Amnésie festive

Il n’est pas commun que les organisateurs d’une fête soient blâmés par l’Assemblée nationale. C’est arrivé jeudi lorsque les députés, à l’unanimité, ont été obligés de rappeler que le 375e de Montréal, financé par des fonds publics, avait le devoir de respecter le français. Cet épisode — en soi mineur — en dit toutefois beaucoup sur une dérive plus large : la vision hyperfestive, anhistorique, de cette organisation.

Sur une affiche, en gros et en gras, on pouvait lire « Montréal gets moving ». En bas, en plus petit et en caractères normaux : « Montréal bouge ». Posaient fièrement, devant l’affiche, des organisateurs du 375e de Montréal, dont le commissaire aux célébrations, Gilbert Rozon. Quand des internautes dénoncèrent le renversement évident de la règle de la nette prédominance du français — imposée par la Cour suprême depuis le début des années 1990 et inscrite dans la loi 101 —, l’organisme s’expliqua ainsi : « L’anglais est utilisé en premier seulement parce qu’il s’agit d’un événement destiné à des visiteurs de l’étranger ! » Précisons le contexte : la photo avait été prise à Rendez-vous Canada 2016, une foire touristique. Le lieu ? Montréal. Bref, si l’on en croit le 375e, dès que des « visiteurs étrangers » sont concernés, la loi 101 devrait s’effacer. Même si on se trouve à Montréal ! Même si, comme les parlementaires l’ont rappelé dans leur excellente motion de jeudi, l’article 1 de la Charte de la Ville de Montréal indique que Montréal est une ville de langue française ; même si l’article 1 de la Charte de la langue française indique que le français est la langue officielle du Québec.

Sans doute influencé par une certaine anglolâtrie parisienne, M. Rozon eut une réaction traduisant une totale incompréhension des consensus linguistiques du Québec : « Quand la seule langue comprise est l’anglais auprès de clients, tu l’utilises sans renier ton fait français », a-t-il dit. Pourtant, nos consensus ne visent pas l’effacement de l’anglais ; l’objectif, en donnant une nette prédominance au français, est de lui donner une place, une chance sur ce continent où il est fortement minoritaire. Et aussi, en plus, de profiter de son pouvoir d’attraction : car c’est le français, comme racine (la langue de ses fondateurs) et comme creuset, qui fonde le caractère distinct de Montréal en Amérique du Nord.

Justement, cet aspect, cette valorisation de notre différence, est à peu près absent du discours de l’organisme, où toute sensibilité un tant soit peu nationaliste semble avoir été bannie. Selon ce que M. Rozon a affirmé à la Chambre de commerce le 26 avril, « l’ADN de Montréal » serait plutôt « la fête et la joie de vivre ». L’idée du 375e consiste pour lui à « se mettre de bonne humeur pour l’avenir ». Quelle légèreté ! Quel révisionnisme récréotouristique !

« Contrairement à Québec, Montréal est le pur produit de la réforme catholique issue du concile de Trente et de son nouvel esprit missionnaire », expliquait l’historien français Jean Petit, au début du mois, lors d’un colloque en France autour de la figure de Jérôme Le Royer de la Dauversière, personnage clé dans l’opération qui conduisit à la fondation de Montréal en 1642 (Le Devoir, 14 avril 2016). Or, Le Royer est ce qu’on appelle un « dévot », un laïc avide de perfection spirituelle. Les célébrations du 375e laisseront-elles une place à ces « motifs profonds » de la fondation de Montréal ? Entre deux « partys », pourrons-nous nous pencher, un peu, sur cette histoire singulière ?

On peut en douter. Des religions contemporaines et leurs dévots semblent l’interdire. D’abord une forme d’extrême ouverture à l’autre… qui dégénère en fermeture face à soi. « On ne fait pas un événement que pour les Blancs originaires de Normandie », a par exemple déclaré M. Rozon. Or il serait parfaitement possible de « célébrer les Montréalais de toutes origines », comme le veut M. le commissaire, tout en en faisant autant pour les origines des fondateurs ainsi que leur legs, la langue française. Chantons la diversité, donc, luttons contre la xénophobie, certes ; mais, de grâce, sans verser dans l’oikophobie (cette haine de la maison natale).

L’autre religion, c’est le « festivisme », évidemment. Et ses missionnaires millionnaires, dans les mains desquels mange le pouvoir, sont très influents parmi les élites montréalaises. Gilbert Rozon est un de ses ecclésiastiques les plus importants. Autre cardinal célèbre, Alain Simard, du Festival de jazz, a déjà eu cette phrase révélatrice : « Les festivals, c’est la messe des temps modernes. » Voilà qui rappelle une raillerie de l’essayiste français Philippe Muray, pourfendeur de l’Homo festivus. Aujourd’hui, « la messe s’est engloutie dans la kermesse. » Saura-t-on, dans l’année du 375e, résister aux nouveaux dogmes ?

45 commentaires
  • Normand Carrier - Abonné 30 avril 2016 06 h 51

    La profondeur de pensée de Rozon ....

    Son passage a TMEP et ses commentaires sur cette photo ou l'anglais prime indique le peu de profondeur de pensée de Gilbert Rozon et du peu d'attachement a la langue et la culture francaise ..... C'est dommage que ce personnage se ramasse commissaire au célébrations du 350 ième ...... C'est le plus mauvais message a envoyer ....

  • Pierre Bernier - Abonné 30 avril 2016 07 h 33

    Rigolades !

    Qu’attendre d’autre des festivités d’un anniversaire non significatif ?

    Que 25 ans passent ?

    • Suzanne Éthier - Abonnée 1 mai 2016 06 h 42


      Le 400e ou 500e auraient ou auront + d'impact...Chiffres ronds...
      Mais quand même... si on veut tant le souligner, tenons compte de ce que nous dit Antoine Robitaille!

  • François Dugal - Inscrit 30 avril 2016 07 h 41

    Juste pour rire / Just for laugh

    Gilbert, fais-moi rire / Give me the money

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 1 mai 2016 15 h 58

      La langue,la culture(la vraie),l histoire :Balivernes que tout ca,dixit Gilbert.-Parlez-moi des piastres grasses svp, c est ca qui compte,le monde aime ca moi aussi.-Edifiant vraiment.Monsieur Dugal votre ligne est superbe. J-P.Grise

  • Claude Noël - Inscrit 30 avril 2016 07 h 52

    Le français au 375ième

    Pour le 375 de Montréal et le français. Où est le maire de Montréal? Qui défend actuellemen notre ville,qui est supposément la deuzième plus grande ville française au monde...actuellement ça me fait rire.
    Rozon et cie ce n'est que l'argent qui les captivent.
    Je suis de plus en plus triste de voir notre si belle ville gouvernée par des êtres qui semblent avoir aucun sens de notre hisroire.

    • Alain Lavallée - Abonné 2 mai 2016 10 h 03

      le maire Coderre est parti faire un jumelage avec Dublin (Ireland)... in english please

  • Robert Beauchamp - Abonné 30 avril 2016 08 h 04

    Le bilinguisme jovial

    Quelle superficialité, quel jovialisme, non mais juste pour rire, je verais très bien une parodie célébrant le retour de Batman avec 2 personnages montréalais qui nous sont très familiers et qui se cotoient comme les 2 doigts de la main: Le Joker et Pingouin.
    La chambre de commerce flairant les bonnes affaires y mettra tout son poids en soutien aux 2 célébrités.