Tromperie et placebo

C'est Infoman, ou encore le sympathique « Parmachien » Olivier Bernard, bref, tous ceux qui remettent en question l’homéopathie, qui se seront réjouis : voici que Michèle Boisvert, surnommée la reine de l’homéopathie au Québec, a été poussée à démissionner de l’Ordre des pharmaciens (OPQ).

Mme Boisvert, fondatrice et patronne d’Homéocan, géant de médicaments homéopathiques, a plaidé coupable à neuf entorses (sur les 11 de la plainte) au Code de déontologie des pharmaciens du Québec. Désormais, elle devra s’identifier comme « diplômée en pharmacie » et non « pharmacienne » ; ce qu’elle a du reste commencé à faire mardi sur le site Internet de son entreprise.

Certains se diront qu’enfin, l’Ordre des pharmaciens a sévi contre la fausse science de l’homéopathie. L’affaire est moins simple. Le problème, dans le cas de Mme Boisvert, est principalement de s’être identifiée comme « pharmacienne » dans une publicité à des fins commerciales destinée au public, ce que le Code interdit. Elle s’est aussi, selon le Conseil de discipline de l’OPQ, rendue coupable de « publicité fausse et trompeuse ». Dans un message télévisé vantant le prétendu « casse-grippe » Homeocoksinum, elle affirmait : « Ici Michèle Boisvert, pharmacienne. Chaque année, on estime que les adultes attrapent de deux à cinq grippes. » Mme Boisvert a raconté avoir trouvé la statistique sur Internet, puis a plaidé le lapsus : elle a dit « grippe », mais pensait « rhume ». Bien sûr, quand on annonce un « casse-grippe »…

L’homéopathie semble au pire inoffensive. Au registre des entreprises, des producteurs d’homéopathie s’identifient d’ailleurs comme « industrie de produits alimentaires ». Plusieurs études — dont celle, célèbre, publiée en 2005 dans la revue The Lancet — ont conclu qu’elle s’apparentait à un simple placebo. Or, le code de déontologie de l’OPQ veut que, dès qu’un membre fait de la publicité — même pour un « produit de santé naturel » —, cela s’accompagne des mentions d’usage sur les risques liés à son utilisation. Ce que Mme Boisvert a omis de faire.

Il faut se réjouir de la décision de l’OPQ ici, même s’il s’est montré excessivement patient ; servant moult avertissements à sa membre. On cesse tranquillement, au Québec, de voir les pharmaciens comme de simples « vendeurs de pilules ». Ce sont des professionnels de la santé, certes en affaires, mais que l’on doit pouvoir consulter en toute confiance. Justement, devrait-il s’abstenir de vendre de l’homéopathie ? Lourde question. Au moins, le pharmacien peut informer le patient que les données probantes pour l’homéopathie ne sont pas légion, en se croisant les doigts pour qu’un effet placebo agisse. S’il a affaire à un cas grave — disons un diabétique —, il pourra suggérer à son client de ne pas abandonner ses médicaments, même lorsque celui-ci est certain d’avoir trouvé «la» granule « ultraefficace ».

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

20 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 17 décembre 2014 02 h 11

    un peu d'eau de Paques et d'huile St joseph éloignent tous les malheurs

    La notion de forces occultes est tellement ancrées depuis longtemps dans l'inconscient collectif, qu'il sera difficile de s'en défaire, surtout qu'elle rapporte des milliards tout les ans, en fait le cerveau humain s'accomode mal du vide, de l'absence, du néant et de l'inconnu, préférant souvent y voire des forces surnaturelles a la simple realité, un chat noire sous une échelle, certains y voit un malheur en puissance, un oiseau dans la fenetre, la mort qui rode , un peu d'eau Paques ou d'huile de St Joseph éloignent tous les malheurs, disait mon pere

    • Raymond Labelle - Abonné 17 décembre 2014 12 h 05

      Souvent, pour déterminer si un médicament est efficace, on compare les résultats du médicament administré aux membres d'un groupe donné avec les résultats d'un placebo administré aux membres d'un groupe témoin. Il s'avère souvent que le groupe témoin a quand même un certain succès.

      Question: si par exemple, le groupe médicamenté a un succès de 80% et le groupe-témoin un succès de 60%, ceci signifie-t-il que le taux de succès réel du médicament est de 20%?

      Le phénomène par lequel le placebo guérit mérite d'être étudié car, l'important, c'est de guérir...

    • Raymond Labelle - Abonné 17 décembre 2014 16 h 34

      À ma deuxième phrase, j'aurais dû référer au succès du médicament ou du placebo quant aux membres du groupe témoin plutôt que de référer aux succès du groupe témoin.

      J'espère que les lecteurs auront quand même correctement trouvé le sens de ce que je voulais écrire.

      Ah, s'asseoir sur ses mains et réfléchir avant de peser sur "envoyer". Ne pas sombrer dans le piège de l'accès à la communication immédiate.

  • André Chevalier - Abonné 17 décembre 2014 03 h 56

    Ces pharmaciens, des marchands de pilules...Point!

    En vendant des produits homéopathiques dans les pharmacies, les pharmaciens cautionnent les théories antiscientifiques farfelues à la base de l'homéopathie. Dans un sens, ils trahissent leur profession.

    • joan michaele - Inscrite 17 décembre 2014 07 h 53

      à ma connaissance, les pharmaciens ne décident généralement pas de ce qui se trouve sur les tablettes de la pharmacie! Ils travaillent souvent pour une bannière qui impose ses exigences.

    • Chantale Desjardins - Abonnée 17 décembre 2014 10 h 27

      En France, l'homéopathie est reconnue par l'Etat et même payé par celui-ci. L'homéo est une science reconnue et je me soigne seulement avec les granules. J'ai eu le malheur de prendre Cymbalta et j'ai été hospitalité. Les médicaments pharmaceutiques sont dangeureux et ne profitent seulement aux fabricants. Les produits naturels et une saine alimentation sont les meilleurs remèdes.

  • Robert Breton - Inscrit 17 décembre 2014 07 h 05

    Remise en question?

    Il n'est pas question d'une remise en question de l'homéopathie!
    Il est question d'un rejet total de cette fabulation!

    Il est prouvé, scientifiquement, que l'homépathie ne fonctionne pas et encore plus, peut devenir un danger mortel dans certains cas!

    Les gens qui «croient» font cela, «croire». La croyance n'est pas une preuve!

    La quackerie enrichie les voleurs et menteurs, vidant les poches des naïfs.

    Pourquoi une médecine dite alternative alors qu'il n'y a pas de dentisterie alternative, de physique alternative, de mécanique alternative, de coiffure alternative...?

    Comme le collier qui guérit tout, l'aimant qui soigne le diabète, la crème qui fait maigrir...

  • Gilbert Turp - Inscrit 17 décembre 2014 07 h 28

    Placebo ou non, ça marche.

    J'ai de la peine pour les gens qui craignent l'homéopathie. Une anecdote : Mon fils entre 2 et 3 ans a eu des otites à répétition. Les antibiotiques semblaient soigner, mais un mois plus tard, une nouvelle otite apparaissait et c'était à recommencer. En désespoir de cause et n'ayant rien à perdre, j'ai essayé des gouttes homéopathiques pour otites à 10$ chez Jean-Coutu pour et hop, finies à vie, les otites, après 3 jours.
    Ce placebo là est efficace, au moins, il ne crée pas de bactéries super-résistantes et n'a pas non plus d'effets secondaires dévastateurs. Mais bon, c'est un choix.

    • Horace Blunt - Inscrit 17 décembre 2014 09 h 33

      Mon fils a aussi eu des otites à répétition récidivantes malgré les antibiotiques. Du jours au lendemain, il a cessé d'en avoir (jusqu'à date)... sans produit homéopathique...

    • Louise Gagnon - Inscrite 17 décembre 2014 09 h 44

      Tout à fait d'accord avec vous, M.Turp.
      Il est prouvé d'ailleurs que si les médicaments actuels fonctionnent, c'est en majorité grâce à leur effet placebo.
      L'Influence de l'attitude du cerveau sur le corps a été occulté.
      Les pensées, les émotions les étaits d'âme produisent instantannément de puissants changements dans la dynamiques corporelle.
      Il n'y a rien de magique là-dedans, nous sommes ainsi fait. Tout est lié.
      Voici un exemple des articles qui circulent en ce moment à ce sujet.
      //www.lapresse.ca/le-soleil/vivre-ici/coin-du-psy/201412/13/01-4828086-leffet-placebo-et-les-antidepresseurs.php

    • Gaetane Derome - Abonnée 17 décembre 2014 16 h 36

      M.Turp,

      C'est tout simplement parce que souvent les otites sont virales (et non bacteriennes) et ne durent que 3 jours avec ou sans traitement..;)

  • Gilles Gagné - Abonné 17 décembre 2014 09 h 22

    N'est-ce pas contradictoire de voir cotoyer pilules et granules dans une pharmacie? dans mon interprétation de simple usager il me semble que oui mais pour un pharmacien possèdant toutes les compétences en la matière la réponse devrait être en concordance avec leurs études. Le commerce l'emporte sur la profession.

    • Michel Vallée - Inscrit 17 décembre 2014 11 h 08

      En France, à défaut d’y tenir un inventaire bric-à-brac, toutes les pharmacies ont une section de spécialités homéopathiques (et vétérinaires itou…).

      Ce qui ne m’empêche pas d’être sceptique vis-à-vis les propriétés médicamenteuses des dilutions extrêmes