Budget ontarien - L'autre modèle

À la veille du discours du budget qui sera prononcé par le ministre des Finances, Raymond Bachand, jetons un œil du côté de l'Ontario qui a fait le même exercice jeudi dernier.

À cause de la crise de l'automobile, l'Ontario a été plus durement touché que le Québec par la récession. Pourtant, le budget du ministre des Finances, Dwight Duncan ne propose ni augmentation d'impôt ni compressions radicales des dépenses.

Alors que le gouvernement Charest entend revenir à l'équilibre d'ici quatre ans, l'Ontario prévoit prendre huit ans. Ce n'est pas la première fois que cette province agit de la sorte. Rappelons-nous qu'à la sortie de la récession précédente, ce gouvernement avait pris plusieurs années de plus que le Québec pour revenir à l'équilibre.

C'est vrai qu'à 28,2 % du PIB l'an dernier, la dette nette de cette province est bien moins lourde que celle du Québec qui atteint 42 % de son PIB. Mais même en respectant son échéancier, l'Ontario prévoit que sa dette grimpera rapidement au cours des prochaines années pour atteindre 37,2 % du PIB dès cette année et 43 % d'ici 2014! Pendant la même période, celle du Québec aura aussi augmenté (à 46 % l'an prochain, par exemple), mais moins rapidement, de sorte que l'écart entre les deux provinces devrait diminuer par rapport au passé.

Cela dit, ce qui différencie surtout les deux gouvernements libéraux, c'est leur approche pour revenir à l'équilibre budgétaire. Alors que l'Ontario compte surtout sur le temps et la croissance, mais aussi sur le ralentissement de ses dépenses d'infrastructures pour faire fléchir le ratio de sa dette au PIB, le Québec mise sur les compressions et sur l'augmentation des tarifs et des taxes.

Parmi les rares mesures annoncées par le ministre Duncan, la plus dure est un gel de deux ans de la rémunération des employés de l'État, y compris le personnel médical. Le hic, c'est que ce gel n'entrera en vigueur qu'au moment du renouvellement des conventions de travail dont la majorité ne vient à échéance qu'à l'automne 2012, soit une année après les élections. Et de toute façon, il faudra négocier un tel gel qui est donc loin d'être acquis!

Là où les prévisions du ministre Duncan sont encore moins crédibles, c'est au chapitre des dépenses de programmes. Alors que le Québec est parvenu à maintenir la croissance de ses dépenses à une moyenne de 4,6 % depuis 2003, l'Ontario a enregistré un taux moyen de 8,5 %. Et l'on voudrait nous faire croire que le même gouvernement est capable de ramener ce taux à 2,1 % d'ici trois ans?

L'Ontario a été frappé plus durement et est descendu plus bas que le Québec au cours de la récession, mais tout indique qu'il en sortira aussi plus vite et plus fortement.

Même si toute comparaison est boiteuse entre cette province de 12 millions d'habitants et le Québec qui n'en compte que 7,3 millions, il n'est quand même pas inutile de constater qu'il existe d'autres façons d'envisager le retour à l'équilibre budgétaire que celle que notre propre gouvernement et son armée de dévoués conseillers tentent de nous vendre depuis six mois.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Mario Jodoin - Inscrit 29 mars 2010 15 h 14

    Augmentation de population plus importante que l'Ontario...

    ...seulement au quatrième trimestre, et seulement en pourcentage, pas en nombre.

    Notons que 68 % de l'augmentation de la population du Québec en 2009 provient du solde de la migration internationale (55230 / 81246). Voir http://www.statcan.gc.ca/pub/91-002-x/2009004/t325 .

  • jacques noel - Inscrit 29 mars 2010 16 h 46

    Parlons déficit

    Déficit américain: 1,800 milliards. 6000$ par américan

    Déficit de l’Ontario: 21,3 milliards, 1,625$ par Ontarien

    Déficit de l’Alberta: 4,6 milliards (avec 40% seulement de la population du Québec et zéro service de la dette) 1,500$ par Albertain


    Déficit prévu du Québec: 5 milliards. Un gros 650 piasses par Québécois

    Pour la première fois de nos vies, le Québec a un taux de chomage plus bas que l'Ontario et les USA

    La capitale nationale a le plus bas taux de chomage en Amérique du Nord. (mais ca c'est un secret qu'ill faut dire à personne)

    Mais ca va mal au Québec....