Créatures menacées

Est-ce le fait d’avoir remporté son pari d’imposer le projet de loi 3 aux employés municipaux ? Ou l’effet grisant des palmarès de fin de session, dans lesquels il « brille parmi les meilleurs » ? Toujours est-il qu’on se perd en conjectures devant l’impulsivité de Pierre Moreau, qui a brandi mercredi une sorte de bombe atomique à deux des plus grandes villes du Québec, Laval et Longueuil. Menaces qui pourraient s’avérer très coûteuses.

Relire les déclarations du gouvernement Couillard au sujet des villes a aujourd’hui de quoi rendre cynique. Dans son discours inaugural de mai, le premier ministre promettait de « refonder le partenariat entre Québec et les municipalités, [de] bannir le terme “créature” et [d’]envisager l’avenir sur la base de deux ordres de gouvernement [aux] responsabilités propres ». La veille, le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, questionné sur ce que les élus municipaux devraient faire d’éventuels surplus, répondit : « Je considère qu’ils sont élus et qu’ils ont la même légitimité que moi, puis ils feront ce qu’ils voudront avec les gains qu’ils dégagent, puis ils se feront réélire ou ils se feront battre selon les décisions qu’ils prennent. »

Quel contraste avec la décision de M. Moreau et du Conseil des ministres, mercredi, de forcer Laval et Longueuil à faire certains choix budgétaires ! (Piger dans leurs surplus.) Québec a menacé d’amputer les transferts qui sont dus aux villes si les maires Caroline St-Hilaire et Marc Demers continuent d’affirmer que les hausses de taxes (3,8 et 3,2 %), dans leurs villes, sont en grande partie l’effet du Pacte fiscal transitoire de Québec. Geste que l’Union des municipalités a qualifié d’« ingérence sans précédent » dans la gouverne des villes ; surtout que le pacte ne les engageait aucunement à éviter les hausses de taxes. Tutelle assez particulière puisqu’elle revient à dire : haussez les taxes tant que vous le souhaitez… mais interdit de dire que c’est notre faute ! 

Peut-être M. Moreau a-t-il craint d’être « malavoyisé » ? En 2013, les Québécois avaient rapidement désigné comme responsables des hausses vertigineuses de taxes scolaires le gouvernement Marois et la ministre de l’Éducation Marie Malavoy. Cette dernière avait soutenu d’abord que c’était là un ordre de gouvernement autonome, pour ensuite changer son fusil d’épaule et les menacer : elle les forcerait à rembourser les contribuables.

M. Moreau veut tuer dans l’oeuf toute tentation, de la part des maires, d’imputer les hausses de taxes à Québec. Et au diable les discours sur l’autonomie et les « gouvernements de proximité » ! Comme mesdames Malavoy et Marois avec les commissions scolaires, M. Moreau a promis de passer par-dessus la tête des municipalités et de rembourser les hausses de taxes. Principe simple, mais d’application complexe ! Le ministère devrait obtenir les comptes de taxes des citoyens de Longueuil et de Laval, et envoyer des chèques de quelque 25 $ ! N’ayez crainte, a insisté M. Moreau, la facture serait refilée aux municipalités concernées !

Autant, en mai, le discours sur la création de quasi-cités-États, menaçant l’autorité de l’État du Québec, était excessif, autant l’extrême inverse de mercredi, l’autoritarisme, est dommageable. M. Moreau ferait mieux de viser un juste milieu.


 
42 commentaires
  • Pierre Labelle - Inscrit 11 décembre 2014 04 h 53

    Moreau et ses menaces.

    Le genre de menaces lancées hier par le ministre Moreau se situe à un très bas niveau, ce genre de propos origine normalement de maître chanteur. Sa petite crise de nerf n'aura impressionner personne. Pour qui se prend-il pour ainsi menacer des maires et mairesses, élus par des citoyens et citoyennes de façon démocratique? Pourquoi ces élus municipaux devraient-ils assumer les conséquences des actes posés par des "bulldozers" rouges comme Moreau ou encore Barrette? Le PLQ a fait durant la dernière campagne électorale des tas de promesses, a proférer des tas de menaces, a prononcé des tas de demies vérités, aujourd'hui il doit vivre avec les résultats, c'est ni plus ni moins la récolte de ce qu'il a lui-même semé. Jouer les matamores ne fera en rien avancer le débat, ce genre de discours belliqueux, ces fanfaronnades de ruelles ne sont pas digne d'un ministre, la population ne vous a pas élu pour vos petits règlements de compte personnel; il est de notoriété public que ces deux élus municipaux que vous avez menacés ne sont pas aussi proche du PLQ que disons par exemple votre bon ami Jean Tremblay maire de Saguenay, ce n'est cependant pas une raison pour leur manquer de respect comme vous l'avez fait. Ces deux personnes ont été élus et représentent des centaines de milliers de citoyens et citoyennes, ce qui est beaucoup plus que les quelques milliers de voteurs de votre compté qui vous ont élus. Vous et vos collègues avez librement choisis de bulldozer dans tous les ministères, pire que ça vous l'avez fait en donnant à la population une image tronquée de la vérité; le véritable déficit entre autre chose.

    • Yves Corbeil - Inscrit 11 décembre 2014 15 h 25

      Vous avec donc raison M.Labelle.

      Et pourquoi pas une poursuite des villes contre le gouvernement pour manque a gagné due à leur mauvaise gestion des finances publiques et au manquement à leur devoir de chien de garde de l'état qui ont conduit à tous ces abus rapportés à la commission Charbonneau. Cet argent disparu on en reverra probablement jamais la couleur et maintenant que fait on. On fouille encore dans les poches des cons tribuables. Arrêter de déchiré vos chemises et faites donc la job pour laquelle vous avez été élue, soit servir la population pas la prendre en otage continuellement et surtout pas en la divisant comme vous vous appliquez à le faire depuis votre prise de pouvoir.

  • alain petel - Inscrit 11 décembre 2014 05 h 46

    Vivement le printemps

    Déplorable attitude du gouvernement Libéral envers les gens, la population en général. Pourquoi tant de hargne ? Encore heureux qu'on va vers le printemps, le printemps Couillard. Bien parti pour barder fort.

  • Denis Paquette - Abonné 11 décembre 2014 05 h 54

    ne se permet-il pas de faire courir au Québec un risque tres important

    Est il normal que le gouvernement affronte deux des plus grosses villes du Québec qui a elles seuls representent le Québec industriel. Est il normal que le gouvernement n'est pas plus de respect pour ces deux villes, ce ne sont pas de vulgaires hameaux. En definitive quelle est cette politique que poursuit ce gouvernement pour ce permettre de tout chambarder, ne se pemet-il pas de faire courir au Québec des risques tres importants

    • Gilles Théberge - Abonné 11 décembre 2014 16 h 10

      Vous n'avez vraiment pas compris monsieur Paquette? La mairesse de Longueil madame St-Hilaire est une ex députée Bloquiste. Pire elle est la conjointe du député Maka Kotto.

      Quant à monsieur le maire de Laval, il avait été pressenti pour devenir candidat du parti Québécois à l'élection de 2012 et s'est effacé avec classe, devant la candidature de Léo Bureau Blouin.

      Commencez vous à mieux comprendre?

      Mais cela ne change rien à l'affaire parce que j'entendais le maire de Victoriaville à la radio ce midi se ranger totalement derrière l'ensemble du monde municipal qui est révulsé devant l'attitude de Moreau.

      Gouvernement de merde qu'on devra endurer presque quatre autres longues années.

  • Normand Carrier - Inscrit 11 décembre 2014 06 h 37

    Comment se fier a ce gouvernement .....

    Ce gouvernement ne fait aucunement ce qu'il a promis en campagne électorale et fait des virages a 180 degrés ..... Moreau et le conseil des ministres font une gaffe majeure en s'alliénant le monde municipal qui ont la même légitimité qu'eux ... On ne pouvait pas en dire autant avec le commissions scolaires qui ont été élu par 5% d'électeurs ..... Une réduction de $300 millions aux municipalités n'est pas une peanut et les municipalités qui ont la responsabilité de leurs budgets doivent en expliquer l'impact aux payeurs de taxes dont ils sont entièrement redevables .....
    Ce gouvernement ne fait pas preuve seulement d'autoritarisme , d'arrogance mais a une nette tendance a la dictature ....

  • Denis Miron - Inscrit 11 décembre 2014 06 h 45

    Qui a voter pour le programme de ce «parti pour la gloire»?

    La confusion s’installe rigoureusement dans ce parti pour la gloire. Il est rigoureusement en train de s’isoler du partenaire de palier politique le plus près des gens.
    Question rigoureuse : Peut-on gouverner le Québec sans l’appuie de personne dans cette belle province, et sur la base d’un déni de programme d’austérité que l’on tente de cacher derrière un paravent sémantique que l’on se complait à définir comme étant de la rigueur?
    Prochaine étape,… c’est quoi?...la loi des mesures de guerre? Ce gouvernement semble de plus en plus en guerre contre tout le monde, sauf ceux qui pratiquent l’évitement fiscal tout en profitant des subventions de l’état Tel père, tel fisc?

    • Gilles Théberge - Abonné 11 décembre 2014 16 h 14

      Vous avez raison de soulever la question de l'évitement fiscal.

      Les sommes épouvantables qui sont placées dans des paradis fiscaux, tant par les compagnies que les particuliers, Couillard en a fait partie nel'oublions pas, c'est autant d'argent dont l'État pourrait faire usage pour réduire l'endettement collectif.

      Avez-vous entendu parler d'un plan quelconque de ce gouvernement pour lutter contre les paradis fiscaux?