Environnement - Tous contre C-38!

Plus d’une centaine de groupes d’aide internationale, de défense de l’environnement et des droits de la personne ont joint leur voix, lundi, aux trois partis d’opposition pour dénoncer le comportement autoritaire du gouvernement Harper qui s’entête à faire adopter le projet fourre-tout C-38 avant l’été. Il était temps que les Canadiens si fiers de leur démocratie sortent de leur torpeur !

Il n’est pas nécessaire d’être sensibilisé aux questions environnementales pour juger de la qualité du projet de loi de 450 pages qui sera adopté sous peu par le Parlement fédéral. Tout dans ce projet de loi, de sa conception à son adoption sous le bâillon en passant par l’absence totale de consultations et de débats, transpire le mépris du processus démocratique parlementaire que trop de Canadiens tiennent naïvement pour acquis.


Rappelons que ce projet de loi, qui aurait dû se limiter aux mesures contenues dans le dernier budget Flaherty, modifie 60 lois différentes qui touchent à l’assurance-emploi, à la Sécurité de la vieillesse, à la réglementation des banques et surtout à l’environnement.


Par cette loi, le Conseil des ministres s’arroge le droit d’annuler une décision de l’Office national de l’énergie en invoquant des motifs aussi réducteurs que la croissance économique.


Dans la même veine, les évaluations environnementales devront être réalisées dans un délai de deux ans, y compris les études scientifiques. Si le délai peut paraître raisonnable en règle générale, il en va autrement des projets de plusieurs milliards dont les conséquences se feront sentir pendant des décennies dans des régions fragiles comme l’Arctique, par exemple.


Tout aussi grave : seuls les groupes directement concernés par un projet dans une région donnée seront consultés, et c’est le ministre qui les choisira. Libre à lui, par exemple, d’exclure les organisations nationales qui sont souvent les seules à posséder l’expertise et la vision d’ensemble indispensables pour faire contrepoids aux experts de l’industrie.


En matière de protection marine, on va non seulement mettre la hache dans la recherche scientifique en fermant des centres de grande réputation, mais seules les espèces de poissons menacées et celles qui sont pêchées feront l’objet d’attention lors des évaluations environnementales. Comme si l’écosystème pouvait se passer des autres espèces !


Autre changement majeur qui tient de la censure et de l’intimidation cette fois : l’Agence du revenu du Canada pourra interdire à un groupe de donner des reçus d’impôt si elle juge qu’il fait de la politique.


L’objectif est clair, on veut faire taire toute opposition. Pourtant, le même gouvernement autorise la déduction des dons à des groupes de pression ou de réflexion financés par les entreprises dans le but de promouvoir les politiques les plus conservatrices sur l’échiquier canadien.


Ce projet de loi C-38 est une imposture perpétrée au nom d’une conception étriquée de la démocratie. En arborant le carré noir à la boutonnière et sur leurs sites Internet, lundi, les ONG canadiennes et québécoises ont lancé une première pierre dans cette marre conservatrice. D’autres devront suivre pour faire entendre raison à un gouvernement qui tente de mouler le pays à ses intérêts et ceux de ses alliés, au mépris du bien commun.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Normand Paulhus - Inscrit 6 juin 2012 08 h 09

    Ô Canada

    Raison de plus pour que le Québec devienne ce qu'il est...un pays. Autre différence de vue entre les deux peuples. D'autant plus que nous devons nous débarrasser de notre conservateur au provincial. Idée non reliée à la précédente: ça me ferait drôle de manifester à côté de M. Coderre.

  • Pierre Rousseau - Abonné 6 juin 2012 10 h 41

    Démocratie à ciel ouvert

    Il est évident que la démocratie ne se retrouve plus au Parlement et il incombera aux groupes environnementaux nationaux, régionaux et locaux de travailler ensemble pour empêcher les projets qui risquent de détruire notre environnement. Ces groupes devront faire les expertises et mobiliser les citoyens et, en retour, les citoyens devront s'impliquer dans les questions qui les touchent directement ou indirectement.

    Les temps ont changé et tant que nous aurons des gouvernements idéologiques de droite qui servent les intérêts de leurs maîtres et non l'intérêt public, la balle sera dans le camp des citoyens pour faire valoir notre point de vue. Il semble que les casseroles vont aussi servir à autre chose qu'à cuire la nourriture...

  • France Marcotte - Inscrite 6 juin 2012 11 h 33

    Théorique improbable donc impensable

    «Il était temps que les Canadiens si fiers de leur démocratie sortent de leur torpeur !»
    «Tout dans ce projet de loi [...] transpire le mépris du processus démocratique parlementaire que trop de Canadiens tiennent naïvement pour acquis.»

    Cela est un phénomène bien étrange.

    Quand on croit vivre dans une démocratie, dans un premier temps on interprète tout en fonction de cette certitude, même ce qui n'est pas démocratique.
    Il y a une sorte de temps de réaction des personnes avant de saisir que ce que l'on voit n'est pas ce qu'on s'attend à voir. Un peu comme si une chose inhabituelle comme un viol se produisait dans ma rue et que je mettais un certain temps à comprendre que ce que je vois est bel et bien un viol et pas une simple dispute d'amoureux.

    Ce gouvernement Harper semble assez pervers pour profiter de ce moment de distorsion de la réalité.

    • Yvan Lachapelle - Abonné 6 juin 2012 12 h 50

      Tu as tout a fait raison France.Personne n'aurait pu imaginer une telle action du gouvernement Canadien.On croyait se tromper sur leurs idées du début ,mais la réalité nous frappe durement .On va finir par s'habituer avec nos 2 gouvernements en place.On peut maintenant s'attendre à vraiment n'impote quoi.À nous d'être vigilent et plus radical dans nos réactions.

  • France Marcotte - Inscrite 6 juin 2012 12 h 23

    Oups!

    Mon titre se voulait: Théoriquement improbable donc impensable.