Injuste Justin

On peut reprocher des choses au gouvernement Marois et à sa «charte des valeurs», mais mettre cette politique sur le même pied que les déclarations de Donald Trump sur les musulmans, comme Justin Trudeau l’a fait mercredi, est injuste, voire malhonnête.


Donald Trump et Pauline Marois, même combat? À écouter Justin Trudeau, il faudrait le croire. Questionné au sujet des déclarations du candidat à l’investiture présidentielle républicaine, le nouveau premier ministre du Canada s’est posé — encore une fois — en parangon de la vertu, soutenant qu’il s’élèverait toujours «contre la politique de la division», «de la peur» «de l’intolérance ou la rhétorique de la haine». Dans ce grand sac, il rangea la volonté martelée par M. Trump d’interdire temporairement l’entrée des musulmans sur le territoire des États-Unis ET le projet de charte des valeurs québécoises de l’ancien gouvernement Marois.

M. Trudeau répète constamment qu’il ne veut pas «diviser». Or, en tenant des propos pareils, il ne fait pas autre chose. Il traite implicitement de «trumpiens» tous ces Québécois qui ont, depuis des années, appuyé l’idée d’une charte de laïcité. Comme si cet appui équivalait à une volonté de chasser tous les musulmans du territoire. Comme si nombre de musulmans n’étaient pas profondément favorables à une charte de la laïcité.

Encore une fois, M. Trudeau n’a pas saisi un aspect fondamental du Québec: son rapport à la religion. Les Québécois ont édifié leur modernité sur une méfiance — parfois excessive — à l’égard de la religion. D’abord celle qui les a gouvernés, le catholicisme. D’une manière en partie française. En cela, ils tranchent avec les autres nord-américains chez qui l’idée de tolérance a hissé la liberté religieuse au rang de principe pour ainsi dire sacrée. Faire s’équivaloir le réflexe laïque des Québécois et l’islamophobie dégoulinante de Donald Trump constitue une insultante méprise.

À ce compte, toute la France est trumpienne ! Car elle s’est donné une loi pour interdire, dans «l’espace public», de «porter une tenue destinée à dissimuler son visage». (En 2010, soit à l’époque où Nicolas Sarkozy, un grand ami du Canada uni et adversaire des souverainistes, était à sa tête.) La Cour européenne des droits de l’homme doit être trumpienne aussi, puisqu’en 2014, elle confirmait la loi française.

À ce compte, le gouvernement de Philippe Couillard est aussi «trumpien». Car il a déposé le projet de loi 62 dont l’article 9 se lit ainsi: «Un membre du personnel d’un organisme doit exercer ses fonctions à visage découvert...». Plus loin, on peut lire que «de même, une personne à qui est fourni un service par un membre du personnel d’un organisme doit avoir le visage découvert lors de la prestation du service».

Certes, si le gouvernement Marois, en 2013, avait mis un peu d’eau dans son vin, n’avait pas utilisé la charte à des fins électoralistes et s’était rangé, en gouvernement minoritaire qu’il était, au compromis que lui proposaient les autres oppositions, le Québec aurait peut-être aujourd’hui une affirmation claire de la laïcité dans son corpus de lois quasi-constitutionnelles. Mais c’est là un autre histoire.

L’arrivée de Justin Trudeau au pouvoir a quelque chose de rafraîchissant pour nombre de Québécois qui n’en pouvaient plus du régime Harper. Mais le nouveau premier ministre ne doit pas surinterpréter les résultats du 19 octobre et en déduire que ce jour-là, les Québécois se sont convertis en masse à sa vision multiculturaliste. La position majoritaire québécoise sur la laïcité est tout à fait légitime, démocratique. Et nullement trumpienne.

À voir en vidéo