Le racisme des Frères musulmans - De l’abject

Décidément, l’inhumanité a le vent en poupe. Quinze jours après la libération d’un imam saoudien qui avait violé et tué sa fille de cinq ans en novembre dernier, voilà que d’Égypte nous parvient un écho très violent, très sanglant : une augmentation très prononcée des viols depuis la chute d’Hosni Moubarak il y a deux ans. Avec, en prime à l’abject, la caution des Frères musulmans.

 

Le 25 janvier dernier, soit deux ans après le départ de Moubarak, des milliers d’Égyptiens ont défilé sur la place Tahrir, certains en formulant des slogans critiques à l’endroit des Frères, d’autres en martelant le contraire. Au milieu de ce brouhaha découlant de positions politiques contraires, 18 femmes ont été violées. On insiste : 18 absolus de brutalité en un seul et même lieu.


Après l’insistance, il faut s’attarder à ce qui relève bel et bien de la bâtardisation de l’humanité, de la négation de la politique dans le sens le plus ancien du terme, soit la politesse comme préalable obligé à la politique, et enfin de l’expansion de la peur. De quoi s’agit-il ? Cette journée-là comme lors de journées antérieures, les infirmières ont déconseillé fortement la déposition de plaintes, soit le recours à la police. La raison invoquée ? Bien des policiers sont de mèche et donc fortement enclins à en rajouter. Bref, le nombre de viols est plus imposant qu’on ne le croit.


La moitié du monde subit ce qu’il ne serait pas exagéré de qualifier d’épidémie et comment réagissent les autorités ? À la manière saoudienne, c’est-à-dire en cantonnant la femme dans le rôle d’un objet animé appartenant à la catégorie des races inférieures. Celles-ci sont donc des êtres immatures à qui, tout logiquement, il faut retirer tout ce qui ressemble de près comme de loin au libre arbitre.


On en doute ? Tenez-vous bien, voici ce que pense un général de la police du Caire : « […] la fille suscite à 100 % son propre viol lorsqu’elle se met elle-même dans de telles conditions. » Les conditions en question étaient celles-ci : ces femmes étaient avec des hommes qui contestaient les Frères. Ce n’est pas tout. Selon un député islamiste, les femmes ont le « culot » de demander la protection du ministère de l’Intérieur alors qu’elles manifestent contre les Frères. Ce n’est pas tout (bis). Les dirigeants de ces derniers estiment que toutes les femmes qui se plaignent d’assauts sexuels doivent être blâmées et ajoutent qu’à l’avenir il faudrait imposer la ségrégation dans les manifestations. Lentement mais sûrement, le président Mohamed Morsi et ses Frères sont en train d’introduire la charia tous azimuts.


Au milieu du présent mois, ces religieux méticuleux mais balafrés de la politique ont posé un geste qui en dit long sur le fanatisme antifemme mais aussi sur leur haine de la démocratie. En effet, il y a une quinzaine, la Commission de la condition de la femme, de l’ONU, a publié un texte dénonçant la violence qui leur est faite dans le monde. La confrérie s’est empressée de publier un communiqué pour dénoncer le geste « onusien » sous prétexte « qu’il violait les principes de la charia ».


Qu’on y songe : la direction des Frères juge que la dissertation de l’ONU revient à garantir l’égalité sexuelle, l’usage de contraceptifs, le recul de l’âge du mariage, à donner aux femmes des droits qui vont amputer ceux de leurs maris, établir l’égalité entre héritiers, leur permettre de déposer des plaintes pour viol, pour les femmes musulmanes, de marier un non-musulman, un infidèle, etc.


Trop souvent, lorsqu’il est question de ce type de faits, lorsqu’on lit ce genre de propos, on enrobe le tout du qualificatif suivant : féodal. Dans le cas qui nous occupe aujourd’hui, employer le terme « féodal » reviendrait à injurier la féodalité. Car le cas qui nous occupe aujourd’hui présente tous les stigmates du racisme absolu, très obtus.

À voir en vidéo