Élections fédérales - «Je vous ai apporté des bonbons...»

Le suspense tire à sa fin. Dans quelques heures, quelques jours tout au plus, le sort en sera jeté: nous serons en campagne électorale. Ces élections, que les Canadiens ne désirent pas a priori, les forceront néanmoins à faire un choix entre des visions nettement opposées. Voudra-t-on, selon l'image utilisée hier par Michael Ignatieff, ouvrir la porte bleue ou la porte rouge? On optera alors pour des priorités et un mode de gouvernance qui vaudront pour de nombreuses années.

Les événements qui se déroulent à la Chambre des communes depuis mardi ont été soigneusement scénarisés par Stephen Harper qui souhaitait, quoi qu'il dise aujourd'hui et dira tout au long de la campagne électorale, être poussé vers des élections. Le budget Flaherty de mardi a été rédigé de telle sorte que l'opposition soit conduite à défaire le gouvernement afin de pouvoir la tenir responsable du déclenchement d'une élection inutile et de pouvoir lui reprocher de priver les Canadiens de tous les bienfaits que le gouvernement était disposé à leur accorder.

Dans ce budget se trouve toute la trame de la campagne conservatrice consistant à séduire un électorat découpé en une série de groupes cibles par des mesures conçues spécifiquement pour chacun. En exergue de son discours, Jim Flaherty aurait pu mettre le «Je vous ai apporté des bonbons parce que les fleurs c'est périssable...» de Jacques Brel. Des bonbons, c'est concret et, comme ce n'est pas cher, on peut en donner à tout le monde: aux personnes âgées, aux pompiers volontaires, aux parents pour des activités culturelles, aux anciens combattants, aux étudiants en médecine, aux détenteurs d'armes à feu. Personne n'a été oublié, si ce n'est le ministre des Finances du Québec, Raymond Bachand, qui devra patienter avant d'avoir ses 2,2 milliards pour l'harmonisation de la TPS et de la TVQ. Peut-être l'aura-t-il durant la campagne si le gouvernement Charest ne vient pas faire les trouble-fête.

La stratégie des conservateurs est transparente. Cette élection, ils la feront groupe cible par groupe cible, circonscription par circonscription, comme le laissait deviner leur dernière campagne de publicité. Leur espoir, atteindre le chiffre magique de 155 circonscriptions qui leur donnera la majorité qui leur a échappé ces deux dernières élections. Pour gagner les 12 circonscriptions qui leur manquent aujourd'hui, le discours sera très terre-à-terre, centré sur des intérêts particuliers. Ils feront tout pour s'éloigner des grands enjeux que veulent soulever les partis d'opposition, tout particulièrement les questions d'éthique et de gouvernance, qui sont leur talon d'Achille.

C'est justement sur ces questions que le Parti libéral, le Bloc québécois et le NPD veulent que s'amorce la campagne électorale, plutôt que sur le budget. L'atout dont ils disposent est cette motion de censure qui demain sera débattue, et certainement votée, pour outrage au Parlement. Par celle-ci, ils auront l'occasion de mettre en cause les valeurs démocratiques du gouvernement Harper, son autoritarisme et son mode de gouvernance. Leur message est simple et limpide: il y a des principes qu'on ne peut et ne doit pas brader. Il y a là certes des enjeux de grande importance, mais toujours difficiles à soutenir dans un débat électoral de cinq semaines. L'appétit des électeurs pour des questions de principe est toujours moins grand que pour des mesures bonbons bien enrobées, même si ceux-ci savent intuitivement qu'elles auront perdu leur saveur dans quelques mois. C'est ce sur quoi compte Stephen Harper.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

18 commentaires
  • Michel Simard - Inscrit 24 mars 2011 01 h 16

    Les électeurs...

    Les électeurs qui se comportent comme des prostitués, se laissant charmer par quelques bonbons par le bonhomme Sept-Heures, nous amènent tout droit vers l'autocratie et la perversion du politique.

    Il y aura toujours des dépendantistes qui vous diront que voter pour la corruption rouge, c'est bien mieux,

    Mais les Québécois ont choisi ce pays étranger pour quelques bonbons Alors qu'ils endurent maintenant.

  • Socrate - Inscrit 24 mars 2011 05 h 53

    En Reprise

    Ah! Mais entrez-donc Bel Argument,
    Mon mari est au Rapide Blanc.
    Y a des hommes de rien
    Qui embrassent et qui embrassent.
    Y a des homme de rien
    Qui embrassent et qui font rien. Han! Han!
    La Bolduc

  • Fabien Nadeau - Abonné 24 mars 2011 06 h 10

    Agir et non réagir

    J'espère que les partis d'opposition ne se laisseront pas piéger par les stratégies de M. Harper. Sinon, il va les mener vers le "échec et mat" à sa guise.

    J'ai hâte d'entendre ce que M. Ignatieff, M. Layton, M. Duceppe ont à nous dire. Harper semble donner dans la confiserie, j'espère que l'opposition ne se contentera pas de dire que les bonbons sont pas bons.

    Ça manque un peu de protéines, vivement, un peu de viande!

  • Gilles Bousquet - Inscrit 24 mars 2011 07 h 20

    Les bonbons c'est pas trop bon

    Ça accélère la carie des dents du déficit canadien qui pourrait bien laisser le Canada...édenté...un jour mais, aux bonbons, il est difficile de résister.

  • Normand Carrier - Inscrit 24 mars 2011 07 h 23

    Cela démontre l'opinion que Harper a des Québécois ......

    Quant un gouvernement s'imagine que quelques bonbons vont réussir a acheter un peuple , il se trompe ...... Mais force est d'admettre que Harper et sa bande ont réussi a acheté des comtés dans la grande région de Québec jusqu'au refus de l'amphithéatre dont les citoyens ne l'ont pas pris et s'apprêtent a le sanctionner ..... Ce gouvernement vient d'acheter le comté de Kam-Témis en promettant une pluie de subventions pour faire élire leur candidat de justesse .....
    Il faut voir les ministres Lebel et Blackburn se promener comme des pères Noel dans leurs comtés et distribuer l'argent des contribuables comme si cette argent leur appartenaient .... Pour se faire élire , ils achètent leurs comtés et ne réalisent pas qu'ils ne sont que des fiduciaires de nos taxes et impôts .....
    Ce gouvernement croit qu'il peut tout acheter et ce sera aux Québécois de lui montrer que d'autres valeurs existent tels l'environnement , la langue , la culture , le partage et l'empatie ......
    Contrairement a ce gouvernement conservateurs qui ne carbure qu'a la sécurité et au militarisme dont il vienne d'engager pour $60 milliards de dépenses ... Qui disait que $300. millions était cher pour une élection ?