Surenchère sécuritaire en France - L'expulsion

En France, il ne se passe guère une journée sans qu'un membre du gouvernement ou le premier d'entre eux ne sombrent dans la surenchère sécuritaire. Après avoir annoncé que toute personne d'origine étrangère ayant assassiné un représentant des services de l'ordre serait déchue de sa nationalité, après avoir rasé près de 70 camps occupés par les Roms, ou «gens du voyage», après avoir menacé de représailles financières les maires ne respectant pas les obligations sécuritaires, voilà que l'on vient d'ordonner «l'expulsion», pour ne pas dire la déportation, de 700 Roms vers leurs pays d'origine, soit la Roumanie et la Bulgarie.

Cette énième mesure qui fait bondir même au sein de l'UMP, le parti de Nicolas Sarkozy, intervient quelques jours après que le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale de l'ONU (CERD) eut épinglé la France. Dans un rapport préliminaire, le porte-parole du CERD soulignait avec justesse «qu'il y a une contradiction entre l'image exportée à l'étranger et la réalité sur le terrain. Il est temps que vous fassiez vivre les rêves d'égalité et de fraternité».

À peine l'avis d'expulsion divulgué, bien des tensions s'immisçaient dans les relations que la France entretient avec la Roumanie et la Bulgarie. D'autant plus que le secrétaire d'État aux Affaires étrangères est allé jusqu'à évoquer la mise au rencart, pendant un certain temps, de l'intégration de ces nations au sein de l'espace Schengen. Et dire que 20 % seulement des communes françaises, et non roumaines ou bulgares, observent les règles afférentes à l'usage par les Roms des aires de stationnement.

Cela rappelé, ce recours à la politique du muscle peine à cacher la ferme volonté de Sarkozy de séduire l'électorat du Front national (FN) en vue de la présidentielle de 2012. Paradoxe des paradoxes, les premiers sondages effectués permettent d'avancer que c'est peine perdue. Mais encore? En stigmatisant les uns, en prenant les autres pour des boucs émissaires, Sarkozy légitime l'idéologie du FN qui en tire, pour l'instant du moins, le profit suivant: une augmentation des intentions de vote, Marine Le Pen faisant moins peur que son père.

Ce recours peine à cacher également le désir du chef de l'État de gommer l'affaire Bettencourt-Woerth de la une des journaux. Depuis le début de son offensive contre ces autres qui ne sont pas comme nous, les suites de l'affaire passent trop inaperçues. Ainsi en est-il des fausses déclarations, autre découverte du journal en ligne Médiapart, du ministre Éric Woerth dans le cadre d'une demande de prêt bancaire pour financer sa campagne électorale. Bref, le sursaut tout en muscles de Sarkozy est aussi un paravent à l'histoire Bettencourt, la généreuse pourvoyeuse de fonds de l'UMP.

Le pire, et Sarkozy le sait fort bien, c'est que cette escalade contre les immigrants, les Roms et autres «déviants» est une contradiction de la trilogie républicaine — liberté, égalité, fraternité —, ainsi que de l'article 1 de la Constitution, qui «assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d'origine, de race ou de religion». Point.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

8 commentaires
  • regil - Inscrit 19 août 2010 07 h 18

    Déportation ?

    Je n'appelle pas déportation le fait de ramener dans leur pays d'origine , des gens qui s'invitent dans un pays , sans envie de s'intégrer, sans possibilité de ressource que la mendicité, le vol, la rapine. Autrefois, ces gens du voyages venaient vendre des chevaux, rétamer les casserole, dire la bonne aventure etc; Ces activités ne sont plus de mise a l'heure actuelle. Ils squattent sans délicatesse, ou occupent sans vergogne un terrain privé ou publique, et leur départ nous laisse un décharge sauvage.Ils vivent dans des conditions d'hygiene déplorable, ok, mais installez les dans un appartement correct et vous verrez le chantier aprés seulement qq mois ! Sans travailler, ils se déplacent en générale dans de grosses voitures, grandes caravanes.... Comment font-ils ?
    Souvent, nous voyons de tout jeunes enfants sur les marchés, mendier ou faire le guet pour un vol de porte-monnaie, ou autres petites choses .

  • France Marcotte - Inscrite 19 août 2010 10 h 56

    Un chemin qui mène à roms

    "La Roumanie et la Bulgarie ont rejoint l'UE en 2007. En vertu d'un régime transitoire, leurs ressortissants peuvent entrer en France sans formalité particulière et y rester durant trois mois sans avoir à justifier d'une activité", dit-on dans un article précédent. Et ici, "20 % seulement des communes françaises...observent les règles afférentes à l'usage par les Roms des aires de stationnement". En faisant une recherche sur "roms" ici même, on apprend un tas de choses intéressantes, qui défrisent certains lieux communs. Bonne lecture!

  • Alain Deloin - Inscrit 19 août 2010 14 h 52

    @France: 3 mois. Pas éternellement...


    La Roumanie et la Bulgarie ne font pas partie de l’"espace Schengen". De fait leurs ressortissants ne peuvent pas bénéficier de visas de longue durée pour circuler ou s’installer librement dans les pays de l’Union.
    Lorsque je suis arrivé au Canada il m’a fallu montrer patte blanche : expérience professionnelle, diplômes, examen médical … j’en passe et des meilleures. La GRC a pris mes empreintes et elle doit aussi avoir mon profil ADN au cas où. Je ne suis pas venu pour bénéficier des largesses de votre système de santé ni de votre bien être social. C’est le cas ici, et le contribuable français se dit que la coupe est pleine.
    Le Canada déporte des immigrants illégaux régulièrement et ça ne fait pas autant d’histoires.

  • Alain Deloin - Inscrit 19 août 2010 14 h 54

    Hors sujet

    "Le pire, et Sarkozy le sait fort bien, c'est que cette escalade contre les immigrants, les Roms et autres «déviants» est une contradiction de la trilogie républicaine — liberté, égalité, fraternité —, ainsi que de l'article 1 de la Constitution, qui «assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens, sans distinction d'origine, de race ou de religion»".


    Les Roms en question ne sont pas des citoyens français.
    L'honneur est sauf.

  • bawttu - Inscrit 19 août 2010 15 h 03

    Les Français n'ont pas l'air de réaliser !

    Ils quittent la démocratie tout doucement , ils ne voient pas les manœuvres de Sarkozy et le danger qui les guette . Sarkozy fera tout pour garder le pouvoir , s'il le faut déporter tous les étrangers . Pire et pire encore la presse ne joue pas son rôle au contraire elle s'est soumises pour preuve rmc.fr pas un jour ne passe sans un débat contre les étrangers donnant carte blanche aux fachos du dimanche mais rien sur les droits de l'homme . Chère presse étrangère Aidez-nous, la démocratie est en Danger.