L’autoexamen!

Impossible d’échapper à l’expansion pétrolière : les gouvernements n’en voient que les revenus à tirer, et l’industrie les talonne de près. Au Québec seulement, plus de 75 lobbyistes vantent les projets de transport par pipeline. On va donc de l’avant en rassurant à moitié. L’autorisation qui vient d’être donnée à Enbridge d’inverser le flux de pétrole dans son pipeline 9B illustre bien ces sables mouvants.​
 

Jeudi dernier, les raffineries Suncor et Valero de même que la Fédération des chambres de commerce du Québec applaudissaient fort à la décision, rendue la veille par l’Office national de l’énergie (ONE), d’autoriser la compagnie Enbridge à inverser le flux du pétrole transporté dans sa canalisation 9B. Mais citoyens et élus étaient loin d’en faire autant. « La question n’est pas de savoir s’il y aura un déversement, mais quand ce déversement aura lieu », soulignait l’un des participants à l’assemblée mensuelle de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) jeudi matin.

Il serait bien léger de voir là de l’alarmisme. Pas quand le pipeline 9B a déjà une douzaine de déversements à son actif depuis sa mise en service en 1978. Pas dans un Québec post-Lac-Mégantic qui sait les ravages qui peuvent se cacher sous le transport du pétrole, quel qu’en soit le moyen. Le maire de Laval, Marc Demers, a eu bien raison de faire état de son « malaise » lors de la rencontre de la CMM, car ce sont les compagnies qui empochent, mais les villes qui ramassent dégâts et catastrophes.

Il faut avoir conscience qu’outre le fait de voir son flux inversé, la ligne 9B, qui part de Sarnia en Ontario et se rend jusqu’à Montréal-Est, sera utilisée à une capacité jusqu’ici jamais atteinte. Le pipeline pouvait jusqu’à maintenant transporter 240 000 barils par jour, mais il y a déjà un moment qu’on ne se rend plus à cette capacité. Il s’agira dorénavant de monter le flux quotidien à 270 000 barils puis, dans deux ans, à 300 000.

Le projet est dans l’air depuis longtemps, mais vu les craintes en matière de sécurité — soulevées notamment par le maire de Montréal et président de la CMM, Denis Coderre —, Enbridge a dû refaire ses devoirs, dont l’ONE se dit maintenant satisfait. Le citoyen doit-il en faire autant ? Non, puisqu’il s’agit d’un… auto-examen. De plus, les possibilités de fuites finalement mesurées cet été ne l’ont été qu’à trois endroits (et au Québec, seulement à Mirabel) sur le tuyau long de 639 kilomètres et vieux de 40 ans. La qualité des tests exigés en juin par l’ONE avait aussi changé un mois plus tard : la pression d’eau injectée dans le pipeline pour en mesurer l’étanchéité a été diminuée de 60 livres par pouce carré, alors même qu’on y transportera non seulement davantage de pétrole, mais du pétrole lourd, d’une autre qualité que celui qui circulait dans le pipeline jusqu’à maintenant.

C’est encore la compagnie qui déterminera dans l’année qui vient s’il est pertinent d’installer des valves de sécurité supplémentaires. Quant aux cours d’eau traversés, comme la rivière des Prairies ou celle des Outaouais, ils auront droit à des inspections… visuelles. Enfin, le maire Coderre appelle à la confiance envers le comité de vigilance qui doit surveiller l’opération…, mais Enbridge siège aussi au comité. Toute distance critique étant effacée, les doutes sont justifiés.

Il faut dire que l’exploitation intensive des sables bitumineux de l’Alberta fait tourner la tête à tant de gens qu’ils n’en voient que les profits à tirer, en refusant de s’interroger sur les lendemains qui tremblent. Peu importe qui sera élu premier ministre du Canada le 19 octobre prochain, ils sont tous à cet égard aussi étourdis les uns que les autres, comme l’a aussi été le gouvernement Marois et comme l’est maintenant le gouvernement Couillard. Si tous ces gens étaient vraiment préoccupés de changements climatiques, ils laisseraient 85 % des réserves pétrolières du Canada sous terre, déclarait dans nos pages il y a quelques jours le célèbre écologiste David Suzuki.

Comme opposition, il ne reste donc que les populations, ce qui fatigue grandement les entreprises pétrolières. D’où leur grand soulagement la semaine dernière devant l’autorisation donnée par l’ONE. Le pétrole tiré sans répit de l’Ouest trouve enfin une nouvelle voie pour s’écouler en évitant la bataille associée à la construction d’oléoducs. Que le vieux pipeline traverse des cours d’eau et des villes, qu’il longe des écoles et des garderies, tout cela n’est qu’une considération parmi tant d’autres. Et il y a si longtemps que les élus ont perdu leur capacité de dire non.

À voir en vidéo