Message personnel

L’éditorial, tel qu’il se pratique au Devoir, est un travail d’équipe : chacun porte le texte qu’il signe, mais celui-ci est nourri de l’échange qui l’a précédé. Cet exercice aide à solidifier les arguments, à réévaluer ses élans spontanés, à s’assurer d’un consensus. Il oblige, au fond, à travailler avec sa tête. Mais aujourd’hui, puisque c’est pour moi le dernier, je prends toute la responsabilité de laisser parler mon coeur.


Où est le Québec aujourd’hui ? C’est bien la question à se poser quand on pratique l’éditorial depuis des années dans un quotidien qui a fait de la défense des intérêts du Québec sa maxime, continuité de ce qui a motivé Henri Bourassa à créer il y a 106 ans Le Devoir.

Le Québec, donc ? Il flotte. Tout léger dans le vent, faiblement rattaché à un ensemble canadien dont il ne se soucie guère et qui le lui rend bien (sauf si un pipeline est menacé !), il est au-dessus de son passé, par-delà sa pérennité, loin des malheurs du monde, désengagé. Béat au-dessus de lui-même.

J’ai écrit récemment que nous manquions de racines et des lecteurs s’en sont offusqués : nous avons une histoire, une langue, des valeurs, ont-ils fait valoir. Bien sûr. Mais j’y vois surtout des ancrages fixés au sol, pas si profondément enfoncés. Des liens — parfois câbles, parfois ficelles — relient le Québec flottant à ces ancrages sur terre. Mais au jour le jour, c’est à chacun ses petites affaires, pourvu que ça ne coûte pas trop cher.

Il est question ici du Québec comme collectivité. Il ne manque pas d’individus qui font leur marque, ici et à l’étranger, ni de gens qui s’impliquent ou qui ont idée d’un monde meilleur. Mais comment l’addition de tant d’énergie s’inscrit-elle dans la prise de conscience que le Québec, comme entité, a de ses responsabilités envers lui-même et les autres ?

Un exemple récent ? La bilinguisation de Montréal, que politiquement on persiste à ne pas voir parce que connaître plusieurs langues est un atout pour chaque individu. Mais c’est une société française, ici, qui doit afficher davantage sa vitalité et sa fierté pour que les immigrants aient envie de s’y joindre, de se fondre dans son histoire, d’en reconnaître le caractère exceptionnel. Encore faudrait-il que les Québécois déjà sur place, anciens comme plus récents, chérissent cette trajectoire particulière.

Un autre exemple ? L’Afrique, continent malmené par l’exploitation économique et politique, ce à quoi s’ajoute maintenant la terreur de l’intégrisme islamiste. Il y a une très longue tradition québécoise de coopération en terres africaines, et plusieurs coopérants ont déjà vécu cette peur qui monte. Il a fallu que six d’entre eux meurent dans un attentat au Burkina Faso, début janvier, pour que nous réalisions que nous pouvions aussi être atteints. Mais ces drames sont restés individuels, comme s’il y avait une incapacité de comprendre que le Québec, tout havre de paix qu’il est, est concerné par la dynamique internationale, qu’elle soit sécuritaire, économique ou politique.

Il en reste pour croire qu’une telle conscience vient avec un pays. Mais il n’est plus en vogue de le dire : vieille idée tellement années 60, et qu’y gagnerions-nous, n’est-ce pas, nous qui vivons déjà si bien ? D’autant, dit-on encore, que le PQ croule avec son chef, que la CAQ n’est que l’ombre de ses promesses, que QS s’inscrit à la marge, que ON flirte avec l’inexistence et que le Bloc vivote. Démonstration serait donc faite : la souveraineté n’a pas d’avenir et les Québécois sont las de ce débat.

… Oui, mais pas tous. Oui, mais l’envie de souveraineté n’est pas que jeu politique. Oui, mais la place du Québec, même au sein d’un espace fédéral, reste en suspens. Personne n’entend y remédier ? Alors flottons, et laissons les enjeux du siècle, ceux discutés partout — la sécurité, le déplacement des populations, l’environnement, l’après-pétrole —, nous échapper. Nous sommes repus, préservés, insouciants, bravo. Mais reconnaissons au moins qu’on pourrait exiger davantage de nous-mêmes.

 

Le Devoir, pour moi, est un des points d’ancrage du Québec. Il est facile de mal interpréter une telle affirmation, d’y lire un sentiment de supériorité face à la concurrence. Erreur : en démocratie, toute entreprise de presse compte, quelle qu’en soit la forme ou l’approche. Un citoyen averti tirera profit de tant de choix. Mais Le Devoir, en raison de sa mission de départ, se distingue parce qu’il a partie liée avec l’histoire et le développement du Québec, et qu’il est de ce fait plus soucieux de donner de la perspective que de tout traiter.

Et ce qui démontre son absolue pertinence, c’est que depuis sa naissance, il y a 106 ans, ce journal est une impossibilité. Régulièrement choisi comme objet d’étude dans des classes de gestion ou de journalisme, il ne rentre pas dans les cases. Les plus optimistes lui promettent une mort à court terme. C’est mathématique : indépendant, sans activité connexe pour le soutenir, avec des moyens extrêmement limités, se butant à une rude concurrence qui, elle, a des ressources, faut pas rêver, hein ?

Ce discours, tous ceux qui ont travaillé au Devoir l’ont déjà entendu. C’était vrai en 1936 comme en 2016. Et pourtant, le journal tient le coup. Pourquoi ? Parce que des lecteurs y tiennent profondément, un attachement que pas une étude de cas ne saurait mesurer. Ce n’est pas une garantie d’éternité, mais cela permet de mettre un pied devant l’autre et d’avancer un jour de plus, même dans ces très durs temps que traversent aujourd’hui les médias. Et ça durera tant que ceux qui y travaillent auront à coeur de donner un sens aux fracas de l’actualité, tant que certains auront envie de cette approche plus ciblée.

Mourir n’est donc pas pour demain.

 

J’ai pour ma part eu le privilège d’être associée à deux moments charnières de l’histoire du Devoir : lors de la grande crise de 1993, alors que j’étais présidente du syndicat de la rédaction, et lors du centenaire du quotidien, en 2010, rédactrice en chef cette fois, et terriblement fière qu’on y soit arrivés.

J’estime maintenant avoir fait le tour de ce que je pouvais donner. Vous avez été innombrables à m’écrire à l’annonce de mon départ il y a dix jours — annonce en fait destinée à l’interne. Folie, à l’heure des réseaux sociaux ! Vite, ça s’est su ; vite, d’autres médias en ont parlé : moi qui ne voulais pas faire la nouvelle, j’ai dû me résoudre à mettre un mot sur notre page Facebook… Occasion du coup d’être inondée de bons mots, très touchants. Je peux aujourd’hui dire merci à chacun, merci mille fois.

Néanmoins, je pars. Une nouvelle direction arrive, un besoin de renouveau est dans l’air, et c’est vrai pour moi aussi. Après 30 ans de journalisme très actif, au terme de bientôt 15 ans de retour au Devoir dont neuf à des postes de direction excessivement prenants, je veux oser ce luxe suprême dans nos sociétés, celui du vide, de l’inoccupé. Même au risque de l’ennui, même au risque des regrets. Changer, c’est vivre. Alors vivons.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

67 commentaires
  • Louise Boisclair - Abonnée 30 janvier 2016 01 h 16

    Que votre nouvelle vie soit rayonnante

    Au plaisir de vous retrouver dans l'espace public...
    Merci de vos éditoriaux toujours si pertinents, sensibles et motivants.

  • Barbara Ulrich-Groulx - Abonnée 30 janvier 2016 01 h 43

    Merci!

    Lorsque je suis revenue me réinstaller à Montréal après plus de vingt ans à la campagne au fond d'un rang, un de mes premiers plaisirs urbains était de m'abonner au Devoir. Vingt-quatre ans plus tard, j'y suis toujours abonnée. Il y en a, comme vous, qui y tient et qui y tiendra toujours. Merci à vous et à toute l'équipe de poursuivre la mission du journal avec autant de passion et de conviction...qualités rares de nos jours.

  • Denis Marseille - Inscrit 30 janvier 2016 03 h 11

    Je vous souhaite un long changement...

    et une bonne vie. J'ai l'impression de vivre moi aussi ce deuil. Vous me manquerez.

  • Hélène Gervais - Abonnée 30 janvier 2016 06 h 46

    Mig8ech (merci) madame Boileau....

    et j'espère que nous pourrons continuer à vous lire d'une façon ou de l'autre.
    Djiwan Hélène Gervais

  • Normand Carrier - Abonné 30 janvier 2016 06 h 54

    Société en péril et beau message ....

    Vous avez bien illustré qu'il faut a cette société un réveil collectif .... Après un bon repos , je souhaite que vous nous reveniez dans un rôle actif de réveilleuse de concience car nous en aurons besoin comme peuple qui s'éparpille .....

    Bonne chance , beaucoup de bonheur et bon retour ....