Près d’un milliard!

Attention les yeux, le chiffre est gros, très, très gros : 300, et seulement 300 conservateurs amenés par les frères Charles G. et David H. Koch, à la tête de la plus grosse fortune privée des États-Unis, ont confectionné une cagnotte de 900 millions qui sera dépensée lors de la campagne présidentielle de 2016 et des législatives qui se tiendront simultanément. Selon les chiffres révélés par le New York Times, le combat pour la Maison-Blanche s’annonce, financièrement causant, le plus dispendieux, et de loin, de l’histoire récente.

À bien des égards, cette somme est très troublante. Un, ce petit contingent de conservateurs purs et durs s’est doté d’une force de frappe pécuniairement équivalente, à quelques dollars près, à celles que les partis républicain et démocrate entendent consacrer à la guerre pour le siège de président. Deux, les Koch ont un ascendant puissant sur le Parti républicain sans en être membres. Si puissant d’ailleurs que, selon l’enquête du New York Times, ils ont désormais plus d’influence que les consultants et les conseillers politiques. Bref, ils sont faiseurs de rois.

L’ascension des Koch, plus exactement les variables qui la singularisent, a ceci de périlleux qu’elle pose un sacré défi à la démocratie, à l’exercice de celle-ci. Il se trouve en effet que leur haine de tout ce qui ressemble de près ou de loin à l’État, à ce qui est donc de la sphère publique, est si trempée que tout a été fait pour camoufler les identités et les montants alloués par ces conservateurs qui sont avant tout des avocats des thèses des libertariens, dont certains proposent jusqu’à la privatisation de l’air qu’on respire. Toujours est-il que pour échapper à la loupe de l’État, ils ont usé des fondations sans but lucratif comme paravents à leurs petites besognes.

Lors du rassemblement de ce contingent de 300 personnes tenu la fin de semaine dernière à Palm Springs en Californie, ceux-ci avaient invité les plus libertariens des candidats à la présidence. Tous, on l’aura deviné, sont des sénateurs républicains. Il s’agit de Rand Paul du Kentucky, Ted Cruz du Texas, Marco Rubio de Floride ainsi que le gouverneur Scott Walker du Wisconsin. Tous, on s’en doute, font campagne sur les thèmes de la baisse prononcée des impôts, la déréglementation tous azimuts et la suppression du plus grand nombre de services publics.

Des assauts d’ores et déjà menés par cet aréopage de fous furieux de la loi qui est au fond la loi de la jungle, la loi du combat de chacun contre tous, il faut espérer qu’elle ait l’un des effets constatés lors des dernières législatives : dans les États où les Hispaniques et les femmes étaient en nombre, les protégés des frères Koch ont mordu la poussière.

6 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 29 janvier 2015 08 h 16

    Enrichissons notre vocabulaire

    Ploutocratie:
    Du grec ancien "ploutos", argent, et "kraten", pouvoir.
    Système politique ou la classe des citoyens riches exerce le pouvoir.

  • Georges Tissot - Abonné 29 janvier 2015 12 h 06

    Démocratie?

    Que dire de l’état de la démocratie? 300 personnes à ce rassemblement! Qui fera mordre la poussière à tous ceux et celles qui acceptent que l’ argent de deux personnes promeuvent “ la loi du combat de chacun contre tous”. S’agit-il encore de démocratie?

  • Jacques Gagnon - Abonné 29 janvier 2015 13 h 01

    Honte à eux

    On ose appeler ça la démocratie. Quels leçons et exemples ont-ils à donner ? Une preuve de plus que l'on doit se préoccuper de ceux qui ont trop d'argent, je veux dire trop de pouvoir.

  • Clermont Domingue - Abonné 29 janvier 2015 14 h 47

    Démocratie et ignorance

    Quand l'ignorance recule, la démocratie peut avancer. Merci monsieur Truffaut et continuez votre combat.

  • Pierre Bellefeuille - Inscrit 29 janvier 2015 16 h 15

    Rien de surprenant!

    Les frères Koch financent le Tea Party depuis sa fondation. L’extrême droite conservatrice est extrêmement riche et puissante. La famille Carnegie a aussi financé le Tea Party. Si on désire en savoir davantage sur la droite américaine, le livre suivant est fortement recommandé : « Haine froide — À quoi pense la droite américaine, écrite par Nicole Morgan.