Un peu de cohérence

En conférence de presse, jeudi, la présidente du syndicat des médecins spécialistes, Diane Francœur, a critiqué le gouvernement Couillard pour avoir inscrit au livre des crédits le report non négocié de 255 des 540 millions d’augmentations de rémunération prévues pour 2014-2015. Tout en reconnaissant l’urgence d’agir pour le gouvernement, voilà un autre bel exemple d’incohérence de la part de nos dirigeants.

Le rapport du vérificateur général publié la veille de la présentation du premier budget Leitao était formel : « La rémunération est l’élément qui contribuera le plus fortement à la hausse du taux de croissance des dépenses de programmes en 2014-2015 ».

 

Parmi ces dépenses de rémunération, il y a d’abord celles des 430  000 employés de l’État (équivalents à temps complet) qui auront augmenté de 7,5 % à la fin des cinq années de la convention collective. Ce qui n’a vraiment rien d’extravagant.

 

Puis, il y a celles des médecins qui ont grimpé de 33 % depuis seulement trois ans et qui continueront d’augmenter à un rythme accéléré pendant plusieurs années malgré les discussions qui se poursuivent.

 

Dans les documents budgétaires publiés cette semaine, le nouveau président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, explique que les prochaines négociations avec les syndicats devront intégrer tous les paramètres de croissance de la rémunération, tels les régimes de retraite, l’équité salariale et bien sûr les salaires. Cela va de soi, non ?

 

Or, même en tenant compte de ces facteurs, M. Coiteux aura noté que la rémunération des employés du secteur public accuse un retard qui s’accroît par rapport aux autres salariés québécois, notamment ceux des municipalités, des universités, des sociétés d’État et des grandes entreprises du secteur privé.

 

Le président du Conseil du trésor se rappellera que c’est un gouvernement libéral qui a négocié les ententes en vigueur, dont celles des médecins qui sont l’oeuvre de l’actuel ministre de l’Éducation, le docteur Yves Bolduc. Et que toutes ces ententes ont comme particularité de coûter beaucoup plus cher à la fin du contrat qu’au début. Pourquoi toujours cette vision à court terme quand on est en politique ?

 

Il est aussi ironique d’entendre le ministre de la Santé, M. Gaétan Barrette, défendre aujourd’hui une position contraire à celle de Gaétan Barrette, ancien président de la Fédération des médecins spécialistes, qui refusait d’étaler au-delà de 2015 les centaines de millions négociés depuis 2006 à titre de « récupération » salariale. Après 2015, expliquait-il au micro du 98,5 FM, une simple indexation suffira. Simple, en effet…

 

À eux seuls, les 18 000 médecins accaparent aujourd’hui près de 15 % de la totalité des coûts de rémunération consacrés aux quelque 500 000 personnes qui travaillent dans le secteur public !

 

Dans l’ensemble de ce dossier, les libéraux doivent se rappeler que toutes les ententes en vigueur ont été négociées par leur propre parti dans des conditions à peine différentes, voire pires que celles qui ont cours aujourd’hui. C’est ce qui s’appelle souffrir d’amnésie sélective.

 

Alors que le gouvernement Charest avait promis de ne pas remplacer un nouveau retraité sur deux, le nombre d’employés a continué d’augmenter au rythme de 6000 par année, et la masse salariale globale s’est accrue de 4 % en moyenne depuis 2010. Ce ne sont pas les syndicats, encore moins les employés qui en sont responsables, mais les dirigeants politiques dont le dernier discours à la mode masque trop souvent une incapacité d’action.


 
18 commentaires
  • simon villeneuve - Inscrit 6 juin 2014 01 h 05

    une chose je ne comprends pas

    Les medecins veulent un rattrapage salariale sur les medecins des autres provinces plus riches.

    Mais pourquoi?
    Pourquoi un medecin du Quebec a besoin d'avoir pres du meme salaire que celui de l'Ontario ou de Vancouver ?
    A ce que je sache, la valeur des maisons,logements et de la consommation est plus cher en Ontario qu'au Quebec.
    La logique du rattrapage salariale ne devrait s'appliquer seulement quand les couts de la vie sont identiques entres les provinces ...

    • Hélène Paulette - Abonnée 6 juin 2014 09 h 06

      Et vous oubliez les bénéfices marginaux dont ne profitent pas les autres provinces (CPE, congés de maternité, études moins chères etc) et qui devraient être considérés dans le calcul...

    • Carole Jean - Inscrite 6 juin 2014 09 h 16

      @ M. Villeneuve

      Excellente remarque M. Villeneuve.

      Pourquoi les politiciens ne comprennent pas une chose aussi simple ?

    • Danielle - Inscrit 6 juin 2014 09 h 19

      Parce qu'ils sont médecins M. ils sont dieu et veulent tout et tant pis pour les autres. Parce que ça fait leur affaire de comparer leur salaire avec celui de Vacouver. Soyez certain que si les salaires étaient plus bas à Vacouver, ils ne demanderaient pas à obtenir le même salaire qu'eux. Lorsqu'on compare, on doit comparer des pommes avec des pommes, mais cela n'est pas pour eux puisqu'ils se prennent pour dieu la plupart du temps, mais pas tous bien sûr.

    • Jean-Yves Arès - Abonné 6 juin 2014 11 h 09

      Il vous manque une information m. Villeneuve, le rattrapage salarial ne se fait pas en dollar pour dollar, ce rattrapage se fait en proportion des variantes des coûts de vie. Ce rappel aux médecins que le coût de la vie est plus bas au Québec a été fait dès le début des réclamations des syndicats de médecins.

      Autrement dit on a taillé une formule interprovinciale semblable au PPA tant utilisé dans les comparaisons internationales, la Parité au Pouvoir d'Achat.

      Reste la zone de la probité du calcul de ce PPA qui évidement n'est pas une donnée "dure" et donc manipulable, et elle-même négociable…

    • simon villeneuve - Inscrit 6 juin 2014 12 h 59

      Malheureusement, je ne suis pas capable de trouver aucunes etudes ou informations a titre comparatif entre provinces pour les salaies des medecins.
      Donc je vais vous croire sur parole que le rattrapage salariale a tenu en consideration les avantages sociaux que le Quebec offre a nos medecins.

      Mais une chose quand meme, le cout d'une formation de medecin n'est pas la meme ici qu'ailleur non plus.
      Faudrait tenir compte de cela aussi...

  • Marcel Bernier - Inscrit 6 juin 2014 02 h 56

    Les médecins donnent l'exemple...

    Chaque citoyen, chaque citoyenne mérite d'être rémunéré-e selon un esprit de justice sociale et d'équité puisqu'ils et qu'elles contribuent chacun, chacune, à sa façon, au bien commun.
    Que les employés-es de la fonction publique fassent comme les médecins et établissent une comparaison avec ce qui est payé dans les autres provinces pour un travail comparable, et revendiquent un ajustement salarial en conséquence.
    Il n'y a pas que les gens d'affaires et les médecins qui possèdent un rapport de force et qui méritent d'être récompensés monétairement pour leur apport.

    • Danielle - Inscrit 6 juin 2014 09 h 21

      Oui, mais les médecins ont tellement la cote! Pas en ce qui me concerne, mais pour beaucoup c'est comme ça.

    • Yvon Giasson - Abonné 6 juin 2014 09 h 51

      Vous êtes un peu naif monsieur Bernier de penser que ces méthodes auraient le même effet lors des négociations avec le reste de la fonction publique.
      Il n'y a que trois groupes syndicaux qui, au Québec, peuvent faire trembler, pour ne pas dire paniquer, la population et, par conséquent, les politiques: les médecins, les policiers et les pompiers.
      On ne peut s'en passer, ne serait-ce qu'une heure, sans se croire en insécurité totale.
      On leur donne donc tout ce qu'ils demandent ou à peu près.

  • Marcel Bernier - Inscrit 6 juin 2014 05 h 23

    Dans l'ensemble...

    Vous demandez un peu de cohérence au sujet de la rémunération au gouvernement en place. Si ce n'était que dans ce domaine, la demande serait tout à fait raisonnable. Cependant, il ne faut pas oublier que, de mémoire d'homme, ce gouvernement, si on y réfléchit bien, est le plus absurde que nous ayons connu dans l'histoire du Québec.

  • Guy Vanier - Inscrit 6 juin 2014 05 h 26

    Quel horreur ce gouvernement!

    Et vous n'avez encore rien vu... Patience!

    • Danielle - Inscrit 6 juin 2014 09 h 21

      Et il a été élu à majorité! On est pogné avec pour 4 ans. 4 ans de désastresssss

    • Jean-Yves Arès - Abonné 6 juin 2014 11 h 28

      Non seulement élu a majorité parlementaire mais avec une orientation semblable a celle de la deuxième opposition, ce qui donne a cette orientation une légitimité démocratique absolument indiscutable.

      Le PLQ et CAQ ont recueillit 65% des votes, alors que le PQ et QS ont eut l'appui de 33% des votants.

      http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lection

  • André Poirier - Abonné 6 juin 2014 08 h 13

    Pourquoi pas ?

    Pourquoi ne pas se comparer à la France où les médecins sont bien moins
    rémunérés qu’au Québec ?
    Pourquoi ne pas se comparer au Qatar où l’on ne paie pas d’impôts ni de taxes ?