Présidentielles en France - Le feu dans la maison

Un feu lent mais constant, un feu qui n'a pas pour l'instant la force de la destruction, sillonne les couloirs de la maison UMP, la formation du président Nicolas Sarkozy. La cause? Ce dernier tardant à officialiser sa candidature, il sème le doute au sein de son parti. Et ce, au profit de son principal adversaire, le socialiste François Hollande, qui se balade, se balade, se balade.

Bien évidemment, les journalistes invités à questionner le président sortant lors d'un débat télévisé regardé par 16 millions de citoyens lui ont demandé d'emblée s'il se portait candidat. Sa réponse, récitée sur le mode de la crispation, fut non ou plus exactement pas tout de suite. Car lui en poste a des responsabilités que les autres n'ont pas. Lesquelles? Tirer la France de sa torpeur économique, lui éviter des «rêves bon marché». CQFD: ceux qu'a proposés Hollande lors du lancement officiel de sa campagne, par ailleurs qualifié de réussi par un contingent de commentateurs et de politicologues, et lors d'une longue émission télé où il a croisé le fer avec Alain Juppé, le ministre des Affaires étrangères.

Empruntant à la liturgie churchillienne, Sarko s'est donc dit condamné à prendre de la hauteur, condamné à rester le plus longtemps possible président de la République, car des décisions doivent être prises afin de remonter le moral d'une nation qui, selon une récente étude, s'avère la plus déprimée au monde. Toujours est-il que lors de cet entretien au cours duquel il a harponné — il ne peut pas s'en empêcher — des journalistes pourtant conciliants, il a annoncé encore une fois une ribambelle de réformes. Et notamment l'instauration d'une TVA sociale.

Sur cette dernière, il faut s'arrêter, car elle résume cette inclination marquée qu'à Sarkozy pour la précipitation, car elle symbolise le malaise qui habite un certain nombre de députés de son camp et les retournements dont leur président est parfois coutumier. De quoi s'agit-il? Réduire le coût du travail en supprimant par exemple les cotisations patronales de la catégorie famille. Signe particulier de cette mesure qui va alourdir la responsabilité financière de tous les ménages? On n'envisage pas son application avant octobre prochain, soit cinq mois après... les élections présidentielles. On comprend qu'un député de l'UMP ait comparé cette proposition à «un suicide politique». À preuve...

À preuve ce sondage réalisé après sa prestation et celle d'Hollande qui avance que ce dernier continue de progresser au point qu'advenant un second tour opposant ces deux prétendants, le champion des socialistes l'emporterait très largement, par 16 %. Cela rappelé, tout un chacun aura deviné que bien des députés UMP sont déprimés, d'autres en colère, car ils devinent que l'écart de la présidentielle risque fort de se reproduire lors des législatives qui se tiendront un mois plus tard. Bref, ils appréhendent d'ores et déjà la perte de bien des circonscriptions.

Pour renverser la vapeur, la base de l'UMP, militants et députés confondus, multiplient les appels à une déclaration de candidature à court terme afin de requinquer le moral de troupes qui jugent que la stratégie arrêtée par Jean-François Copé, le patron de l'UMP, concernant Hollande, soit «la stratégie du massacre à la tronçonneuse», a été un échec. Entre la posture choisie par Sarko et l'échec de Copé, c'est à se demander si ces deux-là ne sont pas les tontons flingueurs de la droite.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

6 commentaires
  • Ginette Bertrand - Inscrite 1 février 2012 00 h 45

    Et si, tout simplement...

    Le président n'attendait que le O.K. de Carla?

  • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 1 février 2012 07 h 29

    Méfions-nous

    Méfions-nous. La gauche française, notoirement «la plus bête du monde», trouvera bien le moyen de trébucher.

    Desrosiers
    Val David

  • camelot - Inscrit 1 février 2012 12 h 14

    Déprimés

    Et si les Français étaient déprimés à cause de leur président actuel ? Rester en place n'éterniserait-il pas la dépression nationale française ?

  • northernbud - Inscrit 1 février 2012 12 h 33

    Ça va coûter cher ...

    ... à Desmarais pour le faire ré-élire.
    Mais effectivement, je me garde une petite crainte comme Mr Desrosiers. Car malheureusement il a raison sur la gauche et sa tendance à l'auto destruction (qualité pas exclusive aux Français d'ailleurs : qu'on regarde aux USA ou même ici...)

  • Gilbert Talbot - Abonné 1 février 2012 14 h 34

    Et s'il ne se représentait pas ?

    Qu'attend-il le Sarko ? Le printemps français ? Si cela arrivait, il serait le premier englouti dans la fonte des neiges politiques. Et si Carla lui conseillait de s'occuper de sa famille plutôt que du pays ingouvernable qu'est la France ? Et si c'était son mentor Paul Desmarais, qui lui demandait de se retirer au profit d'un personnage plus crédible ? Qui sait ? On peut toujours rêver !