Scandales en France - La décrépitude

Décidément, au royaume de la «sarkozy» la décrépitude se répand à vitesse grand V, à la nanoseconde, les scandales s'ajoutant aux scandales. À peine Eric Woerth était-il confirmé par le président dans sa fonction de ministre du Travail appelé à piloter la réforme des réformes de l'ère Sarkozy, celle des retraites, à peine avait-il annoncé sa démission à titre de trésorier de l'UMP, le parti de la majorité, que Le Canard enchaîné et Marianne exhumaient un autre cadavre du placard où les notables de cette même UMP entassent leurs histoires de fric et de magouilles.

C'est tout simple. Au cours de sa dernière semaine en tant que ministre du Budget, Woerth a piloté avec diligence la vente d'une propriété de la République de 60 hectares comprenant un golf et surtout un hippodrome. Le prix? Un peu plus de 3 millions de dollars. Selon le Canard, la valeur réelle de ce domaine situé dans la forêt de Compiègne, à quelques kilomètres de la riche ville de Chantilly, dont le maire s'appelle Eric Woerth, serait dix fois plus élevé.

Vu le prix fixé à la vente, on pourrait croire que ce mandarin de la République a eu un élan de générosité désintéressé. Qu'il a été magnanime. Sauf que le domaine en question a été vendu à la Société des courses de Compiègne, présidée par une personne qui dirige également France galop, société à laquelle est liée Florence... Woerth qui, en plus d'être experte en optimisation fiscale, est actionnaire d'une écurie de chevaux de courses. Ouf!

Florence... À peine le duo Le Canard-Marianne avait-il levé le lièvre de Compiègne que le quotidien Libération en levait un autre. C'est tout simple (bis). Alors qu'il était ministre du Budget et donc responsable de l'administration des impôts de la vieille France, sa femme, assurent les journalistes de Libé, a proposé ses services à deux banques... suisses. Bon.

On ne comprend pas. On ne comprend pas du tout pourquoi Nicolas Sarkozy ne devance pas son remaniement ministériel d'octobre. On ne comprend pas pourquoi Woerth reste grand chef des retraites alors que sa crédibilité auprès des partenaires sociaux avec qui il va négocier a fondu comme neige au soleil. On ne comprend pas qu'avec tous les scandales à répétition hors de la sphère Benttencourt — des appartements de fonction des ministres aux missions particulières en passant par les cigares payés par l'État —, Sarkozy refuse de remanier aujourd'hui alors que les ténors de l'UMP que sont Alain Juppé, Dominique de Villepin et Jean-Pierre Raffarin la réclament afin de mettre un terme à cette phase de déliquescence qui risque fort de couler l'UMP lors des prochains scrutins.

Le mot de la fin? Il appartient à Villepin: «Voilà trois ans que Nicolas Sarkozy reste dans la bulle de sa campagne électorale de 2007. Nous n'avons pas besoin d'un président de la République cosmonaute.»

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

8 commentaires
  • michel lebel - Inscrit 15 juillet 2010 06 h 52

    La magouille!

    Au royaume de la magouille sarkozyste, tout va. Et pendant ce temps, Sarkozy à le culot de faire la morale à tous et chacun. Quel zèbre qui déshonore la France! À la porte au plus vite!

  • Michel Gaudette - Inscrit 15 juillet 2010 07 h 50

    Autre signe de déclin de la France

    Certains parlent de décrépitude, d'autres de déclin...

    Juste à voir l'équipe de soccer en Afrique du Sud...

    Ce pays est en pleine débandade avec une économie en déroute...

  • Socrate - Inscrit 15 juillet 2010 08 h 01

    Pompadour

    Il ne manque plus que le retour de la Pompadour à l'Élysée. Mais cela viendra. Cela viendra mes chers-z-amis... Diderot

  • jacknath - Inscrit 15 juillet 2010 08 h 50

    remerciement.

    Je dois vous féliciter pour la pugnacité dont vous faîtes preuve pour nous informer sur l'affaire Woerth.
    en effet, je constate votre constance dans l'effort de ne pas laisser le moindre détail nous échapper sur cette sombre affaire.
    Et je dois avouer que vous avez le sens de la formule dans vos '' chapeaux''.
    donc, je récapitule:

    Scandales en France - La décrépitude
    Serge Truffaut 15 juillet 2010

    L'affaire Woerth - Lamentable !
    Serge Truffaut 14 juillet 2010

    L’affaire Woerth-Bettencourt - Le pourrissement
    Serge Truffaut 6 juillet 2010

    je ne parle pas ici de la multitude d'articles dans vos colonnes empruntés à d'autres journaux, ni de dépêches d'agences concernant ce scandale.
    Pour ma part, j'avais apprécié le papier de Christian Rioux en date du 3 juillet 2010 intitulé : Éric Woerth en sursis - La bombe à retardement.
    Comment un simple conflit d'intérêts s'est transformé en véritable affaire d'État.

  • François Dugal - Inscrit 15 juillet 2010 08 h 59

    Les amis

    Charest et Sarkozy, un beau duo d'amis: même combat!