John Baird en Israël - Plus qu’un café

Non, ce n’était pas qu’un côté de rue que le ministre des Affaires étrangères John Baird a traversé quand il a rendu visite, il y a quelques jours, à la ministre israélienne de la Justice dans son bureau de Jérusalem-Est. C’est l’explication qu’il a donnée, et sa désinvolture ajoute à l’odieux du geste qu’il a posé, d’ailleurs qualifié de « gifle » par Nabeel Shaath, ancien ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne.

Les pays occidentaux ne reconnaissent pas l’annexion de Jérusalem-Est par Israël et n’y tiennent donc pas de rencontres diplomatiques. La position officielle du Canada, bien affichée sur le site du ministère de M. Baird, conteste également le contrôle israélien sur les territoires occupés.


C’est donc de manière délibérée que le ministre a fait fi de cette tradition, en s’en moquant en plus : « Le lieu où j’ai pris un café avec Tzipi Livni n’est pas pertinent et n’indique aucun changement dans la position canadienne. »


Mais les cafés d’un ministre en voyage officiel n’ont rien d’anecdotique et M. Baird, qui vient de conclure une tournée de plusieurs jours du Moyen-Orient, le sait fort bien. Il le sait d’autant plus que l’ambassade du Canada en Israël l’avait mis en garde contre ce passage par Jérusalem-Est et par le plateau du Golan, autre visite contestée du ministre. Le gouvernement conservateur ne tenant pas ses équipes diplomatiques en haute estime, cet avis a été ignoré. Mais le ministre travestit hautement la réalité quand il soutient par la suite que le lieu de sa rencontre n’avait pas d’importance. Une « discussion sémantique », a-t-il ridiculisé.


Là où l’on peut donner raison au ministre, c’est sur le fait que ce café n’a pas changé la position canadienne. Certes non, puisque stricto sensu, le bouleversement a eu lieu depuis l’arrivée des conservateurs au pouvoir ! Ils sont devenus les alliés non pas sûrs, comme ils aiment le dire, mais aveugles d’Israël. Aveugles parce que sans recul face aux positions israéliennes, aveugles parce que méprisant les symboles dans une région qui en est surchargée, prenant petitement parti là où le Canada devrait plutôt être un médiateur dans un processus de paix.


M. Baird, l’un des plus pro-Israël d’un gouvernement qui l’est déjà beaucoup, fera valoir que c’est précisément le rôle qu’Israël lui a demandé de tenir dans le cadre de sa tournée. Une médiation quand même particulière puisqu’Israël souhaite qu’aucune condition préalable ne soit posée. Traduction : que l’Autorité palestinienne n’exige plus, avant toute discussion, que cessent les colonies israéliennes de peuplement sur son territoire. Discours repris par M. Baird. Quel arbitre que voilà !


Tant de partialité fait honte. Mais qu’est-ce que la honte pour un gouvernement comme celui de Stephen Harper ?…

7 commentaires
  • Pierre Denis - Inscrit 13 avril 2013 10 h 39

    Du conservateur typique.

    Une diplomatie aussi élégante et subtile qu'un éléphant sur les stéroïdes dans un magasin de porcelaine.

  • Bernard Dupuis - Abonné 13 avril 2013 14 h 43

    L'instinct ou la justice?

    Baird semble se fier à son instinct et se cache derrière les plus forts. La justice pour les 600 000 Palestiniens dépossédés de leurs maisons et de leurs terres est laissée pour compte.

    Bernard Dupuis,
    Berthierville

  • Colette Pagé - Inscrite 13 avril 2013 18 h 25

    Honte au Canada de Stephen Harper !

    L'aveuglement du Canada de Stephan Harper dans la défense des intérêts d'Israël fait honte au Canada jadis reconnu pour sa neutralité au Moyen-Orient et par sa recherche d'un consensus. En refusant à la Palestine un statut pariculier aux Nations Unies par crainte que la Palestine porte plainte contre Israêl au Tribunal pénal international, le Canada nie le droit d'un État de faire respecter par un Tribunal supérieur les droits bafoués de ses citoyens qui vivent dans des conditons inacceptables. Commment expliquer le fait que le Canada garde le silence dans le développement sauvage des colonies.

  • Michel Gélinas - Abonné 14 avril 2013 08 h 33

    Quel affront au peuple palestinien!

    Vraiment, ce ministre Baird et ce gouvernement conservateur se laissent dicter leur politique étrangère par Israël! Décourageant! Le Canada est rejeté de la communauté internationale avec ce manque de jugement sur la question israélo-palestinienne. Le Portugal a été préféré facilement au Canada pour un siège non-permanent au Conseil de sécurité de l'ONU; très peu de chefs d'Etat viennent rendre visite à ce gouvernement à Ottawa; c'est un gouvernement guerrier plutôt qu'un acteur actif pour la paix...
    Et aucun de ces changements majeurs dans les traditions politiques canadiennes ne sont expliqués aux Canadiens et aux Québécois. En français, c'est ad nauseam la même déclaration(cassette): «Ce gouvernement s'occupe de l'économie et de l'emploi..». Il y a un déconnection d'avec les citoyens dans la façon d'Harper d'agir sans nuance, dans tenir compte de la modération canadienne et de la sensibilité des Québécois/Canadiens pour la cause palestinienne. Aller à Jérusalem-est et au Golan, c'est de la provocation inutile et qui déclasse le Canada pour tout rôle futur.

    Finalement, ce ministre Baird n'aide pas Israël; le ressac causé par l'intransigeance et le mépris des droits légitimes des Palestiniens par ce Netanyahou, ce Baird et ce Harper viendra bien, avant longtemps!

    • Guy Haddad - Inscrit 14 avril 2013 21 h 59

      il y a aujourd'hui d'autres sources d'info que Radio Canada et l'AFP de grâce Monsieur , n'insultez pas votre 1er ministre car il est dans le vrai, a contre courant mondial certes,.. mais il est le seul (merci au petrole Albertain) a ne pas s'abaisser devant les petro $ et l'or noir de nos cousins, qui detruisent tout partout ou ils s'installent........Pauvre France et Belgique....

  • Rafik Boualam - Inscrit 14 avril 2013 11 h 33

    Thatchérisme

    Je ne peux pas m'empêcher de faire le paralléle avec l'époque de l'apartheid sud africain. Alors que la majorité des pays dénonçaient la politique raciste des afrikaners, Mme Thatcher persistait à le soutenir et à qualifier Mondella de terroriste, elle disait même que tout le monde avait tort et qu'elle avait raison. Cette myopie lui a coûté cher. J'espère que le même sort attend notre Harper.