La négligence

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec a déposé 47 accusations de négligence criminelle contre la compagnie MMA et trois de ses employés qu’il estime responsables de la mort d’autant de Méganticois. Leurs procès, qui n’auront lieu que dans plusieurs mois, permettront de partager les responsabilités entre les acteurs de cette tragédie dont plusieurs ne seront jamais l’objet d’accusations.

La comparution des trois accusés dans un palais de justice improvisé à Lac-Mégantic a suscité des réactions partagées au sein de cette communauté. Elle vient panser des plaies et contribuer au deuil des Méganticois. La gravité du processus judiciaire où on nomme les fautes et identifie les responsables peut être d’un certain réconfort. On voit le jour où on pourra clore ce chapitre sombre de l’histoire d’une ville qui n’aspire qu’à la tranquillité. Pour certains, les accusés ne sont toutefois que des boucs émissaires, en ce sens que la négligence qu’on leur reproche aujourd’hui a été induite par des politiques internes de la compagnie et celles du gouvernement canadien en matière de transports.

 

La Sûreté du Québec a fait une enquête poussée pour identifier les responsables de cet accident, aidée en cela par les travaux du Bureau sur la sécurité dans les transports qui pour sa part a déterminé les causes de l’accident, essentiellement des freins appliqués en nombre insuffisant et l’inflammabilité du pétrole transporté. L’accusation de négligence criminelle indique que les accusés ont fait quelque chose ou omis de faire quelque chose qu’il était de leur devoir d’accomplir, et de ce fait ont mis en cause la vie d’autrui. Ce qui leur est reproché dans les faits, du moins on peut le déduire, est de ne pas avoir sécurisé le convoi de wagons stationné en amont de Lac-Mégantic, à Nantes.

 

Négligence et responsabilité sont deux concepts indissociables, même si on aime croire que nos erreurs quotidiennes sont généralement sans conséquence… jusqu’à ce que survienne un drame. C’est justement pour éviter qu’on arrive à l’accident qui rend impotent ou entraîne la mort que des normes et des règles relatives à la santé et à la sécurité au travail ont été imposées. Des normes qu’on a voulues les plus contraignantes possible lorsque la nature du travail, comme dans le domaine du transport, met la vie des personnes entre vos mains.

 

La défense des accusés fera valoir que la négligence qui leur est reprochée est partagée. Le Syndicat des Métallos qui prend fait et cause pour l’ingénieur de la locomotive, Thomas Harding, l’a dit clairement, faisant référence aux politiques de la MMA qui pourront être examinées puisque la compagnie est aussi accusée de négligence. À tout le moins, la culture de cette entreprise portait au laisser-faire. Son ancien propriétaire, Edward Burkhardt, doit lui aussi rendre des comptes.

 

Les accusés voudront également mettre en cause dans ces procès l’allégement des règles de sécurité et des contrôles accordés par le ministère fédéral des Transports pour le transport ferroviaire. Sa décision de permettre la présence d’un seul conducteur à bord des convois ferroviaires peut certainement être considérée comme un facteur ayant conduit à la tragédie.

 

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales n’a pas porté d’accusations contre le gouvernement fédéral, mais ses politiques mériteront d’être invoquées et examinées par le tribunal. Ultimement, c’est aux gouvernements d’assurer la sécurité du public, ce qui ne libère pas pour autant les individus de leurs propres responsabilités. Les procès à venir auront une fonction d’exemplarité. Ils rappelleront aux uns et aux autres que les politiques qu’ils adoptent et les gestes qu’ils posent ne sont pas sans conséquence. Ils peuvent emporter des vies.

17 commentaires
  • François Beaulé - Inscrit 14 mai 2014 05 h 52

    Les accusés pourront se défendre

    Il faudra que le ou les avocats de la défense fassent bien leur travail. Cela permettra au juge et au public de bien comprendre tous les éléments de cette tragédie. La responsabilité du conducteur est grande. Celle de ceux qui le supervisaient aussi. Ce n'était tout probablement pas la première fois que le train a été abandonné sur la voie principale sans freinage suffisant. Il y a aussi une voie d'évitement, parallèle à la voie principale, qui a été construite spécifiquement à cet endroit, justement pour empêcher un train stationné de dévaler la pente.

    Il se trouve que la nuit du drame, peut-être parce que le moteur d'une des locomotives a été stoppé, le train s'est mis à rouler dans la pente et à accélérer, tout simplement soumis à la force de la gravité.

    Tous les détails devront être révélés, au juge et au public.

    • Jacques Patenaude - Abonné 14 mai 2014 11 h 21

      "Ils rappelleront aux uns et aux autres que les politiques qu’ils adoptent et les gestes qu’ils posent ne sont pas sans conséquence. "

      Il ne faut pas se leurrer, seul les petits seront réellement jugés. Le niveau politique et les proprios de cette entreprise pourrie ne seront pas inquiétés. Les accusations portées le démontrent déjà. Au mieux leur irresponsabilité servira à atténuer la condamation des boucs émissaires. Les vrai criminels sont trop gros ou trop riches pour être embêtés.

  • Guy Vanier - Inscrit 14 mai 2014 06 h 03

    harper s'en fou.....

    de la sécurité des gens... Les petits amis ont du pétrole, le plus poluant de la planète, à vendre et il faut le transporter à tout prix, peut importe le risque pour la population.
    Vous n'êtes pas tanné de mourir bandes de caves....

    • François Dugal - Inscrit 14 mai 2014 08 h 06

      La citation correcte de la murale de Jordi Bonnet au Grand Théâtre de Québec est la suivante:
      "Vous êtes pas tannés de mourir, bandes de caves ."

    • Yvette Lapierre - Inscrite 14 mai 2014 09 h 34

      Vous êtes pas écoeurés de mourir... bande de caves! C'est assez!

      Voir image sur internet pour le texte exact

    • Louis Desjardins - Abonné 14 mai 2014 09 h 45

      La citation exacte est :
      « Vous êtes pas écoeurés de mourir bande de caves! C’est assez! »

  • Normand Carrier - Inscrit 14 mai 2014 06 h 56

    Les deux véritables coupables sont absents .....

    Ce sont les dirigeants de la compagnie MMA et le ministère des transports du Canada qui ont tous deux pactiser pour assouplir les règles de sécurité , les modifier a leurs avantages et s'assurer de diminuer les inspections et les controles ..... Nous constatons aujourd'hui le résultat de plusieurs années de négligence et les véritables criminels c'est eux qui mériteraient d'être poursuivis ...

    • René Bezeau - Abonné 14 mai 2014 21 h 37

      Si jamais ce procès confirme la culpabilité des travailleurs de terrain. Cela confortera d'une certaine façon la dérèglementation à tout va du fédéral et le modèle de sous entreprise exploitant avec des équipements désuets et qui servent de "tapon isolant" pour des plus grosses. MMA entreprise délibérément sans moyen dans ce secteur à haut risque afin d'éviter de payer les gigantesques amendes de ce genre de catastrophe. Tristement délibéré comme système !

  • Pierre Labelle - Inscrit 14 mai 2014 06 h 57

    Absents.....

    Comme c'est trop souvent le cas, les vrais responsables de cette tragédie étaient absents. Je ne porte pas ici de jugement sur le travail d'enquête de la SQ, mais le système étant ce qu'il est, j'ai bien peur qu'une fois de plus les véritables responsables, qui selon moi sont les vrais coupables, s'en tirent à bon compte. Ces trois employés servent de boucs émissaires à ce "FENDANT" de Burkhardt, à ces grattes papiers dans d'obscurs bureaux à Ottawa, sans oublier ces "petits" politiciens qui ont permits cette stupide déréglementation, permettant ainsi à la MNA de dépenser le minimum pour la sécurité de ses convois et ainsi empocher le maximum de profit. Au diable les habitants des villes et villages que l'on traverse, cela me fait pensé à une phrase que j'entendais trop souvent au milieu des années 60: "les machines coûtent cher à remplacer, un humain...."

  • Jaber Lutfi - Inscrit 14 mai 2014 07 h 26

    Ils sont déjà en enfer

    Bonne défense ou pas, ils sont déjà en enfer.
    Ils ne sont pas encore reconnus coupables et ils sont violentés. La possibilité -bien réelle- de prison à vie leur pendra au dessus de la tête pendant toutes les interminables procédures. Ce sera une torture constante.
    Être menacé d'aucune possibilité de rédemption, c'est bon pour qui ça? L'accusé en choc post-traumatique, comment survivra-t-il?

    Alors, responsablité individuelle je veux bien mais avec de telles conséquences? Une gaffe et tu meurs.