque contre l’indépendance et la réputation du DPCP, Me Murphy a demandé à Yves Francoeur de lui transmettre toutes les informations sur ce « supposé dossier ». La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, en a fait autant. C’est un mauvais réflexe de la part des deux plus hautes responsables de la justice, qui vont à l’encontre des principes de la séparation des pouvoirs et de l’indépendance des institutions.

C’est à l’UPAC, et non au DPCP, d’enquêter sur les allégations d’Yves Francoeur. Si elles s’avèrent fondées, les responsables du torpillage au sein du DPCP devront répondre de leurs actes. Cette affaire est si grave qu’elle ne peut rester impunie. Quelqu’un devra porter le bonnet d’âne. Si ce ne sont pas les membres du DPCP, passés ou présents, ce sera Yves Francoeur.

Celui-ci n’est pas sans savoir qu’il a dérogé au comportement attendu d’un policier et à son serment d’honneur. Dans la normalité des choses, il aurait dû signaler au corps policier responsable des enquêtes sur la corruption, l’UPAC, les gestes fautifs qu’il impute à des officiers de justice au sein du DPCP.

Les fuites dans les médias sur les enquêtes de corruption qui ne débloquent pas, ciblant des libéraux, et le coup de théâtre d’Yves Francoeur procèdent de la même logique. Il s’agit de symptômes d’une perte de confiance qui s’étend maintenant au monde policier. « On fait notre travail et ça ne débouche pas. C’est déprimant », a dit M. Francoeur. S’il a choisi une tribune radiophonique pour s’exprimer, c’est bien la preuve qu’il doute de la volonté des institutions de pousser les enquêtes épineuses jusqu’à leur conclusion.

Sa sortie est l’équivalent d’un défi tordu posé à l’UPAC et surtout au DPCP. Il les invite en quelque sorte à prouver qu’il a tort.

22 commentaires
  • Gaetan Fortin - Abonné 29 avril 2017 02 h 32

    Quand on perd son couvre-chef

    Mesdames et messieurs
    Nous vivons des heures historiques! Quoi qu'il advienne, chapeau melon ou chapeau d'âne, des têtes devront être coiffées et certaines tomber, autrement je ne réponds de rien...

  • Jacques Lamarche - Abonné 29 avril 2017 06 h 26

    Le temps le dira!

    Si dans les années qui viennent, aucune accusation n'est portée, alors on saura que les soupçons d'une immunité étaient fondés! Jusqu'ci, tout le laisse penser. Mais il sera bien tard quand viendra la vérité!

    • Francois Cossette - Inscrit 1 mai 2017 13 h 06

      Et il faudrait être naif qu'un possible prochain gouvernement non libéral, veuille faire la lumiere sur tout cela. Les politiciens se protegent entre eux, comme dans la mafia, la loie du silence, la cosa nostra.

  • Marino Tremblay - Abonné 29 avril 2017 06 h 56

    Un procès pour Mr Francoeur?

    Ce serait parfait. Plusieurs policiers ou ex policiers cités à témoins, seraient surement heureux de déballer en cour, libérés de leur secret professionnel, tout ce qu'ils savent sur les magouilles véhiculées du parti libéral, de l'UPAC, du DPCP et de la SQ tous nommés à leur poste par le parti libéral.

    Je doute que quelqu'un osera l'amener en cour.

    • Pierre Beaulieu - Abonné 1 mai 2017 11 h 18

      Je suis d'accord! Mais contrairement à ce que les gens concernés souhaiteraient, il faut agir maintenant. Le temps favorise les manipulations en tous genres, incluant la disparition de preuves, la manipulation des témoins... L'UPAC doit démontrer qu'elle n'est pas de ce complot évident et rendre l'information publique s'il le faut quitte à sacrifier certaines preuves en justice.

  • Louis Gérard Guillotte - Abonné 29 avril 2017 08 h 08

    Le congé sabbatique de Philippe Couillard

    Nous sommes,peut-être, à même de mieux comprendre pourquoi le future candidat à
    la chefferie du PLQ aura quitté le navire et son poste de ministre de la Santé,compte
    tenu de son ambition à être élu Premier ministre.Fin renard,il aura flairé que la soupe
    était devenue trop chaude et qu'il risquait,un jour ou l'autre,de s'y brûler le bout des
    doigts.

    Elu donc à l'étouffée,Philippe Couillard,n'ayant pas les couilles d'un lançeur d'alerte,se
    gargarise aujourd'hui à même une méconnaissance immunitaire et immuable!

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 29 avril 2017 08 h 21

    Espérons que la lenteur de l'UPAC

    se prolonge jusqu'aux prochaines élections.Que les médias en parle a tous les jours.
    L'UPAC sera-t-elle la suite de la Commission Charbonneau qui a manqué des cibles
    aussi grandes qu'un terrain de jeu et se servira de l'échec de celle-ci pour excuser le sien. La question demeure : a qui profite ce cafouillage?