Fête nationale - Le poète

Yaura-t-il un million de Québécois, ce soir, pour entonner en choeur le Gens du pays de Gilles Vigneault, comme l'ont demandé les organisateurs de la Fête nationale? C'est un beau souhait pour souligner les 35 ans d'une chanson qui a immédiatement trouvé sa place dans notre vie collective, et c'est un joli record, celui de la plus grande chorale, que l'on cherche ainsi à accomplir.

Mais acceptons que ce soit aussi là un hommage à rendre à un poète hors du commun, trop souvent tenu pour acquis alors qu'il est le joyau de notre culture.

Il n'est pas sûr que le Québec comprenne bien la chance qu'il a de compter un Gilles Vigneault dans ses rangs. Depuis le temps qu'on le chante, qu'on l'étudie, qu'on l'entend, qu'on le trouve sympathique, allumé, politique, émerveillé, on ne s'étonne plus de son génie. Il est l'homme de toutes les époques et de toutes les survivances mais jamais l'homme à la mode. Les records de vente ne lui appartiennent pas, les prix de l'artiste de l'année non plus, et ses chansons sont trop immortelles pour qu'on les fasse tourner à la radio.

Gilles Vigneault est un monument, mais c'est le poète qu'on oublie.

C'est Fred Pellerin, faut-il s'en étonner, qui a le mieux dit l'immense bonheur d'avoir un Gilles Vigneault parmi nous. Sur son disque Silence, il reprend Quand vous mourrez de nos amours. En entrevue comme dans le livret qui accompagne le disque, il a expliqué que c'était d'abord en cadeau-hommage à Vigneault, pour ses 80 ans, qu'il avait choisi cette chanson. Et c'est par ce choix qu'il en a constaté l'ampleur: «Quand la seule chose qu'on peut offrir à quelqu'un, c'est ce qu'il nous a prêté.»

Il en a prêté des chansons, Vigneault!, et elles sont totalement devenues nôtres. Le hasard de la parution ce printemps de son disque de duos Retrouvailles (enfin un succès de vente!) permet de le mesurer. Qui, depuis, osera dire que Gros Pierre n'est pas une chanson de Ferland, que Madame Adrienne n'est pas de la main de Lynda Lemay, que Tout le monde est malheureux n'appartient pas à Loco Locass... Et l'homme des cadeaux magnifiques est là derrière ses invités, debout, discret, modeste, en appui, comme il l'est au Québec depuis 50 ans.

Il est grand le poète qui laisse aller ainsi ses plus belles compositions, au profit des artistes qui s'en emparent et des collectivités qui les adoptent. Elle est grande la poésie qui fait oublier le poète pour mieux renaître au fil des interprétations. Qui se souvient encore que la magnifique Mon pays fut d'abord écrite et chantée par un Vigneault comédien pour un film d'Arthur Lamothe, La Neige a fondu sur la Manicouagan. Elle épousait parfaitement le film, cette chanson. Elle s'en est pourtant détachée pour vivre sa vie propre d'hymne à nul autre pareil.

Redisons donc que ce Gens du pays qui est à nous, juste à nous, et que nous chanterons ce soir, est vraiment un cadeau précieux. Et que le poète qui nous l'offre et nous la laisse mérite d'être salué bien bas.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

7 commentaires
  • Steve Fortin - Inscrit 23 juin 2010 07 h 02

    Verrez-vous le Pays, Grand Homme?

    J'en rage et j'enrage quand je pense que les mines ont plié l'échine devant les fraudeurs qui nous ont volé notre pays, ce pays que l'on aurait dû offrir, entre autre, à notre poète national, tout autant qu'à nous même...

    Ailleurs les gens se mettent en colère pour de tels états de chose, notre autre poète fondateur, Ô Félix, avait chanté la colère par le truchement de l'Alouette, en sachant que les siens font les choses tranquillement. Peuple conquis et battu, nourri à la misère et à la servilité catholique, les miens font les choses tranquillement.

    Si seulement on pouvait offrir à "ce grand de six pieds dans le coeur des gens", la place dans son pays qui lui revient...

    Je chanterai pour vous monsieur Vigneault, la larme à l'oeil et le coeur pesant. Mais je sens monter la colère...

  • Grognon - Abonné 23 juin 2010 07 h 23

    Merci M. Vigneault

    Merci M. Vigneault de m' avoir fait découvrir le pays au fond de moi...!
    Gilbert Le Blanc,Hope Town

  • France Marcotte - Inscrite 23 juin 2010 10 h 19

    Un instrument magnifique

    "Elle épousait parfaitement le film, cette chanson", dites-vous et n'est-ce pas ce qui est si fort dans la poésie, elle peut "épouser" la réalité de façon juste, profonde, incomparable. Et quand on a la chance d'avoir le français comme langue maternelle, on a aussi la chance de pouvoir à son tour richement comprendre et traduire ce qu'on vit, ce qu'on nous dit.

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 23 juin 2010 12 h 55

    Bonne Fête!

    Gens du Pays

    Bonne Fête à tous les Québécois!

    Vous avez le droit de conserver votre identité francophone et de culture chrétienne. Vous avez le droit d’être différents des autres peuples, ni meilleurs ni pires, comme tous les autres pays ou nations qui ont des langues et des cultures qui leur sont propres. Vous avez le droit de célébrer ce que vous êtes.

    Le terme Québécois inclut ici tous les néo-Québécois qui veulent s’intégrer à la majorité québécoise.

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 23 juin 2010 16 h 38

    Hymne national

    Il n'en manque que de peu pour que "Gens du pays" soit notre hymne national québécois. Le Grand Vigneault pourrait-il bâtir un texte plus explicite en ce sens, basé sur la même mélodie?

    Je le souhaite de tout coeur.