Les banques à l'amende - La prime aux escrocs

Lorsque le montant de l’amende négocié entre la justice américaine et la banque HSBC, soit près de 2 milliards, a été rendu public, ici et là on a qualifié la somme de record. Foutaises! Quand on sait que la capitalisation boursière de cet établissement britannique est de 150 milliards, quand on sait que ses opérations de blanchiment au bénéfice des cartels de la drogue du Mexique et de Colombie, de nettoyage des liens financiers entre banques saoudiennes et réseaux terroristes, de mutations des pétrodollars iraniens, d’affaires bancaires cubaines, birmanes et libyennes ont avoisiné les 470 milliards, soit un total qui est la contradiction absolue de la bagatelle, quand on sait cela et que l’on entonne les accents de la satisfaction en évoquant les 2 milliards, cela revient à se moquer, pour rester très, très poli, du monde.

D’autant que l’accord intervenu entre une banque qui a vu son action prendre de la valeur après l’annonce et une justice qui a négocié, dit-on, sur la base du scénario le plus clément, pour HSBC s’entend, cet accord donc comprend son lot d’injustices, de scandales. En effet, aucun, absolument aucun des cadres supérieurs n’a été traduit devant les tribunaux alors que les autorités chargées de la surveillance des HSBC de ce monde les ont prévenus à plusieurs reprises que tel geste était tout bénéfice pour les marchands de drogues, tel autre pour l’Iran etc... Aucun cadre n’a été inquiété. Même pas le responsable du contentieux. D’un contentieux, il vaut la peine de le souligner, que la haute direction s’était plu à réduire à une peau de chagrin. Après tout, pourquoi s’embarrasser d’un service qui ose voir à la conformité de nos décisions avec la loi? Ce n’est pas tout.


Non seulement aucun auteur et acteur de ces escroqueries sur grande échelle n’a été inquiété, mais les autorités fédérales ont refusé d’intenter une poursuite en bonne et due forme. La raison invoquée par l’un des procureurs du Fédéral? Infliger un procès à HSBC aurait eu des répercussions telles qu’il aurait eu un effet systémique sur l’univers de la finance. Ainsi donc, et comme l’ont noté plus d’un observateur à travers la planète, après le «too big to fail» ou trop gros pour faite faillite voici le «too big to jail» ou trop gros pour être emprisonné. On aurait voulu diminuer l’esprit de justice à trois fois rien ou ramener la philosophie du droit à un rameau de sophismes, on ne s’y serait pas pris autrement.


Dans cette histoire, il faut garder à l’esprit qu’outre HSBC, les banques ING, Standard and Chartered, Crédit Suisse, Royal Bank of Scotland, Lloyds et Barclays ont été punies, légérement que l’on ne s’en fasse pas, pour des faits plus ou moins identiques à ceux commis par HSBC. D’autres devraient suivre. Mais bon... aucun individu ne sera inquiété. Nous voici plongés dans l’univers de la justice désincarnée.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

6 commentaires
  • Marie-France Deshaies - Inscrite 14 décembre 2012 06 h 58

    Les banques a l'amande - La prime aux escros

    C'est pas possible d'en être rendu la et de continuer a avoir bonne conscience a envoyer en prison une personne qui a volé une orange...........

  • Claude Laferrière - Inscrit 14 décembre 2012 10 h 47

    et la prolifération nucléaire...

    ...en plus de financer des projets douteux auprès de puissances qui ne cachent plus leur désir d'hégémonie mondiale à n'importe quel prix humain, l'Iran et la Chine qui vient d'acquérir une partie du territoire canadien sous Harper, pour ne nommer que celles-là!

  • François Dugal - Inscrit 14 décembre 2012 12 h 18

    Je radote

    Je sais que je radote, que je répète inlassablement un lancinant leitmotiv.
    Mais encore une fois, cette vérité nous saute au visage: la justice appartient aux riches.
    Accusations criminelles, amande ridicule. L'expression «Laughing all the way to the bank» prend ici tout son sens.

    • François Dugal - Inscrit 14 décembre 2012 14 h 54

      Correction de l'auteur; amende ridicule,
      Merci de votre tolérance.

    • Denis Miron - Inscrit 14 décembre 2012 19 h 53

      Si pour vous ce jugement représente la justice ,et bien, j'imagine que vous ètes riche pour pouvoir radoter ad nauséam ce point de vue. Il serait intéressant que vous puissiez développer votre raisonnement en écrivant plus que 5 lignes de texte, car très souvent votre pensée se résume à 2 ou 3 lignes, vous nous placez devant un mode de penser en forme de slogan
      Vos affirmations manquent de développement.
      En d'autre mots, qu'est-ce qui vous amène à dire que le jugement qui conduit à cette amende (1.9 milliard$)est juste,puisque vous semblez dire que justice a été rendu, et par conséquent celle-ci appartient aux riches

  • Freddy Brighton - Inscrit 14 décembre 2012 14 h 06

    Tout à fait

    Quel commentaire pertinent!