Armes à feu - Infanticide

Au commencement, il y eut le massacre de plus de 25 enfants et adultes dans une école du Connecticut. Dans le droit fil de ce drame, il y eut la promesse de Barack Obama de modifier l’horizon du commerce des engins de mort. Ensuite ? Des élus républicains ainsi qu’un commando de démocrates se sont acharnés à cabosser la timide réforme du président. Aujourd’hui, le débat se caractérise par la rage. Par cet absolu de l’irrationalité.

 

Au cours de la semaine dernière, les membres de la National Riffle Association (NRA) étaient en congrès à Houston. Au terme de cette messe logeant à l’enseigne de l’affection prononcée pour les balles, les traçantes comme les banales, leur nouveau président a formulé des propos qui donnent froid dans le dos. Tenez-vous bien, selon James Porter, c’est son nom, le ministre de la Justice, Eric Holder, est « farouchement antiaméricain », Obama « est un faux président », la guerre de Sécession fut en fait une « guerre de l’invasion nordiste ».


Tenez-vous bien encore, dans une logique qui emprunte davantage à celle des vampires, des Nosferatu, qu’à celle de l’esprit sain dans un corps sain, d’après Porter, ceux et celles qui sont encartés dans la NRA sont « les défenseurs de la liberté. Nous en sommes les protecteurs ». Tous sont « sur la ligne de front » à mener une guerre « entre deux cultures qui va au-delà du droit de porter une arme ». Avec de tels propos, c’est à se demander si le porte- parole en chef des obéissances aux canons du racisme dans sa version musclée ne devrait pas participer aux Olympiques de la sédition. À tout coup, il remporterait la palme.


D’autant qu’au même moment, les correspondants canadiens de la NRA, même s’ils se défendent de prendre leurs ordres auprès de cette dernière, ont fait l’apologie de la présence de gardes armés dans les écoles, mais aussi sur les campus des cégeps et des universités. Le prétexte ? Si présence de gardes armés il y avait eu au Connecticut, le massacre aurait été évité. Car, par un de ces raccourcis colorés par une défense fanatique du droit individuel qui interdit toute observation du devoir, dans le sens évidemment citoyen du terme, ces messieurs de la NRA ont établi le principe que plus d’armes signifie plus de sécurité. Et signifie surtout, n’a pas manqué de marteler le sieur de La Palice, beaucoup plus d’espèces sonnantes.


Dans cette histoire, plus exactement dans sa récente chronologie, un fait mérite d’autant plus un arrêt sur image qu’il est l’illustration par excellence de l’irresponsabilité, de l’insensibilité, du fanatisme comme il est la mise en relief de l’esprit retors qui semble être l’ADN de la NRA. De quoi s’agit-il ? Dans les jours antérieurs au congrès de la NRA, un gamin de cinq ans a tué sa soeur de deux ans avec un fusil qui lui avait été offert. Un fusil, c’est à retenir, qui a été conçu pour lui. Un fusil qui fait l’objet de campagnes de publicité. Un fusil qui fait partie d’un éventail de fusils destinés aux enfants.


Auparavant, on l’a déjà souligné mais on tient à le répéter, le conseil municipal d’une petite ville de Géorgie a adopté un décret qui oblige tous les résidants à posséder une arme ! À coeur d’année, la NRA nous serine que toute volonté de contrôle des armes est une amputation des libertés. Mais au nom de la sécurité, et surtout du commerce, ici et là on s’emploie à amputer la liberté en question dans un sens totalement inverse.


La dérive sociopolitique dont ce sujet est beaucoup plus que le symptôme s’avère comme jamais « une histoire de bruit et de fureur racontée par un idiot ».

16 commentaires
  • Serge Manzhos - Inscrit 11 mai 2013 01 h 00

    natural selection des faits par la gauche

    On aime ici citer les pays scandinaves en exemple quand il s'agit de vendre des taux d'imposition exorbitants. Ditto pour les politiques environmentales en provenance de l'Europe même quand ils heurtent les intérêts économiques et la base de ladite taxation ici au Canada (pétrole). Ditto pour le système de sante publique même en face du simple fait qu'il ne marche pas si bien que ça au Canada.
    Mais la, c'est les armes. Il y un pays en Europe somme toute exemplaire, très riche, stable, démocratique, éduqué et très sur en plus. Suisse.
    En Suisse, il y un demi-million que de fusils d’assaut dans les ménages. A peu près 1/3 des ménages possèdent un arme d’épaule contre un peu plus de 40% aux E.-U.
    Alors quelque-chose ne marche pas dans votre théorie Le fait de presque jamais mentionner la Suisse dans toutes ces articles fait plutôt penser que vous sélectionner les faits qui correspondrait a des idées bien en place plutôt que pour un vrai analyse.
    Un autre exemple de l'Europe: pensez-vous que quelqu'un comme Loukaschenko, le président de la Biélorussie qu'on aime décrire comme la dernier dictature en Europe, serait toujours en poste si la population était armée?

    • Marc-André Laramée - Inscrit 12 mai 2013 01 h 00

      Tant qu'à parler de traitement partial...

      Vous êtes bien sûr au courant qu'en Suisse, la possession d'une arme d'assaut est conditionnelle au service militaire, qu'il est illégal de sortir une arme de son cabinet de rangement cadenassé sauf en cas d'exercice militaire, que des inspections régulières sont menées pour s'assurer du respect de ces conditions et que les peines légales encourues par les contrevenants sont d'une sévérité à faire pâlir les juges américains les plus intransigeants...?

      Que, par opposition, les armes aux USA ne sont contrôlées qu'à l'achat (et encore, selon un système de "background check" passablement défaillant), que certaines armes sont fabriquées spécialement pour des enfants (!?), qu'on peut se procurer dans tout bon magasin un support permettant d'accrocher son arme au côté de son lit, etc.

      Ce qui est en cause dans cet article, et dans le débat plus général sur la question des armes, c'est non pas la simple possession d'armes, mais bien les intentions, voire la culture sous-tendant cette possession. Or, si l'auteur de cet article ne parle pas du cas de la Suisse, c'est qu'il n'y a absoluement aucune comparaison qui tienne avec les États-Unis à ce chapitre.

    • France Marcotte - Abonnée 12 mai 2013 05 h 16

      Votre commentaire a la violence d'un coup de feu, le tranchant d'une lame de couteau.

      Il juge, blesse et saccage en faisant des mots des projectiles de hargne.

      Il est la démonstration que les armes apportent désolation et tristesse.

    • Marc Provencher - Abonné 12 mai 2013 17 h 31

      @ MM. Laramée : Et qui plus est, je me suis fait expliquer l'été dernier par des touristes suisses hilares que l'arme que chaque Suisse ayant fait son service militaire conserve chez lui doit être démontée et les parties de l'arme disséminées dans plusieurs pièces de sa résidence ! Si un inspecteur trouve l'arme assemblée en un seul morceau, ou les morceaux de l'arme dans une seule pièce de la maison, le négligent citoyen court au devant des pires ennuis.

      Qu'en dites-vous, citoyen Manzhos ? Ne devrait-on pas adopter cette jolie loi helvète au pays de la gâchette ?

  • marc andre - Inscrit 11 mai 2013 09 h 45

    la suiisse...

    En Suisse, le service militaire est obligatoire et tous les réservistes, qui sont sollicités chaque année pour des exercices de rappel, doivent conserver leur fusil d'assaut à domicile. Cette loi historique fait de la Suisse le pays d'Europe qui compte le plus d'armes à feu. Ceci explique le taux d’arme en circulation.

    L’autre aspect est le taux de suicide par arme à feux. Selon le Figaro le pays compte 259 décès par armes à feu en 2008, dont 239 suicides. «On compte environ 1400 suicides par an en Suisse, dont près du quart se fait par le biais d'une arme à feu,

  • Jean-Benoît Allard - Inscrit 11 mai 2013 10 h 28

    La culture par les armes fait rage depuis la nuit des temps. Des commentaires comme celui-là nous rappellent qu'elle est bien loin de partir de nos moeurs...

  • Sébastien Paquin - Inscrit 11 mai 2013 15 h 25

    Et pourtant...

    Les meurtres et les crimes violents sont en baisse aux États-Unis depuis 20 ans. Pendant que le nombre d'arme à feu a doublé et que les lois sur le port d'arme à feu dans la majorité des États Américains sont devenues plus permissive, les homicides ont baissé de 49% et les homicide avec armes à feu ont baissé de 39%.

    Plus d'armes et moins de violence...Toutes les théories en faveur d'un plus grand contrôle des armes à feu sont-elles bonne pour la poubelle? Les militants anti-armes à feu devraient avoir une vision d'ensemble plutôt que de se concentrer sur des indicents malheureux, mais aussi isolés et rare.

    • marc andre - Inscrit 12 mai 2013 08 h 50

      Un suicide, un meurtre, un blessé par arme c’est toujours plus qu’une personne qui est touchée. C’est une famille, des amis, une communauté, une école, ect. !
      Moins d’arme moins de violence !

  • Georges Tissot - Abonné 11 mai 2013 18 h 11

    Esprit?

    Que le président d’ une association nationale affirme ce que vous avez cité est symptomatique non seulement de son état d’ esprit, mais sans doute de la majorité de ses membres. Accuser le ministre de la justice d’ être farouchement antiaméricain c’est dévoiler un esprit captif : enfermer dans une idéologie : la possession du véritable esprit américain! Une question, qui ne fera pas partie d’ un débat national, c’est la nature de la violence et ses causes. Quant à la relation entre la sécurité par les armes et la liberté, il faudra attendre. Quant à fabriquer des fusils pour les enfants, et des parents qui encouragent ce genre de commerce, il faudra continuer à réfléchir à la nature de l’éducation civique. Il ne semble pas que l’ensemble de la nation peut examiner son rapport aux armes ainsi qu’à son impérialisme : ceux et celles qui représentent la nation n’ ont même pas le respect de son opinion ( ceux et celles qui ont réduit la réforme fragile du président à néant alors que les sondages... )