S’inventer des dragons

Appelé à commenter l’accession de Jean-François Lisée à la direction du Parti québécois, Philippe Couillard n’a pas seulement eu une réaction excessivement antinationaliste ; pire, il a procédé à une diabolisation outrancière de son nouvel adversaire. Un populisme qui mérite condamnations.

Dans son discours d’ouverture de mai 2014, Philippe Couillard promettait d’instaurer un nouveau ton en politique québécoise, lequel serait empreint de « respect réciproque et d’écoute ». Entre les politiciens bien sûr, il y a des « différences marquées sur certains enjeux », notait-il. « Cela est sain, nécessaire […]. Mais souvenons-nous que lorsque l’on tente de rabaisser l’autre, c’est souvent soi-même que l’on ternit. » Or, M. Couillard s’est « terni » en attaquant sans vergogne son nouvel adversaire, Jean-François Lisée, ainsi que son parti, samedi en Islande, multipliant les formules : discours « d’exclusion », « parenté familière » avec les partis d’extrême droite européens, etc.

Le porte-parole du premier ministre a tenté d’atténuer l’association PQ-extrême droite ; il n’aurait fustigé que le populisme. En fait, ses propos furent pires encore. Il a dénoncé « une sorte de nationalisme d’assiégés, de nationalisme de peureux essentiellement, des gens qui ne veulent pas faire face à la diversité, qui préfèrent que le Québec reste replié sur lui-même [serait-il replié actuellement ?]. On le voit aux États-Unis, on le voit en Europe. C’est un mouvement foncièrement négatif pour l’humanité ». Comment donc avoir du « respect » et faire preuve « d’écoute » pour un mouvement qui est « foncièrement négatif pour l’humanité » ?

Dans Les mots, Jean-Paul Sartre écrivait : « N’est pas héros qui veut ; ni le courage ni le don ne suffisent, il faut qu’il y ait des hydres et des dragons. » En dressant un noir portrait de M. Lisée et du PQ, M. Couillard s’invente des dragons. Lui-même si chatouilleux sur les mots — dites « rigueur » et non « austérité » ! —, il sait très bien ce qu’il a fait samedi : lepeniser, trumpiser, voire nazifier le PQ.

Dans ce dernier cas, c’est une vieille manie, entre autres héritée de Trudeau père, lequel avait qualifié le projet souverainiste, devant le Congrès américain, de « crime contre l’histoire du genre humain » (!). Combien de fois les péquistes de la première heure, par exemple Camille Laurin, père de la loi 101, ont été traités de « nazis ». Deux décennies plus tard, le libéral Stéphane Dion qualifiait pourtant cette loi de « grande loi canadienne ». La loi 101 — qui serait sans doute qualifiée de « fasciste » par bien des multiculturalistes bien-pensants d’aujourd’hui — a pourtant permis, malgré les assauts de la Cour suprême justifiés par la Charte imposée de Trudeau père, de faire du français à Montréal une sorte de creuset. Creuset faible, certes, et friable. Mais depuis 1977 au Québec, la langue française n’appartient plus seulement aux Couillard et aux Tremblay, aux « de souche », mais à tous les nouveaux arrivants ; et aux jeunes anglophones. Autrement dit, ceux qui se firent traiter de nazis — Lévesque, Laurin, etc. — auront, bien plus que leurs « nazifieurs » de l’époque, réussi à renforcer le pluralisme du Québec. En prouvant qu’en Amérique du Nord, la diversité peut éclore en français. M. Lisée semble vouloir perpétuer et renforcer cette visée.

Le nouveau chef péquiste a certes eu ses excès durant la campagne. Lorsque, par exemple, il a soutenu que notre seul choix était « de débattre de l’interdiction de la burka AVANT qu’un djihadiste s’en serve pour cacher ses mouvements pour un attentat »… Par ailleurs, on lui a reproché à tort d’avoir affirmé que le Québec devait se limiter à une immigration européenne. Les comptes-rendus de la conférence de presse où il aurait prononcé une telle énormité sont divergents ; et la transcription de celle-ci nous convainc que M. Lisée n’a jamais défendu une telle position et l’a même explicitement rejetée.

Qui veut tuer son chien l’accuse d’avoir la rage. Et la rage, à notre époque, est évidemment le populisme et l’extrême droite. Mais les extrêmes se rejoignent : il y a aussi un populisme antiraciste, multiculturaliste, malsain, pour lequel toute volonté de former une nation, de perpétuer un héritage, est suspecte. Le philosophe canadien-anglais Will Kymlicka a d’ailleurs déjà répondu à ce courant en ces termes : « Loin de tenter de préserver quelque forme de pureté raciale, les nationalistes québécois cherchent activement à convaincre des personnes d’autres origines, cultures et croyances de se joindre à eux, de s’intégrer, de se marier avec eux et de les aider à construire une société moderne, pluraliste, distincte [francophone] au Québec. » De la lecture pour M. Couillard.

À voir en vidéo