Étendre la gratuité au préscolaire

Une commission itinérante, mise sur pied par l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE), vient de recommander la gratuité des services éducatifs pour les enfants de 0 à 5 ans. Or, depuis deux ans, le gouvernement Couillard s’évertue à faire des économies à ce chapitre. Quitte à réduire la qualité globale des services en multipliant les places dans les garderies commerciales.

était la grande idée de la Commission de révision permanente des programmes que présidait en 2014 l’ancienne ministre libérale Lucienne Robillard, appuyée par Robert Gagné et Claude Montmarquette, deux économistes dont l’implacable logique comptable et néolibérale fait leur fierté : moduler les frais de garde en fonction des revenus des parents et favoriser l’essor des garderies privées non subventionnées de façon à tirer parti de la fiscalité fédérale.

Le mouvement avait commencé en 2009 sous le gouvernement Charest avec une bonification du crédit d’impôt pour les frais de garde payés aux garderies non subventionnées. De 2009 à 2014, le nombre de places dans ces garderies est passé de 5000 à 45 000. À compter de 2014, les freins appliqués au développement des places dans les centres de la petite enfance (CPE) et la modulation des tarifs ont permis à ces garderies privées d’accroître à 58 000 le nombre de places qu’elles offrent. Pour les parents dont le revenu familial est de 75 000 $ et plus, la modulation fait en sorte qu’envoyer ses enfants dans un CPE coûte désormais plus cher que de le faire dans une garderie commerciale. Pour les autres, la différence est insignifiante, de 6 à 8 cents par jour en faveur des CPE.

Le plan Gagné-Montmarquette a parfaitement fonctionné : le gouvernement Couillard a réussi à réduire ce qu’il lui en coûte et le gouvernement fédéral assume une plus grande part de la note en raison des déductions fiscales plus élevées.

Mais là où le bât blesse, c’est que la qualité du service n’est pas la même. Les études québécoises ou canadiennes confirment que les services de garde à but non lucratif fournissent en général un bien meilleur service ; l’écart est d’ailleurs important.

La Commission de l’éducation à la petite enfance a recommandé que les services éducatifs pour les tout-petits soient gratuits, au même titre que l’école. Les investissements publics en éducation préscolaire sont plus bénéfiques que ceux qui sont consentis plus tard, relève la commission. Pour les enfants qui éprouvent des difficultés d’apprentissage, il est prouvé que plus on intervient tôt, plus on augmente leurs chances de réussite.

Certes, la gratuité des services éducatifs à la petite enfance apparaît utopique. Mais dans les années 1950, la mise sur pied d’un réseau public et universel d’éducation semblait tout aussi irréaliste.

Le gouvernement Couillard pourrait procéder par étapes : cesser, dans un premier temps, de compromettre la qualité des services de garde en coupant court à la prolifération des garderies commerciales et offrir l’accès gratuit aux CPE aux enfants des milieux défavorisés.

Amorcé sous le gouvernement Marois en 2013-2014, le développement de la maternelle 4 ans dans les milieux défavorisés est une autre façon d’arriver aux mêmes fins. Mais l’initiative avance à pas de tortue. Au rythme actuel de 100 classes par an, il faudrait une dizaine d’années pour que tous les enfants de ces milieux puissent la fréquenter. Et une quarantaine d’années pour que la maternelle 4 ans soit offerte à tous les enfants, tous milieux confondus.

Philippe Couillard affirme la main sur le coeur que l’éducation est sa priorité. Maintenant que les finances publiques sont assainies, le premier ministre peut montrer qu’il est sérieux.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Yvon Robert - Abonné 4 mars 2017 08 h 43

    Prêcher pour sa paroisse

    Ça s'appelle prêcher pour sa paroisse.On peine à améliorer le réseau actuel de l'éducation et on en mettrait un autre en place.La vraie raison de la création des CPE était de récupérer le travail au noir,dixit une député péquiste.Le mouvement actuel est poussé par les centrales syndicales,le réseau actuel des garderies est devenu une source importante de cotisations,on a même syndiqué les garderies en milieu familial.L'état ne doit occuper toute la place,les enfants en garderie,les vieux en CHLD.

    • Patrick Boulanger - Abonné 5 mars 2017 08 h 45

      Prêcher pour sa paroisse?

      Pourqoi dites-vous cela? Le Devoir n'est pas une centrale syndicale. Cela dit, même si les CPE deviennent gratuits, il va rester des garderies commerciales au Québec, M. Robert. Par ailleurs, même si l'objectif au départ était de récupérer le travail au noir, il n'en demeure pas moins que « les services de garde à but non lucratif fournissent en général un bien meilleur service ». Ce qui n'est pas négligeable comme argument en faveur de la gratuité pour les CPE.

  • Bernard Terreault - Abonné 4 mars 2017 09 h 19

    Mais voilà

    Si ça coûte plus cher à Québec et rapporte moins d'Ottawa, le Québec est financièrement perdant. On paye pour faire différement du ROC.

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 5 mars 2017 09 h 00

    Comptez sur Couillard pour aider les favorisés

    et suttout ne pas aider les défavorisés,C'est ca etre sans vision et sans ame,
    oOu encore protéger les banques et les paradis fiscaux etc...