La pression des armes

Les résidants de l’Ohio pourraient ne plus avoir à obtenir un permis pour posséder et porter sur eux une arme de poing, si le projet de loi récemment déposé à ce sujet à la législature de l’État est adopté. La réglementation actuelle oblige notamment un requérant à suivre un cours de huit heures et à subir une vérification de ses antécédents, ce que ses opposants, suivant la logique de cet imbuvable lobby qu’est la NRA, trouvent abusif et présentent comme « une restriction anticonstitutionnelle à un droit constitutionnel ».

On s’en inquiéterait moins si l’initiative était exceptionnelle. Elle ne l’est pas. À supposer que soit entériné ce projet de loi présenté par un élu républicain, l’Ohio — un État sis aux portes de l’Ontario — se trouverait à suivre les traces de plusieurs autres États — l’Alaska, l’Arizona, le Kansas et même le Vermont — ayant dernièrement élargi la liberté de porter une « arme dissimulée » sans avoir à obtenir un permis, rapporte The Christian Science Monitor, un journal de Boston. La chose est navrante : elle montre que les Américains, prisonniers de vieux réflexes culturels, sont encore nombreux à ne pas admettre l’évidence, à savoir qu’il est socialement salutaire de contrôler la circulation des armes. C’est une mentalité qui nous empoisonne, au demeurant — sous la forme du gouvernement Harper et de son étroitesse de vue au sujet du défunt registre des armes à feu.

Il y avait lieu d’espérer une certaine prise de conscience, il y a deux ans, quand le président Barack Obama avait tenté de renforcer les lois fédérales sur les armes à feu dans la foulée de la tuerie qui a fait 28 morts, dont 20 enfants, à l’école élémentaire Sandy Hook, au Connecticut, en décembre 2012. Visant à améliorer les procédures de vérification des antécédents, la réforme a été enterrée par le Congrès sous d’obtuses considérations partisanes. Elle était pourtant loin d’être révolutionnaire.

Ce qui n’exclut pas la présence de vents contraires, évidemment. Dans l’État du Minnesota, l’année dernière, républicains et démocrates sont parvenus à s’entendre — toutes nos félicitations ! — pour interdire aux hommes reconnus coupables de violence conjugale de posséder une arme…

Dans un ordre d’idées connexe, il se trouve que le policier blanc qui a abattu cette semaine un homme noir de plusieurs balles dans le dos à North Charleston, en Caroline du Sud, a immédiatement été accusé de meurtre. Un fait rare. Vrai qu’un vidéaste amateur a tout filmé. Mais certains veulent aussi y voir le signe que l’impunité dont bénéficient les policiers aux États-Unis est fondamentalement remise en cause depuis les événements de l’été dernier à Ferguson. C’est un point de vue optimiste.

À voir en vidéo