Atterrissage en douceur

Les premiers mois de 2015 ont été difficiles pour le gouvernement Couillard. Visiblement, il peinait à la tâche. Ses politiques d’austérité ne soulevaient pas l’enthousiasme. Mais voilà que se termine la session parlementaire du printemps avec une popularité et un taux de satisfaction en hausse. Atterrissage réussi ?


Il serait exagéré d’assimiler les difficultés du gouvernement du début de l’année à une crise. L’opposition à ses politiques d’austérité était néanmoins très vive. Les manifestations devant l’Assemblée nationale se succédaient presque tous les jours. Le budget Leitão et les projets de loi 10 et 20 du ministre Gaétan Barrette visant à réduire les coûts du système de santé rencontraient une vive résistance.

Pressé de tout mettre en oeuvre pour le printemps, le gouvernement dut à deux reprises avoir recours au « bâillon » pour surmonter les tactiques dilatoires de l’opposition. Et comme si cela n’était pas assez, il y eut le ministre Yves Bolduc qui vint donner un croc-en-jambe à ses collègues avec une malhabile déclaration sur les fouilles à nu d’élèves qui conduisit à sa démission. N’étant pas le premier membre du gouvernement à provoquer des controverses, l’impression que l’équipe libérale comptait plusieurs maillons faibles se confirma.

Le vent commença à tourner avec la présentation du budget Leitão, le retour à l’équilibre budgétaire étant bien accueilli. Fort de cela, le gouvernement donna un premier signe de sa volonté d’apaisement en réalisant une entente avec les médecins omnipraticiens. Négociée par un ministre apparemment intraitable, elle témoignait d’une ouverture au dialogue de la part du gouvernement… pour peu que les partenaires acceptent de se plier au cadre financier du gouvernement.

Personne d’autre n’a répondu à cet appel au dialogue. Du côté syndical, personne ne le fera avant les grandes manoeuvres de l’automne sur le front des négociations du secteur public. Personne n’est dupe. L’insensibilité du gouvernement devant les effets des réductions de budget sur les services aux citoyens, particulièrement sur les clientèles à risques, demeure totale. Dans le domaine de l’éducation, le ministre François Blais reste sourd aux protestations des parents et des enseignants qui ont commencé à établir des chaînes humaines autour des écoles dans l’espoir de se faire entendre. Mais, pour reprendre l’expression de la députée Françoise David, il sait être « dur avec les faibles ».

Cette entente avec les médecins omnipraticiens aura néanmoins eu pour effet de faire baisser la tension et de déplacer l’attention du public vers d’autres enjeux. Vint dans les derniers jours de cette session, une déferlante d’annonces : audiences publiques du BAPE pour le projet Énergie Est, Stratégie maritime pour le Saint-Laurent, projet de loi sur la radicalisation, projet de loi pour franciser les enseignes commerciales. Des annonces qui, presque toutes, ne sont que cela, c’est-à-dire des déclarations d’intentions dans le but de rassurer et de montrer l’image d’un gouvernement qui se veut ouvert, voire consensuel. Dans cet esprit, il a fait montre de retenue partisane pour faire du décès du premier ministre Jacques Parizeau un moment de rapprochement entre les diverses familles politiques.

Cette session était capitale pour les projets du gouvernement Couillard. Il a réussi un atterrissage en douceur. L’été lui permettra de consolider sa position avant de devoir redécoller à l’automne. Une confrontation sociale l’y attend. Ce sera un moment de vérité. On pourra voir alors ce que vaut sa volonté présente d’être rassembleur.

3 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 13 juin 2015 06 h 31

    Nature

    Comme dans la nature, il fait toujours très beau avant une tempête. Les plages de sable se dégagent avant un tsunami.

    Le vent tourne légèrement au Québec à propos du fédéral avec PKP installé, le départ de «Monsieur» et le retour de Duceppe et peut-être Aussant à l’horizon. Voyons-voir ce qui arrivera.

    En attendant : Bon été, profitez de l'accalmie messieurs dames nos «dirigeants»; je prédis un front de température instable à l'automne.

    PL

  • François Dugal - Inscrit 13 juin 2015 08 h 16

    Démembrement

    Comment le démembrement d'un pays peut-il se faire en douceur, monsieur Descôteaux?

  • Denise Lauzon - Inscrite 13 juin 2015 13 h 14

    Un minable bilan pour ce gouvernement


    Depuis qu'il a été élu , le gouvernement Couillard n'a rien fait qui se démarque de façon avantageuse pour le Québec. C'est la politique comme d'habitude. Les mêmes problèmes reviennent et les solutions avancées n'ont rien de révolutionnaires. Le pire c'est au niveau de l'environnement puisque le PLQ et les Consevateurs semblent s'entendre pour soutenir et développer les projets pétroliers et gaziers.