Financement du Dr Julien - Les normes

Les angoisses financières du Dr Gilles Julien prendront peut-être fin si l'émoi suscité par la nouvelle du Devoir fait en sorte que le ministre de la Santé, Yves Bolduc, arrive à vaincre la machinerie gouvernementale. Mais rien n'est garanti tant le système a la peau dure.

Le Dr Gilles Julien a vécu un véritable drame en étant tenu de congédier la moitié de son personnel et en envisageant de fermer boutique en dépit de la remarquable réussite de son travail auprès des enfants. Mais son histoire n'est que la dernière illustration de tous ces cas où les malheurs ou les besoins des gens ne cadrent pas avec les programmes de l'État, même s'il y a eu promesse de politicien.

L'exemple le plus spectaculaire reste celui des victimes du tremblement de terre d'Haïti que nos gouvernements se disaient prêts à accueillir de toute urgence en janvier dernier. Des mois plus tard, bien peu a bougé, surtout pas les normes, écrasantes à respecter.

De même, les organismes communautaires ou culturels savent depuis des années que l'argent promis par les gouvernements n'est pas toujours versé, même si on le leur a fait miroiter, même s'ils ont scrupuleusement rempli les rapports exigés. Nul ne s'en étonne plus: on fait avec.

Dans ce contexte, la force du Dr Julien, c'est ce qu'il prenait hier pour sa plus grande faiblesse: sa naïveté. Il ne savait pas, lui, qu'un appui de ministre, aussi sincère soit-il — et rien ne permet de douter de cette sincérité —, avait moins d'importance que l'aval de la machine gouvernementale. Et il s'en est, avec raison, indigné. Mais le problème, c'est que les grosses machines, qu'elles soient gouvernementales ou privées, ne savent bien digérer que la simplicité, celle qui rentre dans les cases appropriées.

On a beaucoup mis en opposition hier les modestes demandes du Dr Julien et le nouveau programme de 63 millions pour la fécondation in vitro. C'est une comparaison qui emporte facilement l'indignation. Mais dans ce cas-ci, là n'est pas l'enjeu. Il faut plutôt comprendre que la machine ne voit pas ces oppositions: ce qu'elle retient du programme de fécondation, c'est qu'il s'agit d'un dossier facile à caser car ne relevant que d'un ministère, celui de la Santé.

Tandis qu'avec le Dr Julien, on entre dans du transversal, de l'horizontal, du multiministériel, du compliqué. Qu'on parle d'un, de dix ou de cinquante millions de dollars, c'est l'enfer à gérer et la machine bloque.

D'autres secteurs sont en butte aux mêmes difficultés: ainsi du logement social offert aux sans-abri qui doit pouvoir compter et sur le ministère des Affaires municipales (responsable de l'habitation) et sur celui de la Santé et des Services sociaux. Deux ministères tenus de marcher main dans la main, c'est l'immobilisme assuré!

On notera bien sûr que ce sont les problèmes complexes qui exigent des interventions à plusieurs niveaux, et quel problème social est plus complexe que la pauvreté? Pire, les défavorisés n'ont pas les lobbys requis pour faire le siège de l'appareil gouvernemental et l'amener à bouger. Comme le soulignait le Dr Julien, il a autre chose à faire: son travail, reconnu, ne peut-il pas suffire? Hélas, non... Sa notoriété peut seulement l'aider à mobiliser l'attention publique qui poussera sur les ministres. C'est déjà énorme, mais cela reste limité.

Car revoir les normes, les assouplir (et non les démanteler, comme la droite le conclut trop souvent!), demanderait des efforts que le poids de nos bureaucraties modernes rendent illusoires. Seule une volonté politique de fer pourrait finir par obliger l'appareil à lever les yeux des formulaires et à regarder la réalité en face. Et encore...

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

12 commentaires
  • France Marcotte - Inscrite 29 juillet 2010 07 h 46

    Magnifique éditorial!

    J'ai beaucoup apprécié cet éditorial. Non seulement l'injustice de la situation du Dr Julien y est rapportée mais vous démontrez qu'elle illustre après bien d'autres cas le disfonctionnement de certains rouages de la machine gouvernementale pour laquelle les malheurs et les besoins réels des gens ne peuvent généralement pas cadrer. On apprend que le principal problème de la grosse machine, c'est qu'elle ne carbure qu'à la simplicité (étonnant!)... Vous ne suggérer pas de démanteler les normes mais de les assouplir. Vous confirmez que sans lobby des pauvres, les défavorisés ne risquent pas d'être pesamment entendus. Heureusement qu'il y a le pouvoir des médias!

  • T.-A. Gagnon - Inscrit 29 juillet 2010 07 h 52

    Bon. On fermes-tu ce gouvernement pis on part ça sur un autre nom ?

    La coordination des assemblées souveraines du peuple, par exemple... Afin d’être réellement souverain et libre, nous devons à la fois réfléchir ensemble sur l'orientation normative de notre société mais également « faire ensemble » les choses. Autrement dit, les administrations devraient être beaucoup plus ouvertes et redevables, tant dans leurs formes que dans leur modalités. Le peuple devrait créer les structures et les gérer.

    Une refonte du droit s’imposerait, ainsi qu'une sérieuse remise en cause du salariat, sorte d’acte de soumission contre rémunération qui n'a fait jusqu'ici que beaucoup trop de ravages... car à force de baisser la tête on ne voit plus le haut de la pyramide que l'on se contente collectivement de servir. À bas les multinationales, bien sûr et à jamais, véritable honte pour l'humanité.

  • Gilbert Talbot - Abonné 29 juillet 2010 09 h 32

    Trotsky avait-il raispn ?

    Le pire ennemi du peuple c'est la bureaucratie qui paralyse tout, avait crié Trotsky : son remède : la Révolution permanente. Il est mort d'un coup de piolet asséné par les disciples mexicains de Staline.

    Le bon docteur Julien n'est pas Trots. et le ministre Bolduc n'est pas Staline, mais il ressort tout de même de cet éditorial que les rouages de l'État sont ensablés, qu'ils tournent mal, ou pas du tout pour les oeuvres du docteur Julien. Faudrait lui donner quelque chose d'autres qu'un coup de piolet dans le dos

  • Yvon Bureau - Abonné 29 juillet 2010 09 h 35

    Émerveillement et incompréhension

    Merci pour ce lumineux texte.

    Je m'émerveille devant Gilles Julien, cette grande personne et cet immense personnage.

    Votre texte m'aide à comprendre davantage ce qui se passe dans le service aux enfants et aux parents défavorisés.

    Il me reste encore à mieux comprendre ce qui se passe, et comment et pourquoi ça se passe ainsi.

    Merci d'écrire. Vive Le Devoir lumineux !

  • Clément Loubert - Inscrit 29 juillet 2010 12 h 01

    Des corps sans âme

    L'article de J. Boileau est brillante de lucidité. On pourrait ajouter que les gouvenements et les institutions sont tels des corps sans âme. Leur soucis primordial est l'obectivité des chiffres, ce qui est mesurable. La compassion comme élément thérapeutique est difficile à quantifier; voilà pourquoi il rare qu'on en tienne compte dans les opérations budgétaires. À moins d'adhérer à une approche validée scientifiquement, il est quasi irréaliste d'espérer l'octroi de fonds importants pour faire rouler la boutique. Il y a bien l'élan de générosité ponctuel des mécènes humanistes, mais c'est trop peu pour alimenter le plus long terme. Clément Loubert