CAQ - Où est la nouveauté?

François Legault a profité de l'invitation de la Chambre de commerce de Montréal pour faire connaître les «actions concrètes et efficaces» que la Coalition avenir Québec (CAQ) se propose d'entreprendre pour «la relance de la grande région de Montréal». Si l'on se fie au communiqué de presse de la CAQ, la réception que lui ont réservée les gens d'affaires a été «enthousiaste». Mais selon les journalistes présents, elle fut plutôt polie (La Presse) et empreinte de curiosité (Le Devoir).

Quoi qu'il en soit, il est pour le moins curieux en effet de constater que le chef de la CAQ s'en est pris à l'administration Tremblay qu'il a accusée de manquer de leadership en matière de développement économique. Dans l'état actuel de la division des compétences et de la fiscalité, les élus de Montréal ne possèdent que peu d'outils autres que leurs dépenses d'infrastructures pour stimuler les investissements privés. Et dans l'état actuel des choses, l'argent manque même pour les services de base comme la réfection du réseau d'aqueduc.

Pourquoi cette attaque contre un élu local? M. Legault craint-il les accointances libérales de l'équipe Tremblay ou nous annonce-t-il qu'il entend miser sur la frustration des maires de banlieue pour attirer des votes?

S'il devenait premier ministre, M. Legault ne toucherait pas aux structures qui paralysent Montréal à bien des égards. En revanche, il s'interposerait à titre «d'arbitre» entre la Ville et ses banlieues. Drôle de conception du leadership, et quiconque suit la scène municipale depuis assez longtemps ne peut pas être rassuré par de tels propos venant d'un politicien qui a longtemps représenté une circonscription de la couronne nord de Montréal...

Pour la CAQ, Montréal manque cruellement d'investissements privés et de sièges sociaux. Ce qui est vrai. Mais dans cette fédération canadienne anglo-saxonne, comment contrer cette tendance de fond? Comment empêcher les présidents de Bell ou de la Banque Royale, dont le siège social sur papier est à Montréal, de gérer leur «business» de Toronto?

M. Legault avance qu'il exigera une plus grande participation de la Caisse de dépôt au capital des entreprises, qu'il créera un guichet unique au sein d'Investissement Québec et dotera Montréal international de nouveaux outils de démarchage en plus d'accorder d'autres crédits d'impôt. Soit! Mais ne sont-ce pas là de simples ajustements apportés à une politique déjà très interventionniste du gouvernement du Québec dans l'économie? Si on compare le projet de la CAQ au virage négocié depuis 30 ans grâce à l'aéronautique, au pharmaceutique et au multimédia, où sont les indices précurseurs d'un changement équivalent dans les propositions Legault?

Jugement sévère? Peut-être. Mais quand on se donne pour mandat de «sortir des sentiers battus» grâce à «des gestes forts et courageux», il n'est pas inutile de présenter des propositions qui le prouvent.
5 commentaires
  • Roger Lapointe - Inscrit 8 décembre 2011 05 h 56

    Un gros show de boucane.

    Legault est en train de se faire connaitre comme le maître des illusions en faisant des déclarations fracassantes sur son leadership quasi miraculeux quand il sera au pouvoir si jamais il...On s'attendrait à des engagements nouveaux et audacieux de la part d'un challenger qui aspire à diriger un quasi pays.Seul TVA et ses chroniqueurs vedettes semblent contaminés par les propos de ce grand prestidigitateur.On a très hâte aux élections pour en connaitre davantage sur la plateforme de ce nouveau vieux parti politique.Much ado about nothing comme disent les Anglos.

  • France Marcotte - Abonnée 8 décembre 2011 07 h 15

    Mon programme consiste à vous dire ce que vous voulez entendre

    Un bel homme joue de ses atouts et espère séduire par son charme.

    C'est vrai qu'on parle rarement d'un politicien en ces termes mais ce n'est peut-être pas plus compliqué que ça.

    Les gens votent sur une belle cravate? Alors voici ma plus belle cravate.


    Dire qu'autrefois on prétendait que c'est ce que nos grand-mères faisaient (de voter sur la cravate) pour justifier qu'il était stupide de leur permettre de voter!
    En réalité, elles connaissaient les hommes bien mieux que quiconque, un seul coup d'oeil leur suffisait.

  • northernbud - Inscrit 8 décembre 2011 11 h 49

    Où ?

    À la même place qu'à l'ADQ peut être ?
    Je leur souhaite un avenir aussi brillant.

  • Bernard Terreault - Abonné 8 décembre 2011 14 h 10

    Prédiction

    Pour une fois, c'est La Presse qui a eu le meilleur papier, son chroniqueur a fait remarquer l'absence des gros bonnets du milieu des affaires à ce dîner, à part PKP, qui de toute manière n'est pas le chouchou de l'establishment. Les grandes firmes n'ont pas réservé de tables. Les relents de nationalisme "canadien-français" de Legault les rebutent. Les anglophones et allophones anglicisés vont rester fidèles au PLQ, et aussi la majorité des gens d'affaire francophones importants, car ils préfèrent un PLQ accomodant avec les principes et facile à influencer par le biais du financement politique. Mais je n'ose rien prédire sur l'issue de l'élection dans le 450 et en province.

  • Chris G. Eustace - Abonné 11 décembre 2011 09 h 20

    Honte...

    11 décembre 2011



    Ce lien est sur ​​la visite de M. Legault à la Chambre de Commerce.

    L'article est suivi d'un commentaire qui peut être informatif.

    Notez que les anglophones du Québec Association des commissions scolaires est d'utiliser les directeurs d'école anglaise pour servir leurs intérêts égoïstes.

    Les étudiants sont la dernière chose sur leurs esprits.

    Honte.

    http://www.stock-market-today.cc/blog/2011/12/home

    Chris Eustace