Attention M. Coderre

Le maire de Montréal ne manque jamais de nous étonner. Ainsi, après s’être porté à la défense de ce joyau architectural qu’est la Bibliothèque Saint-Sulpice, le voilà disposé à permettre à Guy Laliberté de s’installer dans l’un des plus beaux sites patrimoniaux de Montréal pour y réaliser son projet de rites funéraires renouvelés appelé Pangéa. Et, nous précise-t-il, c’est lui-même qui en a eu l’idée, désireux de réparer l’affront fait en 2006 au propriétaire du Cirque du Soleil par les autorités municipales, qui n’avaient pas su appuyer son projet de casino au centre-ville.

Denis Coderre fait une mauvaise lecture de ces événements. Cet échec ne tient pas à l’absence d’appui du maire Gérald Tremblay, que le gouvernement du Québec ne lui avait pas accordé non plus. Ce projet n’a pas passé la rampe parce que mal préparé et mal vendu aux Montréalais par Loto-Québec. On avait cru que l’association avec le Cirque du Soleil soulèverait un tel enthousiasme qu’il ne serait pas nécessaire de tenir des consultations. Mais le projet n’a pas résisté à l’analyse critique.

Les motivations qui animent aujourd’hui Denis Coderre apparaissent ambiguës. On sent le coup de coeur à l’endroit de Guy Laliberté, à qui il veut accorder une reconnaissance. On sent aussi dans le reproche fait à son prédécesseur, qui n’a pas su mettre ses culottes, un engagement ferme de réaliser ce projet élaboré dans le plus grand secret.

Les intentions du maire soulèvent plusieurs questions. La plus importante a trait à la cession d’une partie du domaine public, sous une forme ou une autre, qui viendra en restreindre l’usage public pour une longue période. Et au surplus, dans un domaine public qui est un site patrimonial reconnu.

On peut concevoir tout l’intérêt que représente ce site historique pour un projet lié aux rites funéraires. Ce serait l’écrin parfait. Et peut-être pourrait-on trouver les conditions qui garantiraient un accès aux Montréalais aux espaces consentis à Guy Laliberté. Mais si on le fait pour lui, pourquoi ne le ferait-on pas pour d’autres, dans ce parc ou dans d’autres ?

Pour aller de l’avant, Denis Coderre devra consulter. La reconnaissance de l’île comme site patrimonial l’y oblige. Mais pour bien faire, c’est une consultation large qui doit être menée, inscrivant ce projet dans l’aménagement global de ce parc, qui est à mettre à jour. Le maire a bien sûr le droit d’avoir des idées, mais il ne lui appartient pas de définir seul la vision qu’il faut avoir pour ce parc qui appartient à l’histoire et aux Montréalais. Il ne doit pas répéter les erreurs qui ont conduit à l’échec du projet de casino.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

13 commentaires
  • Vincent Bussière - Inscrit 27 mai 2015 01 h 11

    Mon oeil!

    C'est bien simple, je ne crois pas Denis Coderre, c'est le contraire qui c'est produit, il a été approché par Guy Laliberté pour que Denis Coderre apparaisse comme l'instigateur de ce projet car l'ex rusé patron du Cirque du Soleil voulant mettre toutes les chances de son bord a planifié le coup que si l'idée venait du maire elle passerait mieux.

  • Gaston Bourdages - Abonné 27 mai 2015 05 h 51

    Merci à vous monsieur Descôteaux autant pour...

    ...la respectueuse pondération de vos propos que pour la justesse de ce que vous mettez en évidence dont la déplacée, à mes yeux, allusion de monsieur Coderre face aux comportements du maire Tremblay. Monsieur Coderre tourne «des coins rond»
    Vigilance...beaucoup de vigilance au menu.
    Gaston Bourdages,
    Auteur - Conférencier.

  • Marie-Josée Blondin - Inscrite 27 mai 2015 06 h 48

    Un petit bijou d'éditorial!

    Entièrement d'accord.

  • Christian Montmarquette - Abonné 27 mai 2015 08 h 00

    Coderre n'a pas de mandat pour procéder


    C'est quand même incroyable que l'administration de Montréal envisage de privatiser l’île Sainte Hélène, alors qu'il n'en a jamais été question durant les élections municipales.

    C'est dans ces situations-là qu'on voit combien nos élus, qui devraient représenter l’intérêt public, sont inféodés aux intérêts privés et combien nos institutions démocratiques obsolètes et inefficaces pour défendre les intérêts des citoyens.nes.

    À noter que le rejet du projet du déménagement du Casino dans un secteur pauvre et vulnérable comme celui de Pointe Saint-Charles, loin d'avoir été «un échec», n'avait reçu aucune acceptabilité sociale et avait été fortement controversé et contesté; sans compter que Guy Laliberté avait touché plus de 10 million$ pour l'étude du projet de déménagement du Casino qui a finalement été rejeté.

    Avec 10 millions dans ses poches pour l'étude du projet du Casino, nos institutions publiques ne doivent strictement «RIEN» envers le milliardaire-astronaute.

    En fait, ce serait bien plus le contraire!

    Christian Montmarquette

    Référence :

    «Pas de casino dans notre quartier! » :

    http://ccpsc.qc.ca/fr/node/282

  • Robert Poirier - Abonné 27 mai 2015 08 h 02

    Projet mégalomane

    Bonjour à tous,
    Je croyais vraiment halluciner, lorsque j'ai lu un premier article sur le projet de cimetière sur l'île Sainte-Hélène. Tout de même, peut-on laisser nos parcs tranquilles ?! Nous avons déjà trois cimetières sur la montagne. Est-il besoin de céder nos actifs publics au domaine privé, dès qu'un projet mégalomane est dans l'air ? C'est d'autant plus surprenant, que c'est le maire lui-même qui l'aurait suggéré.
    Qu'est-ce que ce sera la prochaine fois, pour se faire aimer par Guy Laliberté , si ce projet ne fonctionne pas ? Notre bon maire va-t-il lui proposer le belvédère sur le Mont-Royal, pour y installer un columbarium ? J'imagine déjà ce site occupé par un bâtiment design, gagnant d’un concours international, avec son tapis roulant intérieur faisant circuler les urnes, afin que chaque défunt puisse avoir droit à son moment d'observation du paysage. Ce serait de toute beauté ! Je comprends que le maire désire voir Guy Laliberté investir un peu de son récent milliard$ dans notre ville, mais un peu de discernement serait tout de même le bienvenu. Je crois que Monsieur le maire a une bibliothèque patrimoniale pour s’occuper par les temps qui courent. Sera-t-il aussi imaginatif ? Devrions-nous aussi nous inquiéter pour l’avenir du Mont-Royal, puisqu’il n’est pas un bien patrimonial bâti, mais seulement « végétal » ?

    Bonne journée.