Le tripoteur

Dans son discours du budget mardi, le ministre des Finances Carlos Leitão s’est réjoui de la création de 90 800 emplois au Québec en 2016. Depuis mai 2014, à l’arrivée du gouvernement Couillard, il s’est créé 150 500 emplois, s’est-il targué. Ainsi, les libéraux sont en bonne voie de remplir leur promesse électorale de créer 250 000 emplois en cinq ans, a soutenu le ministre.

Or ces données ne correspondent pas à la réalité. Et les bonzes du ministère des Finances et Carlos Leitão, un économiste respecté, le savent.

En fait, selon Statistique Canada, il s’est créé au Québec 36 100 emplois en 2016 et 37 300 en 2015. En 2014, il s’en est perdu 11 000. Les chiffres pour 2016 et 2017 sont repris dans les documents budgétaires de l’année. On peut y lire aussi que le ministère des Finances prévoit la création de 40 000 emplois l’an prochain et de 30 000 emplois en 2018. En trois ans, il s’est donc créé 62 400 au Québec. Sur une période de cinq ans, de 2014 à 2018 inclusivement, on peut envisager que le Québec comptera 132 400 emplois de plus.

On est loin du chiffre magique de 250 000. Et ni la promesse libérale ni les chiffres brandis par le ministre des Finances ne tiennent la route.

D’où vient ce mirobolant chiffre de 90 800 emplois dont s’est vanté Carlos Leitão ? Il s’agit tout simplement de la donnée mensuelle de Statistique Canada sur le nombre d’emplois au Québec du mois de décembre 2016, auquel on soustrait le nombre du mois de janvier 2016. Or ces données, tirées de sondages, fluctuent énormément. Il est trompeur de les utiliser comme l’a fait le ministre. Pour contrer les distorsions, Statistique Canada revoit les données mensuelles qu’elle collige pour établir des moyennes qui se veulent fidèles à la réalité.

Au huis clos du budget, Carlos Leitão a expliqué qu’en tant qu’économiste, il utilisait allègrement les données mensuelles. L’une ou l’autre des méthodes se vaut, a-t-il affirmé en substance.

S’il s’abaisse à déshonorer sa profession en tripotant les statistiques, c’est que le politicien qu’il est devenu cherche à justifier une promesse outrancière qui faisait image. L’objectif de 250 000 emplois est tout simplement irréaliste compte tenu d’un contexte démographique marqué par la contraction du bassin de main-d’oeuvre. Le ministre aurait pourtant pu se féliciter des données réelles qui montrent une forte création d’emplois.

« Je ne crois jamais une statistique à moins de l’avoir moi-même falsifiée », a dit Churchill. Carlos Leitão, lui, fait semblant d’y croire.

12 commentaires
  • Jacques Lamarche - Inscrit 30 mars 2017 01 h 42

    Le mensonge, rien ne l'interdit s'il porte des fruits!

    Si M. Laitao se permet des propos aussi faux, il y a lieu de penser qu'il ne craint pas d'être confronté à la vérité. Il semble estimer que l'opposition est muselée et que les médias, hormis Le Devoir, lui sont acquis, que la démagogie ne lui causera aucun souci.

    Il faut espérer qu'il se soit trompé et que le monde l'information ne soit pas à ce point contrôlé et utilisé.

  • Raynald Richer - Abonné 30 mars 2017 07 h 10

    Faits alternatifs libéraux


    90 800 emplois fictifs au lieu de 62 400 emplois réels.

    Comme quoi, il n’y a pas que de l’autre côté de la frontière où l’on utilise des faits alternatifs.

    • Francois Cossette - Inscrit 31 mars 2017 12 h 56

      De la le nouvel adage : Menteur comme un politicien du plq

  • Sylvio Le Blanc - Abonné 30 mars 2017 07 h 38

    J'étais sûr que M. Dutrisac serait un bon éditorialiste

    Bravo !

  • Linda Dauphinais - Inscrit 30 mars 2017 08 h 22

    Les amateurs de leurres (leurres aux saumons, leurres aux citoyens... alouette...)

    Amertume, dégoût, incrédulité devant tant de manipulation de faits ou de paroles ou de statistiques... Ces pantins dédiés au dieu de l'ARGENT AVANT TOUT, démantèlent tous nos services publics depuis longtemps... trop longtemps... Saurons-nous y mettre un terme... userons-nous de notre jugement pour dire et signifier que LA PORTE EST PAR LÀ... Les élections sont pour bientôt... Impliquez-vous, lisez beaucoup et différentes sources d'information... pas seulement La Presse... pas seulement le Journal de Montréal... pas seulement le Journal Métro... pas seulement Le Devoir... Multipliez les sources et lisez même à propos du Québec dans d'autres journaux, soit européens, canadiens-anglais... Cela aide à voir mieux la MACHINE... et de décider si nous voulons que notre peuple vive selon ces paramètres manipulés ou non...

  • Michel Lebel - Abonné 30 mars 2017 09 h 00

    Distinguons!

    Observation: les gouvernements créent eux-mêmes peu d'emplois; cette création vient essentiellement du secteur privé. Les gouvernements adoptent des mesures pour faciliter la création d'emplois. Il faut bien distinguer entre qui fait quoi!


    M.L.

    • Richard Génois Chalifoux - Inscrit 30 mars 2017 09 h 21

      Autrement dit, le gouvernement propose et le privé dispose.
      En quoi cela fait-il du 250,000 emplois de Carlos une réalité?

    • Michel Lebel - Abonné 30 mars 2017 11 h 50

      @ Riachard Génois Chalifoux,

      Si je saisis bien la situation économiqe du Québec, celle-ci va plutôt bien depuis quelque temps, donc on peut croire que l'emploi va de même. Quant aux statistiques et aux chiffres, on (les politiciens) peut leur faire dire ce que l'on veut! À prendre donc avec beaucoup de grains de sel, peu importe les partis politiques qui les traitent.


      M.L.