À la républicaine

Le dixième budget du ministre fédéral des Finances, Jim Flaherty, en est un de continuité. Continuité dans l’approche conservatrice du rôle de l’État, le manque d’imagination et l’arrogance envers les provinces.

Ceux qui considèrent que le meilleur gouvernement est l’absence de gouvernement seront satisfaits. Mais ceux qui, comme nous, attendent du gouvernement central d’une grande fédération qu’il s’attaque aux inégalités de développement ne peuvent qu’être déçus, voire choqués, sans être surpris, de ce budget 2014-2015.

 

Parmi les rares mesures dignes de mention, soulignons la création du fonds pour la recherche nommé Apogée Canada et doté d’une somme de 1,5 milliard à être distribuée aux universités d’ici 10 ans. Malheureusement, même ce fonds répond au credo conservateur très restrictif puisqu’on ne subventionnera que la recher- che « qui génère des avantages économiques à long terme pour le Canada ». Comme si la recherche plus fondamentale ou en sciences humaines n’entraînait pas de retombées économiques !

 

En matière d’aide aux entreprises dont on a beaucoup critiqué le manque de productivité depuis quelques années, le budget s’en tient aux crédits d’impôt existants et surtout aux milliards de baisses d’impôts accordées au fil des ans. Des baisses qui n’ont eu aucun des effets positifs attendus sur l’investissement productif, les entreprises ayant plutôt choisi de refiler l’avantage à leurs actionnaires et d’engranger le reste.

 

Seul le secteur de l’automobile concentré en Ontario aura droit à une aide directe d’un demi-milliard sur deux ans, soit le temps d’une élection au cours de laquelle on voudra faire taire les critiques provenant de ces mêmes constructeurs qui dénoncent la signature prochaine d’un accord de libre-échange avec la Corée.

 

Au chapitre de la formation de la main-d’oeuvre, le gouvernement Harper introduit quelques mesures qui auraient aussi pu avoir du sens, tel le financement de 3000 stages pour les diplômés postsecondaires. Mais là encore, seuls les diplômés « dans des domaines à forte demande » auront accès à ces stages.

 

Pour aider les personnes handicapées à trouver du travail, on crée aussi une nouvelle mesure… à laquelle on entend forcer les provinces à participer.

 

Même scénario en formation de la main-d’oeuvre où Ottawa poursuit avec acharnement la mise au pas des provinces tout en parlant pourtant d’« étroite collaboration ». Non seulement tient-il toujours à récupérer les 300 millions prévus au budget de l’an dernier pour les confier aux entreprises, mais il est maintenant question de revoir toutes les ententes passées, qui totalisent 1,95 milliard.

 

L’objectif est plus clair que jamais : M. Harper veut imposer sa conception de ce qui est bon pour les travailleurs canadiens. Et ce qui est bon, c’est la formation en entreprise, point.

 

Alors que le Canada s’est taillé une réputation exécrable même aux États-Unis en matière d’environnement, le budget ne prévoit rien pour corriger le tir. Rien non plus pour accroître les investissements dans les infrastructures, qui ne représentent que 5 milliards par année en moyenne pour l’ensemble du pays, soit la moitié de ce que le Québec investit à lui seul en une année.

 

Un budget de transition, dit-on ? Transition à la républicaine vers des élections et des milliards en cadeaux fiscaux pour les mieux nantis, oui. Certainement pas vers l’avènement d’un Canada plus prospère, égalitaire et humain.

16 commentaires
  • Nicole Bernier - Inscrite 12 février 2014 06 h 45

    Quand vous dites "Alors que le Canada s’est taillé une réputation exécrable même aux États-Unis en matière d’environnement, le budget ne prévoit rien pour corriger le tir." c'est parce que les mesures sont prises au niveau administratif.

    Selon la Fondation Suzuki: ils ont déjà fait plein de grosses coupures....
    "- Des coupures de 1,5 milliard à l’environnement d’ici 2016.
    - 5 bureaux de réponse en cas de déversement de pétrole fermés à travers le Canada.
    - Des coupures de 8,4% dans la sécurité ferroviaire.
    - 99% des lacs et rivières du Canada sans protection fédérale.
    - Des coupures de 56 $ millions au système canadien d’inspection des aliments
    - 35 bibliothèques gouvernementales fermées.
    - Plus de 5000 emplois supprimés à l’Agence canadienne d’inspection des
    aliments, à Santé Canada, Pêches et Océans Canada et Agriculture Canada
    dans les trois prochaines années.
    - Plus de 298 $ millions en publicités gouvernementales depuis 2009-2010.
    - Le tout alors que les subventions aux énergies fossiles s’élèvent à 1,38 $
    milliard par année.
    Ces choix budgétaires révèlent un portrait de notre pays qui n’augure rien de bon pour notre santé, notre sécurité et notre environnement."

    • Mario Leroux - Inscrit 12 février 2014 09 h 50

      Vous craignez pour votre santé et votre sécurité.On ne doit pas vivre dans le même pays;il y a de plus en plus de caméras de surveillance installés partout et les hôpitaux opèrent encore à ce que je sache.La pollution:trop d°automobiles qui polluent l°air; ça difficile à court terme d°y remédier.L°eau de votre robinet est encore et demeurera potable à moins de détruire les installations d°assainissement.Les déversements en Alberta,province de naissance de M.Harper,il devrait y voir s°il veut être réélu.Et puis l°Environnement,la Santé et la Sécurité publique sont de juridiction provinciale......attendons le budget du Québec Mme Bernier,le dernier remonte à 18 mois.Manque-t-on de courage pour en présenter un.On critiquera après,là il manque des cartes!

    • Patrick Boulanger - Abonné 12 février 2014 14 h 15

      @ M. Leroux

      « Et puis l'Environnement, la Santé et la Sécurité publique sont de juridiction provinciale... (M. Leroux) »?

      M. Leroux, le retrait canadien du protocole de Kyoto ne vient pas des provinces, mais d'Ottawa. Et la GRC, ne relève-t-elle pas aussi d'Ottawa (sécurité publique)?

  • Guy Vanier - Inscrit 12 février 2014 07 h 02

    Merci steven!

    Les québécois vont se réveiller et quitté ce pays qui veux copier/coller les américains à tout prix!

    • Mario Leroux - Inscrit 12 février 2014 09 h 38

      Y-a-t-il un référendum en vue?Même Jacques Pariseau admet que le Québec fonce vers un mur si les finances publiques ne sont pas redressées!Alors attendons le budget du Québec......bon sang ça fait 18 mois depuis le dernier....un peu de courage et après on reparlera de l°avenir.Vous sautez des étapes M.Vanier!

    • Patrick Lépine - Inscrit 12 février 2014 11 h 38

      Monsieur Leroux, les fédéralistes nous ont déjà longtemps habitués à l'attente, que vous vous proposez de prolonger. Mais cette attente ne règle rien on le voit bien.

      Et dans l'expectative, je vous suggère de ne pas troubler les auditeurs.

    • Mario Leroux - Inscrit 12 février 2014 20 h 10

      M.Lépine
      Si vous sentez troublé,la solution est peut-être médicale;moi j°exprime démocratiquement mon point de vue!

  • Pierre Schneider - Abonné 12 février 2014 10 h 43

    Manque de clarté

    Monsieur Sansfaçon, quand vous qualifiez le budget fédéral anti-québécois de "à la républicaine", je tiens à vous souligner qu'il aurait été plus juste de spécifier "à la manière des républicains américains". Car, autrement, il risque d'y avoir confusion des genres, ce qui risque de nuire à notre foi inébranlable à la future République démocratique citoyenne et francophone du Québec. Merci d'en prendre note.

    Pierre Schneider
    Comité national républicain.

    • Mario Leroux - Inscrit 12 février 2014 11 h 10

      Et comme la République démocratique citoyenne du Congo!

    • Frédéric La Brie - Inscrit 12 février 2014 14 h 41

      Ou celle de la suisse on se compare a qui on veut il parait...

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 13 février 2014 05 h 25

      M. Schneider, ne vous inquiétez pas pour la clarté du terme «républicain» employé ici, nous avons tous compris.

      Et M. Leroux, si vous êtes en balade sur un chemin de fer la nuit et que vous entendez siffler le train, que vous sentez les rails vibrer; au lieu de regarder si vous mettez bien les pieds sur les «tails», je vous suggère de vous tasser de là avant de vous faire écraser pas la locomotive; vous n'avez pas la priorité.

      Flaherty ne considère même plus les gouvernements provinciaux comme des centres administratifs. Dans sa façon de diriger, ils ne sont que des nuisances.

      Et le beau gars de la Beauce qui nous dit que le Québec n'est pas assez indépendant du fédéral. Je l'ai bien aimé celle-là. On peut t'arranger ça mon grand !

      Eh qu'on se sent donc bienvenus et respectés dans ce plusss beau grand pays du monde, ça fait chaud au cœur.

      PL

  • Bernard Gervais - Inscrit 12 février 2014 11 h 03

    La vision des conservateurs

    Le désir à tout prix d'Ottawa de récupérer le dossier de la formation de la main-d'oeuvre ? Autre preuve éclatante que les conservateurs veulent tout contrôler, cherchent à imposer « leur » vision du pays.

    Par ailleurs, certains commentateurs ont vanté la redressement des finances publiques du fédéral effectuées par le gouvernement Harper. C'est vrai, mais au prix de coupures drastiques, annoncées souvent brutalement et, par conséquent, sans même que les personnes visées y soient préparées.

    Quant au retour de l'équilibre budgétaire reporté à l'an prochain, sans doute dans le but de promettre des baisses d'impôt fédérales lors des élections de 2015, genre de promesse qui plait bien sûr à ceux veulent un gouvernement « aminci », ce que cherchent à faire les conservateurs depuis leur première victoire électorale !

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 13 février 2014 05 h 33

      Gouvernement «aminci» ??? Comment concilier ce terme avec le nombre grandissant de fonctionnaires au fédéral ? Les chiffres avancés contre les journées de maladie démontrent que c'est parce qu'il y a plus d'employés et non pas parce qu'ils sont plus malade. A force que de n'écouter ce qu'ils disent et ne pas regarder ce qu'ils font, on va se ramasser avec une grosse surprise à la fin.

      PL

  • John Patrick - Inscrit 12 février 2014 11 h 48

    Alors c'est quoi un bon budget?

    Un budget qui finit en déficit?

    Les conservateurs ont énormément de défauts, c'est absolument ridicule. De la partisanerie à l'idéologie fixe, en effet il y a matière à critique.

    Mais de critiquer un budget parce qu'il est plate, c'est un peu farfelue. Le but de ce budget est de retourner à l'équilibre, pour avoir des surplus et ensuite distribuer ces surplus. Bien sur, les conservateurs sont assez tactiques pour que ça coincide avec les élections, mais en quoi est-ce illogique d'attendre de confirmer des surplus avant de les dépenser?

    Vous voulez plein de programmes sociaux, mais sans empiètrer dans les compétences provinciales. Finalement, dans cette optique d'indépendance, vous voulez simplement un ATM du fédéral. Pas de programmes, un gouvernement invisible qui fait juste distribuer de l'argent aux provinces.. ironiquement, c'est bien ce que les conservateurs veulent faire.. ne rien faire et être invisible.

    Tout cet argumentaire sur les bourses en recherche ou en études post-secondaires est basé sur le fait que les conservateurs ont décidé d'allouer ces fonds à des secteurs productifs. J'aimerais bien qu'on m'explique en quoi est-ce que c'est un problème. On n'enlève pas de l'argent aux programmes moins "populaires ou "lucratifs", on encourage ceux qui rapportent à plus court terme. Si certains programmes ont été carrémment aboli au nom de l'équilibre budgétaire, et que c'est relativement raisonnable de le dénoncer, ce n'est pas le cas ici.

    Au sujet de la formation en main-d'oeuvre, ce n'est pas réaliste pour le gouvernement fédéral de le faire eux-mêmes, ils n'ont aucune ressource pour le faire. Ce n'est que de la petite politique de négociation pour faire avancer les choses. La réponse évidente et prévisible de Mme Marois ne s'est pas fait attendre, et c'est un peu ridicule comme tactique des conservateurs, considérant qu'ils croient que le PQ va être majoritaire très bientôt.