Lac-Mégantic - Ottawa doit payer

Magnifique geste de solidarité que cette soirée qui a permis d’amasser plus d’un demi-million de dollars, mardi, au Centre Bell. Avec l’autre demi-million du fonds de reconstruction, la dizaine de millions de la Croix-Rouge et les dons qui s’ajouteront lors de la retransmission du spectacle à la télévision, le montant total recueilli dépassera 12 millions.

 

Fort bien ! Mais nous rendons-nous compte que ce n’est qu’une goutte d’eau par rapport au demi-milliard de dépenses qu’entraîne la catastrophe ? Qui paiera ? Qui doit payer ?

 

Étant donné la faillite annoncée de la MMA et sa faible couverture d’assurance, c’est au gouvernement fédéral qu’il revient de payer la note, car c’est lui qui s’est montré négligent, voire complice de cette entreprise, dans un secteur qui relève de sa responsabilité exclusive. Le drame de Lac-Mégantic n’est pas dû à un désastre naturel et ce n’est pas non plus un accident comme les autres.

 

C’est Ottawa qui a autorisé les sociétés ferroviaires à se débarrasser des tronçons les moins rentables de leurs réseaux en les cédant à n’importe qui. C’est l’Office des transports du Canada qui a délivré le permis d’exploitation de la MMA malgré une sous-capitalisation évidente et les ridicules 25 millions d’assurance responsabilité. Enfin, c’est le ministère des Transports qui a autorisé cette compagnie à fonctionner avec un seul conducteur en sachant pourtant que des locomotives en marche risquaient d’être laissées sans surveillance pendant de longues heures.

 

Mardi dernier, l’Office des transports a suspendu le permis de la MMA. Mais encore ? Qui paiera pour moderniser ce chemin de fer qu’on a laissé pourrir ? Qui transportera les produits fabriqués dans la région ? Et qui paiera pour décontaminer l’eau et le sol et pour reconstruire les infrastructures ? Ottawa aura-t-il le culot d’exiger que l’argent soit pris à même le programme d’infrastructures existant, ce qui priverait le reste du Québec de centaines de millions ? Ce ne sont tout de même pas les 60 millions annoncés le mois dernier à titre de mesures d’urgence qui suffiront !

 

Du côté des ministres fédéraux, c’est silence radio depuis deux semaines. Chacun vaque à ses occupations de fin d’été en attendant que le train passe… Pourtant, c’est ce même gouvernement qui a injecté des milliards pour sauver l’industrie de l’auto et stimuler l’industrie pétrolière.

 

Lac-Mégantic a besoin de la solidarité de tous les Québécois et de l’initiative de leur propre gouvernement, mais il faut beaucoup plus. Et c’est à Ottawa qu’il revient de trouver un acheteur pour la MMA et de prendre à sa charge l’essentiel des coûts de cette catastrophe causée par son laxisme et son absence de jugement en matière de réglementation d’un secteur qui relève de sa compétence.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

32 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 14 août 2013 21 h 59

    Le gouvernement fédéral

    Le gouvernement fédéral donne, dans ce dossier, toute la mesure de son utilité.

  • Luc Archambault - Abonné 15 août 2013 04 h 57

    Le gouvernement du Canada doit payer

    OUI, le gouvernement du Canada doit payer... enfin, quelqu'un qui ose le dire... ! Pourquoi !? Parce qu'il est responsable, imputable, exclusivement responsable et imputable d'avoir accorder une accréditation à une compagnie qui n'avait pas les capacités d'assumer les frais lié au déraillement du train transportant telle quantité permise de matières explosive et lié à l'explosion et au déversement de ces matières dangereuses stationnées sans surveillance tel que l'ont permis les autorités du gouvernement du Canada. Les sommes payés par Québec, par le Québec doivent être entièrement remboursées par le Gouvernement du Canada, ce responsable irresponsable.

  • Jacques Boulanger - Inscrit 15 août 2013 06 h 15

    Traitement injuste

    Traitement injuste à l'endroit du gouvernement conservateur. Vous oubliez la côte Gilmour ! Les Québécois, eux, n'oublieront pas et seront fidèles au poste !

    • Alain Castonguay - Abonné 15 août 2013 08 h 41

      Votre commentaire est tellement surréaliste que les bras m'en tombent. Probable que vous ne demeurez pas à Lévis et que votre source d'eau potable n'est pas menacée par le déversement du 6 juillet. Il en coûtera des centaines de millions $ pour compenser ce dégât environnemental et social. À peine le coût d'un F-35.

    • Colette Pagé - Inscrite 15 août 2013 09 h 09

      Un projet dénoncé par les groupes de citoyens ne suffira pas à faire oubler l'incompétence de Transports Canada qui par son fait sa négligence et son habileté doit être tenu responsable de la tragédie du Lac Mégantic. Ce Ministère d'abord et avant tout au service des entreprises place la sécurité des citoyens comme étant la dernière de ses préoccupations. À preuve, sa négligence à mettre en application les recommandations faites par les experts. À la prochaine élection les Québécois s'en souviendront et je l'espère réduiront à néant le nombre de députés québécois de cette formation.

    • Jacques Boulanger - Inscrit 15 août 2013 11 h 19

      Vous comprendrez, M. Castonguay, que j'ironisais. Mais, je maintiens toutefois que les conservateurs maintiendront leurs acquis dans la région de Québec et dans la Beauce. Maxime Bernier peut dormir sur ses Jos-Louis, y'a pas de problème !

    • Jacques Boulanger - Inscrit 15 août 2013 11 h 21

      Hélas, M. Gélinas, sur le bon souvenir des Québécois comme des Beaucerons, je gagerais un 2$ contre vous là-dessus.

    • Alain Castonguay - Abonné 15 août 2013 18 h 07

      M. Boulanger, vous avez donc la preuve que l'ironie ne passe pas très bien à l'écrit!
      Cela dit, je ne partage pas votre pessimisme à l'égard du peu de mémoire des Québécois. Le PLC peut en témoigner, après des années de misère électorale. Le parti de Stephen Harper multiplie les scandales et on a encore deux ans avant les élections. N'allez pas croire qu'ils n'en subiront pas les conséquences éventuellement.
      Je vous souligne qu'ils ne sont plus que cinq députés de ce parti aux Communes en provenance du Québec. Descendre plus bas, ça sera plutôt difficile.
      Quant à Maxime Bernier, il est si divertissant! (ironie)

  • France Marcotte - Inscrite 15 août 2013 06 h 35

    Et si Ottawa refuse?

    N'aurons-nous pas la preuve par A+B que le fédéral a peu de considération pour le Québec, qu'il ne le soutient aucunement en cas de difficulté majeure, même s'il l'a lui-même causée?

    Que fera le Québec de cette preuve?

    • Diane Gélinas - Abonnée 15 août 2013 22 h 41

      Si Ottawa refuse... Le Québec devrait se rembourser à même sa perception de la TPS jusqu'à concurrence de la totalité des frais de redressement de TOUS les torts causés par ces ineptes fédéralistes, tant Libéraux que Conservateurs.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 16 août 2013 06 h 01

      Si nous étions américains, nous dirions : «Remember Mégantic !» Comme ils ont dit «Remember the Alamo !» ou «Remember Pearl Harbour !» en cri de ralliement et nous agirions en conséquences.

      Mais vue que nous sommes québécois, nous allons probablement couper les cheveux en quatre pour arriver à la fin à... rien. Encore une fois.

  • Richard Maltais Desjardins - Abonné 15 août 2013 07 h 58

    Culpabilité ou responsabilité?

    Le fait de trouver des coupables en cette affaire peut sans doute satisfaire notre besoin de justice, nous donner l’occasion de réitérer notre engagement collectif à chercher le bien, à combattre le mal et à punir ceux qui ne se sont pas montrés à la hauteur : la MMA et le gouvernement fédéral. L’exercice est d’autant plus naturel que ce sont deux figures abhorrées : celle d’un train fou opéré par un américain cupide et celle d’un parti politique voué à la destruction de notre patrie. Exercice naturel, nécessaire, salutaire.

    Mais si justes soient la révolte et la colère, elles ne sont pas d’une grande utilité pratique, s’agissant de réparer ceux des torts qui peuvent l’être. Elles peuvent même conduire au genre de contresens que monsieur Sansfaçon commet aujourd’hui. En effet, en exigeant que« le fédéral» paie la note pour cette tragédie, ce qu’il dit dans les faits, c’est que tous les canadiens devront expier pour le poids des fautes des gouvernements successifs comme si nous les avions nous-mêmes commises à notre profit.
    Cela aussi, c’est assez vrai… Il me semble pourtant que nous devrions mettre un peu de côté pour un temps cette recherche de coupables pour nous en tenir à la plus froide évaluation de la responsabilité. Celle-ci me semble se mesurer ici au profit que chacun des acteurs du désastre était susceptible de tirer du convoyage de ce pétrole vers la raffinerie. Était-ce le vendeur? Était-ce le raffineur? Était-ce le CP? La MMA? La hauteur du profit anticipé mesure la responsabilité quant aux risques associés. Des calculs relativement simples montreront que l’opérateur de chemin de fer, à qui on a voulu refiler toute la facture était en réalité celui qui en tirait le plus petit bénéfice.

    Que je sache, ce sont les compagnies pétrolières qui retirent de faramineux profits de leurs opérations. Nos sociétés dites libérales leur reconnaissent pleinement le droit de le faire. Pourquoi ne pourrait-on pas aussi généreusement leur imputer la responsabilit

    • lise pelletier - Inscrit 15 août 2013 10 h 24

      Absolument, vous avez tout à fait raison.

      Tous semble oublier que le gouvernement, c'est nous, si le fédéral est dans l'obligation de payer pour cette tragédie humaine, matérielle et environnementale.
      Il nous retournera la facture par nos impôts. C'est pourtant clair.

      Aux vrais responsables de payer, mais eux aussi nous refilerons la facture.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 15 août 2013 11 h 00

      Pourquoi ne pourrait-on pas aussi généreusement leur imputer la responsabilité des risques associés et qu’elles sont tout à fait capables d’assumer? Pour cela, pas besoin de tirer à boulets rouges sur tout ce qui bouge. Juste un peu de cette rationalité au service de laquelle le droit doit se mettre.

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 15 août 2013 12 h 10

      À Lise Pelletier :

      Le gouvernement fédéral, c'est nous et le gouvernement québécois, c'est nous. Mais ce n'est pas le même nous.

      Si le fédéral s'en tire avec son engament minable de 60 millions$, les contribuables québécois (nous) qui paieront tout le reste (entre 500 millions$ et 1 millard$).

      Si le gouvernement Harper paie, les frais sont répartis sur l'ensemble des contribuables canadiens, en majorité hors du Québec. Or cela tombe bien; ce sont eux qui ont élu ce gouvernement, pas nous.

      Jean-Pierre Martel

    • Simon Pelchat - Abonné 15 août 2013 13 h 12

      Je suis d'accord avec vous mais j'y ajoute un élément. Le Gouvernement Fédéral, étant un des responsables, doit gérer ce dossier qui lui revient entièrement en avançant les fonds et en poursuivant les entreprises incluant les pétrolières, à rembourser parce que le payeur de taxes ne doit pas payer ni au provincial ni au fédéral.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 15 août 2013 14 h 20

      Monsieur Pelchat, tout à fait d'accord: le gouvernement fédéral doit assumer les responsabilités politiques qui sont les siennes à l'endroit des parties impliquées. Je ne comprends d'ailleurs pas l'empressement avec lequel le ministre Hébert a annoncé que les québécois allaient devoir payer la facture...

    • Nicole Moreau - Inscrite 15 août 2013 17 h 42

      Et si on demandait collectivement au fédéral, de prendre l'argent nécessaire pour assumer les coûts de la décontamination de cet accident dû en grande partie au laxisme et à la déréglementation dans la subvention annuelle de plus d'un milliard 300millions $ attribués aux pétrolières

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 15 août 2013 17 h 46

      Ne serait-ce pas faire porter à toutes la responsabilité qui incombe à une seule?

    • Nicole Moreau - Inscrite 16 août 2013 09 h 59

      à Richard Maltais Desjardins,

      je crois que l'ensemble des pétrolières sont assez riches pour se passer des subventions gouvernementales si bien que réduire cette subvention ne me semble pas injuste et ça donnerait à toutes une indication claire que la décontamination suite à des accidents représente une responsabilité qu'elles doivent assumer

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 17 août 2013 06 h 37

      Mes chers amis, après tous ces détours, la facture sera payée par les consommateurs. Sinon par nos impôts, à la pompe ! Tout dépend de combien d'intervenants que vous voulez mettre entre la main qui se tend et votre porte-feuille qui est sa cible. Les «riches» ne le sont pas devenu en «payant» !

      Merci.

    • René Deshaies - Inscrit 17 août 2013 09 h 22

      À M. Maltais Desjardins,

      Vous "théorizez" dans le verbiage. On est dans le sophisme.

      Pourquoi le fédéral ne payerait pas! Il devrait, s'il payait, il se sentirait au moins une part de responsabilité et une part d'imputabilité. Ce gouvernement qu'il soit rouge ou bleu, c'est le même gouvernement, la même fonction publique.

      Si le gouvernement fédéral payait, au moins les élus se rendraient compte de l'impact du le laxisme dans l'application des lois fédérals.

      S'il ne paye pas, il n'y a aucune incitation à faire mieux. Ils peuvent continuer à agir comme avant, ils savent qu'il n'y aura aucune pénalité. C'est quand ça touche le portefeuille dans la poche que les vrais choses se passent.

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 17 août 2013 13 h 54

      Monsieur Deshaies, verbiage pour verbiage, je préfère désigner des responsables réels, soit ceux qui tirent profit de l'activité pétrolière que tenir un discours moralisateur à l'encontre de cette entité toute théorique «le fédéral» à qui vous demandez de payer comme si ce n'était pas dans nos poches qu'il allait puiser pour ce faire. Je ne vous accuserai pas de verser dans le sophisme, mais...