Victoire de l’industrie

Deux ans après la tragédie qui a fait 47 victimes et forcé la reconstruction du centre-ville de Lac-Mégantic, la question du transport pétrolier est loin d’avoir trouvé son point d’équilibre au Canada. Entre développement économique, protection de l’environnement et sécurité de la population, il n’y a toujours pas d’arbitrage possible : l’industrie l’emporte !


Dans l’entente intervenue vendredi dernier au Conseil de la fédération canadienne, le Québec et l’Ontario ont accepté de retirer le qualificatif « absolue » accolé au mot « réduction » de gaz à effet de serre (GES) dans la version définitive de la Stratégie énergétique des provinces. Ce faisant, M. Couillard et Mme Wynne laissaient la porte ouverte aux provinces productrices de pétrole pour continuer d’augmenter leurs émissions de GES en se contentant d’en réduire la quantité par baril produit.

Déjà, l’Alberta émet plus de GES que le Québec et l’Ontario réunis, malgré une population d’à peine 4,2 millions d’habitants. Son bilan n’est donc pas près de s’améliorer, avec une production de pétrole qui doit doubler d’ici 10 ans !

En fait, les 10 provinces s’engagent désormais à « travailler ensemble […] à̀ l’objectif commun voulant que le Canada soit reconnu comme un chef de file mondial de la production, de l’approvisionnement et du transport d’une énergie durable et sécuritaire ». Inutile d’être devin pour prévoir que le gouvernement Couillard ne va pas s’opposer très fermement au passage de l’oléoduc Énergie Est de TransCanada sur son territoire, malgré des retombées économiques à peu près nulles et un risque certain pour l’environnement le long des milliers de kilomètres parcourus.

Pourtant, la semaine dernière encore, une importante fuite survenue dans un oléoduc de construction récente a laissé s’écouler cinq millions de litres d’hydrocarbures bruts près de Fort McMurray, en Alberta, sans même déclencher l’alarme.

Le pétrole sera un des thèmes de la campagne électorale fédérale. Les conservateurs appuient la construction de tous les oléoducs projetés par l’industrie, alors que Justin Trudeau s’oppose au projet Northern Gateway, dans l’Ouest du pays, mais se contente de promettre qu’on tiendra compte des émissions de GES dans l’étude d’impact d’Énergie Est au Québec.

Pourquoi cette différence entre l’Est et l’Ouest, alors que le marché de l’Asie est celui qui intéresse le plus l’Alberta ? Pour reconquérir la Colombie-Britannique, où l’on s’oppose avec plus de fermeté qu’au Québec au passage d’un oléoduc ?

Quant au NPD, on ne comprend toujours pas pourquoi Thomas Mulcair trouve aussi Énergie Est acceptable, malgré la distance et le risque, mais pas Northern Gateway.

Le Bloc et son chef, Gilles Duceppe, sont les seuls catégoriquement opposés à Énergie Est, mais, faute d’argent, ils devront bûcher dur pour faire entendre leur voix.

Bien sûr, le transport du pétrole par oléoduc présente moins de risques d’explosion meurtrière que le transport par wagons-citernes. En revanche, les déversements sont chaque fois beaucoup plus abondants et, dans le meilleur des cas, il faut des années avant de corriger la situation.

Malgré les changements récents apportés à la réglementation fédérale, il est inacceptable que les autorités laissent des convois de centaines de wagons-citernes, dont la protection contre les chocs est insuffisante, traverser nos villes dans le seul but de permettre à l’industrie d’exporter son produit.

Certes, les Canadiens et les Québécois utilisent encore beaucoup de pétrole, qu’il faut transporter d’une façon ou d’une autre. Mais, contrairement aux autres ressources comme le fer ou le cuivre, le transport du pétrole de schiste et de celui des sables bitumineux comporte des risques excessivement élevés qui devraient inciter les gouvernements à se montrer beaucoup plus exigeants envers l’industrie.

De plus, il faudrait forcer celle-ci à assumer tous les frais cachés de la production et du transport, y compris les risques, les dégâts faits à l’environnement et les coûts à long terme des émissions de GES pour la société. Ainsi ajusté, le prix des hydrocarbures serait plus élevé, certes, mais la demande pour le produit diminuerait plus rapidement, avec les avantages que l’on devine pour la santé de la planète et des êtres qui l’habitent. N’est-ce pas cela, une stratégie énergétique ?

12 commentaires
  • André Tremblay - Abonné 20 juillet 2015 21 h 56

    Oui

    Tout à fait d'accord avec votre commentaire. Criant de vétité.

    • J-Paul Thivierge - Abonné 22 juillet 2015 12 h 15

      Le PLQ tellement incompétent dans les domaines de l'énergie [P Arcand] et de l'environnement [D Heurtel] accumule les erreurs stratégiques tellement hors du gros bon sens que c'est à ni rien comprendre. On annonce des cibles de réduction d'émissions de 20 % d'ici 2020 et on autorise des hausses d'émissions à chaque semaine...
      On laisserait passer l'oléoduc énergie est sans rien exiger et sans réaliser que c'est exporter des Mt de CO2 et des accroissements importants de dérangements climatiques précurseurs de graves dérangements socio-économiques.

  • Richard Bérubé - Inscrit 21 juillet 2015 06 h 32

    L'industrie qui gagne!!! Surpris?

    C'est toujours l'industrie qui gagne, lorsqu'il s'agit de décisions gouvernementales, à travers le monde...c'est l'industrie et les puissants qui mettent les politiciens en place...alors surpris de voir les I.O.U. qui se paient....grattes mon dos alors je gratterai le tiens...à ta convenance....welcome to the world...

  • Josée Duplessis - Abonnée 21 juillet 2015 07 h 11

    Le bloc québécois est le seul à s'opposer au passage du pétrole par oléoduc.
    Le NPD est d'accord pour le projet Énergie Est. Pour ceux qui seraient tenté de voter NPD pour faire tomber Harper, ne l'oubliez pas. Aussi rappelez-vous, ceux qui ont embarqué dans la vague orange, Est-ce que votre vote a fait tomber Harper? Non , il l'a fait élire majoritaire. Grosse, grosse erreur.
    Le bloc est le seul qui peut s'élever contre Ottawa pour surveiller et défendre nos intérêts et avec M. Couillard qui est à genoux il nous faut quelqu'un de solide.

    • Patrick Boulanger - Abonné 21 juillet 2015 22 h 17

      " Le bloc québécois est le seul à s'opposer au passage du pétrole par oléoduc. "?

      J'ai l'impression que M. Sansfaçon a fait les coins ronds en affirmant cela. Le PVC n'est-il pas contre les oléoducs au Canada?

      Voir: http://www.ledevoir.com/politique/canada/443018/le

  • Denis Paquette - Abonné 21 juillet 2015 08 h 09

    Le Canada ex-colonie anglaise, devenu pays du dollar

    Le Canada pays de pollueurs et de prédateurs, de l'exploitation des richesses naturelles a meilleurs compte, ou les populations sont complaisantes et complices, pays du dieu dollar

  • Bernard Terreault - Abonné 21 juillet 2015 08 h 10

    Solide

    L'argumentation de l'éditorial est lucide et solide. Elle devrait faire consensus au Québec. Par exemple cette idée que les transporteurs de pétrole devraient assumer tous les coûts sociaux et environnementaux, présents et futurs. Ce n'est pas une argumentation émotive mais économique. Dommage que M. Couillard et Me Wynne aient voulu à tout prix un consensus pancanadien factice.