Refusion et dé-québécisation

La révolution que Denis Coderre veut proposer pour Montréal a un aspect nécessaire, mais aussi un autre, excessif, dangereux. S’il a raison de vouloir mettre fin à la «balkanisation» de la métropole — triste héritage Tremblay-Fournier-Charest —, il va trop loin en cherchant pratiquement à séparer Montréal du Québec.


En avril 2003, dès l’élection des libéraux de Jean Charest, un processus délétère de réorganisation municipale s’est engagé à Montréal. On allait annihiler le rêve vieux de 40 ans d’une île, une ville, lequel venait d’être réalisé. Le retour du Parti libéral du Québec au pouvoir réveillait les forces centrifuges. Pour les calmer, avant de réaliser la promesse des défusions, on sortit le bâton (la loi 9), mais surtout la carotte, la loi 33.

Comme le répéterait un des élus de Gérald Tremblay, Robert Libman, « maintenant que la ville a été décentralisée avec la loi 33 », il n’existe plus rien qui « menace le caractère spécifique de nos communautés ». Inutile de défusionner, martelait le maire dans sa campagne contre les défusions, la loi 33 a fait des arrondissements de quasi-villes. Et il avait raison, car cette loi, adoptée sous le bâillon en décembre 2003, allait très loin : elle transformait les « présidents d’arrondissement » en « maires » (avec le droit d’avoir un « cabinet » !), en faisait des élus au suffrage universel (ce qui leur donne une légitimité très grande). Les arrondissements obtinrent la possibilité de contracter des emprunts, se donnèrent chacun un service des ressources humaines, etc.

Or, ni la carotte ni le bâton n’ont fonctionné : en juin 2004, treize villes de l’ouest de l’île et une ville de l’est (Montréal-Est) optaient pour le démembrement. En cours de route, ce qui restait de la grande ville s’est retrouvé divisé. L’ancienne ville de Montréal elle-même fut morcelée en arrondissements. Les opérations de fusion et de défusion ont conduit à une immense confusion. Montréal a besoin d’une sorte de « refusion », et c’est ce que souhaite le maire Coderre avec raison. On dit souvent que la fusion a été un franc succès à Québec : c’est en grande partie parce que son maire Jean-Paul L’Allier, au moment de l’épisode des défusions, a refusé de tripoter sa charte pour tenter d’accommoder les défusionnistes. Tremblay, lui, avait été élu en 2002 grâce à un rassemblement de politiciens qui avaient combattu la grande ville.

L’ennui est que M. Coderre ne semble pas vouloir s’arrêter en chemin et aboutit à une position excessive. Selon les informations de La Presse, il a même écrit un projet de loi qu’il aurait cavalièrement tenté d’imposer au ministre Pierre Moreau, à Québec. On dénote ici un mépris pour le gouvernement du Québec, l’Assemblée nationale et ses élus. Avec son ébauche de projet de loi, M. Coderre souhaite arracher plusieurs pouvoirs à l’État du Québec. Il y a dans la pensée Coderre une sorte de fantasme de cité-État déjà exposé lors de la campagne électorale de 2014. Une « province de Montréal », capitale d’elle-même, qui pourrait transiger directement avec Ottawa. M. Coderre montre ici que comme ancien politicien fédéral et actuel premier magistrat montréalais, il ne semble pas avoir de considération pour l’État du Québec, considéré comme un obstacle à son épanouissement. Sa ville idéale devrait à ses yeux obtenir des pouvoirs en immigration, en patrimoine (le droit de déclasser des monuments pour mieux les démolir ?), en éducation (l’entretien des bâtiments scolaires !), en matière d’octroi de permis d’alcool et de jeux, etc.

Autrement dit, M. Coderre veut mettre la main sur ce que Québec gère actuellement… alors qu’il n’a même pas les pouvoirs pour gérer sa ville à l’interne. C’est pour le moins paradoxal. Ajoutons que rien ne prouve que la culture des « belles années » de l’UCIM et d’Union, scrutée et exposée par la commission Charbonneau, a été annihilée. Un BIG (bureau de l’inspecteur général), aussi gros soit-il, ne peut tout voir. Dans ces fameuses années, les villes étaient en effet des « gouvernements de proximité » — selon l’expression politiquement correcte. Proximité avec les magouilleurs, s’entend…

À voir en vidéo