Commission de la construction du Québec - Le piège

Le gouvernement Charest a créé la surprise en nommant Diane Lemieux à la présidence de la Commission de la construction du Québec, avec mandat de faire le ménage au sein de cette organisation et d'assainir les pratiques de l'industrie de la construction. Vaste projet, surtout qu'elle ne disposera pas des outils qui lui permettront d'aller au fond des choses.

Cette nomination a été reçue positivement. Plusieurs y ont vu un choix audacieux dans la mesure où le nom de Diane Lemieux était inattendu, qu'elle est une femme énergique et droite et que sa nomination est un pied de nez à sa famille politique, le Parti québécois. On conviendra que pour ce qui est du jeu politique, oui, les libéraux ont réussi un bon coup. Malgré leur refus persistant de créer une commission d'enquête sur l'industrie de la construction, certains auront retenu qu'ils entendent changer des choses.

Prenons toutefois cette nomination pour ce qu'elle est, soit un changement de garde à la tête de la Commission de la construction (CCQ). Le président sortant, à qui on a montré la porte de sortie, était à la tête de cet organisme depuis 17 ans. S'était installé un certain laxisme, comme l'ont montré les généreuses allocations de dépenses de voyages octroyées aux membres du conseil. Bref, ce changement de direction était nécessaire pour instaurer rigueur et transparence dans la gestion de cet organisme.

La première limite à laquelle Diane Lemieux se heurtera sera le caractère paritaire de la CCQ. En effet, 12 des 17 membres du conseil sont choisis par les syndicats et les entreprises de construction. Elle a pour mandat, entre autres choses, d'assurer le respect des conventions collectives, de gérer la qualification des travailleurs, d'administrer les régimes d'avantages sociaux, dont les régimes de retraite, de lutter contre le travail au noir. On comprendra qu'autour de la table s'affrontent des intérêts corporatistes qu'il faut concilier, d'où des lourdeurs administratives fort difficiles à changer. Ce n'est pas sans raison qu'après des années d'efforts, la CCQ n'a pas réussi à juguler le travail au noir.

En plus d'assurer cette gestions courante de la CCQ, la nouvelle présidente devra s'attaquer à l'assainissement de l'industrie de la construction. C'est là qu'est le piège. Ce qu'on lui demande est de jouer le rôle de préfet de discipline d'une industrie pervertie par la fraude et investie par le crime organisé, ce qui est passablement plus compliqué que le rôle de whip d'un parti politique qu'elle a déjà assumé. Pour instaurer une nouvelle discipline, il lui faudra savoir jusqu'à quel point le mal est répandu et où il se trouve, identifier les fautifs, proposer des changements aux lois, ce qui est ni plus ni moins faire le travail de la commission d'enquête dont le gouvernement Charest ne veut pas.

Celle qu'on a surnommée «la lionne» est réputée pour ne pas avoir froid aux yeux. On peut être certain qu'elle fera tout ce qui sera en son pouvoir pour remplir son mandat. On se doit de souhaiter qu'elle réussisse, mais il faut constater que le gouvernement Charest se sert de cette nomination pour tenter de changer la perception qu'ont les Québécois quant à sa volonté de faire le grand ménage qui s'impose dans l'industrie de la construction. Si cela était, il lui aurait donné des moyens et pouvoirs qui l'aideront à remplir son mandat. Pour l'instant, elle ne dispose que d'un appui moral du gouvernement, ce qui est insuffisant.

***

bdescoteaux@ledevoir.com
6 commentaires
  • Catherine Paquet - Abonnée 26 janvier 2011 07 h 50

    Quelques suggestions, peut-être...?

    On aurait bien aimé que l'éditorialiste poursuive juste un peu son travail et nous dise ce qu'il propose que le gouvernement donne à la CCQ en terme de moyens et de pouvoirs afin que cette nomination ne soit pas le piège qu'il craint. À moins qu'il ne pense que ce serait à la nouvelle présidente de réclamer éventuellement ces moyens et ces pouvoirs.

  • - Abonnée 26 janvier 2011 08 h 52

    Le courage de

    J’ose espérer que Madame Lemieux ne fera pas d’elle une Bastarache et ira au fond des choses même - et surtout - si son mandat est restreint. En mandant à Madame Lemieux de jouer au «préfet de discipline», le gouvernement pense pouvoir se passer d’une réelle commission d’enquête non seulement sur la construction mais sur la corruption au sein de son Parti politique.

    Rien n’empêchera Madame Lemieux de refuser de jouer ce rôle au fur et à mesure que progressera son observation. Ce que Bastarache en bon libéral de service n’a jamais eu le courage de faire…

  • France Marcotte - Abonnée 26 janvier 2011 09 h 22

    M.Paquet

    Si le gouvernement Charest voulait que madame Lemieux ait les outils nécessaires pour travailler efficacement, il n'aurait pas besoin d'elle à ce poste, il commanderait une commission d'enquête sur le monde de la construction.
    La devise de ce parti dans une société de l'image: Jamais au fond des choses mais en donner l'illusion.

  • Claude Kamps - Inscrit 26 janvier 2011 10 h 53

    Une arriviste peut pas être indépendante....

    Voila ou le bas blesse, elle est tellement anxieuse d'avoir du pouvoir qu'elle aura pas peur de dire tout ce que Charest lui demande de dire comme Bastarache!
    Mais cela n’enlèvera pas l'obligation de tenir une enquête publique sur les relations des partis politiques et la mafia de la construction....

  • Jean-François Trottier - Inscrit 26 janvier 2011 12 h 12

    Précisions sur Diane Lemieux

    À l'époque, elle a rejoint l'équipe du maire Tremblay contre son ancienne collègue Louise Harel. On la dit en froid avec Pauline Marois, elle était dans le camp Boisclair et est partie tout de suite après le départ de ce dernier. Cette nomination ne doit donc pas nécessairement être vu comme la nomination d'une "péquiste" mais bien d'une transfuge. Et le PLQ est bien bon pour attirer les transfuges avec des postes. 2 ex-députés de l'ADQ attirés juste avant la dernière élection peuvent maintenant en témoigner.
    Pour ce qui est de l'efficacité de cette nomination, rappelons-nous le sort fait à cet ex-fonctionnaire plein de bonne volonté qui s'appelait Jacques Duchesneau. On le disait plein de bonne volonté, irréprochable... Puis, quand il approchait trop du but, pouf!: des "révélations" juste assez embarrassantes pour qu'il démissionne. Alors , pardonnez mon scepticisme...
    Au fait, "Marteau" ne devait-il pas pondre des arrestations spectaculaires ces temps-ci? Juste une question comme ça...