Recensement - L'ingérence idéologique

L'ingérence du premier ministre Stephen Harper dans la conduite du recensement des Canadiens continue de faire couler beaucoup d'encre. Pour cause, car il ne s'agit pas d'une simple mesure administrative, mais d'une intrusion directe dans la gestion des méthodes scientifiques utilisées par Statistique Canada. On reconnaît les partis trop fortement teintés d'une idéologie, qu'elle soit de droite ou de gauche, à leur obsession malsaine du contrôle, y compris en matière scientifique.

La démission courageuse, mercredi, du statisticien en chef de Statistique Canada, Munir Sheikh, est venue accréditer la rumeur voulant que l'organisme soit en désaccord avec la décision gouvernementale d'abolir l'obligation de remplir la version détaillée du questionnaire de recension nationale. Une enquête volontaire, écrit M. Sheikh dans sa lettre de départ, ne peut pas remplacer un recensement obligatoire.

En réplique aux critiques unanimes des partis d'opposition, des groupes d'affaires autant que des groupes syndicaux, des municipalités et du milieu universitaire, les ministres du gouvernement continuent de faire valoir l'argument de l'intrusion inopportune de l'État dans la vie privée des gens. Le gouvernement n'a pas à frapper à la porte des gens, à 22h le soir, pour connaître le nombre de chambres à coucher dans leur maison, a commenté le bureau du premier ministre Harper. L'image est forte, mais elle est surtout ridicule.

Quant au député de Beauce, Maxime Bernier, il a profité de l'occasion pour promouvoir son credo de réduction de la place de l'État en suggérant aux «groupes de pression» qui utilisent les données du recensement d'effectuer leurs propres études. M. Bernier sait pourtant bien que les renseignements recueillis par Statistique Canada ne servent pas seulement à des groupes de pression, mais à tous les gouvernements dans l'élaboration de leurs programmes, aux chercheurs, aux entreprises, enfin à tous ceux qui ont besoin de données complètes, objectives, détaillées, et qui vont au-delà de ce que les sondages peuvent nous apprendre.

En fait, si M. Bernier et ses collègues sont à ce point opposés à l'obligation de répondre obligatoirement à un questionnaire détaillé malgré la totale confidentialité de l'exercice, c'est qu'ils refusent d'accepter que l'individu a aussi des devoirs à l'égard de la collectivité. L'idéologie libertarienne de laquelle il s'inspire prône l'avènement d'une société où les individus seraient «libérés» de toute entrave collective et entièrement responsables de leur sort, pour ne pas dire abandonnés à eux-mêmes. Et que le plus fort gagne!

***

Selon un sondage Ipsos Reid, 49 % des Canadiens et 62 % des Québécois interrogés seraient d'accord avec la décision du gouvernement Harper. Il va de soi que ces résultats font plaisir aux conservateurs, qui se réclament de la «majorité silencieuse» et ne manquent jamais une occasion de dénigrer les chercheurs, les artistes, les journalistes... enfin tout ce que le pays compte d'intellectuels. Pourtant, ils sont aussi la preuve qu'un simple sondage ne suffit pas pour connaître autrement que de façon superficielle la position des gens sur une question complexe. Encore moins pour dresser un portrait détaillé de la population canadienne et de ses habitudes de vie.

De toute façon, ce n'est pas parce qu'une majorité de gens se prononcent contre une mesure qu'un gouvernement doit suivre le mouvement. La peine de mort en est l'exemple le plus frappant, mais il en existe des dizaines d'autres, tels que les programmes de discrimination positive que les conservateurs songent aussi à faire disparaître, apprend-on.

Ce comportement d'un populisme navrant n'augure rien de bon pour l'avenir si d'aventure ce gouvernement remportait une majorité de sièges aux prochaines élections. On ne compte plus le nombre de décisions désastreuses prises malgré son statut de minoritaire, que ce soit l'abolition de l'aide aux tournées d'artistes, l'obsession pour la sécurité et la répression du crime, le refus d'adhérer au protocole de Kyoto ou d'inclure l'avortement dans l'aide aux femmes du Tiers-Monde, pour ne nommer que les plus connues.

Devant tant de parti pris, on ne peut pas rester indifférents. Que les conservateurs veuillent imposer leur vision de la vie en société, c'est leur droit, mais rien ne nous oblige à les suivre. C'est pour cette raison qu'il faut réclamer plus d'indépendance pour des organisations de l'importance de Statistique Canada ou de Radio-Canada, dont le mandat n'est surtout pas de répondre aux lubies des politiciens.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

31 commentaires
  • Socrate - Inscrit 23 juillet 2010 23 h 25

    idées

    Les partis sans idéologie sont généralement des partis sans idées. Alors que faire? Laisser les statistiques aux moutons de Panurge qui s'imaginent pouvoir penser par eux-mêmes peut-être?

    On pourrait tout aussi bien les marquer de rouge pour faire plaisir aux libéraux, ou de vert pour satisfaire les écolos; mais serions-nous plus libres pour autant sans petits moutons jaunes pour braire à défaut de moutons bleus pour brouter?

    Tout cela ne restera que vains gazouillis sans un peu de cash au bout de la ligne pour chanter; et hameçons pour hameçons, rien ne vaudra jamais une bonne Broue tranquille pour réfléchir à défaut de subventions pour penser.

  • Normand Carrier - Abonné 24 juillet 2010 06 h 34

    Le saccage du pays ......

    Les conservateurs s'active a saccager ce pays que nous tolérons faute d'en arriver a se donner notre pays a nous ou notre nation en aurait le controle et serions maître de notre destinée ! Il est navrant de constater ces libertariens a la Max Bernier donner des raisons un peu plus connes les une que les autres pour justifier ce saccage .... Tout ce qui touche a la science est un repoussoir pour ces conservateurs rétrogrades ....
    Nous avons le choix entre ces populistes , simplistes , démagogues , rétrogrades et les libéraux des commandites et du flouage constitutionnel !!!!! Heureusement que nous avons le Bloc qui lui est dédié exclusivement a défendre les Québécois .....

  • Loraine King - Inscrite 24 juillet 2010 06 h 48

    Plutôt que de faire peur au monde

    Plutôt que de faire peur au monde la gouvernement et StatsCan devrait expliquer que l'on a pas à donner son nom dans le recensement.

    StatsCan ne veut pas savoir combien il y a de chambres à coucher dans la maison où habite Loraine King, l''âge de Loraine King, le revenu de Loraine King. Le recensement veut savoir combien il y a de chambres à coucher au 123 rue Principale, Mississauga, l'âge et le revenu des personnes qui y vivent. Mais leur nom n'a aucune valeur statistique.

    Je sais que ce je dis semblera farfelu vu l'ampleur du débat axé sur l'intrusion dans la vie privée mais c'est précisemment ce qu'un représentant de StatsCan m'avait expliqué. Il m'avait suggéré d'utiliser des sobriquets pour identifier les personnes qui habitent dans ma maison, ce que j'ai fait.

    Le Canada ne recense pas les individus mais les ménages, en anglais households.

  • Hubert Larocque - Abonné 24 juillet 2010 07 h 20

    L'intérêt du Québec pour des statistiqlues déliées

    La complexité des nations modernes veut que les gouvernements disposent de renseignements nombreux sur tous les aspects de la vie de leur population. Le prétexte que certaines questions seraient « intrusives » (quel anglicisme!) ne résiste pas à l’examen le plus élémentaire. Le rapport d’impôt, à ce compte, devrait être interdit comme abusif et considéré comme un viol de la vie privée! Un recensement précis, fouillé, constitue une nécessité pour toute administration. Son usage peut facilement se restreindre à la sphère du renseignement général, le préservant ainsi de tout emploi dirigé contre la personne.
    Le premier effet pour le Canada français et le Québec d’un questionnaire court et facultatif est de rendre floues et incernables les données qui concernent le déclin du français au Canada et sa fragilité grandissante au Québec. Il s’agit d’une façon grossière de donner libre cours à l’anglicisation et à l’assimilation. Serait-ce le dessein d’Ottawa?
    Dans le domaine de la statistique, comme en bien d’autres, on ne peut plus accorder de confiance au Gouvernement fédéral. Le temps serait venu que le Québec se dote d’une agence de statistiques dont le questionnaire pourrait accompagner le rapport d’impôt. Sa subordination à la délivrance des permis et à l’accès aux services publics devrait suffire à en assurer le succès.
    Hubert Larocque, Gatineau.

  • Marie Mance Vallée - Inscrite 24 juillet 2010 07 h 29

    La gauche et la liberté...

    On se serait attendu que ce soit la gauche du PLC, du NPD, et le BQ qui fassent la promotion de l'idéologie libertarienne et non les « Conservateurs ».

    Curieux phénomène... quand même que ce renversement des valeurs canadiennes.

    Moins d'État, pourrait-on croire.