Folie républicaine

Barack Obama a réussi là où tous les présidents des États-Unis depuis Teddy Roosevelt avaient échoué : l’assurance maladie. Après mille et une modifications apportées à son plan original, une majorité d’élus l’ont enfin adopté. Mais ce, au terme d’une guerre politique si féroce que le pays a rarement été aussi divisé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

De toutes les réformes majeures dessinées par les présidents de 1945 à aujourd’hui, celle confectionnée par Obama aura été la seule qu’aucun député de l’opposition n’aura votée. Aucun républicain n’a trouvé la moindre vertu à un programme qui étendra l’assurance à 95 % de la population d’ici 2019. C’est dire combien la fureur partisane des républicains est au diapason de l’absolutisme, voire du fanatisme. En agitant l’éventail des peurs tout en leur greffant des fictions, pour ne pas dire des mensonges, les républicains ont imprimé sur tout ce débat une dose éhontée de cynisme qui annonce, à quelques mois des législatives, une lutte d’une rare férocité.

En agissant comme il l’a fait, en instrumentalisant le Tea Party, soit la version américaine du Front National français, le Parti républicain est parvenu à occulter ceci : sur le flanc de la santé, l’État, cet État honni, est présent, bien présent depuis des lunes. En effet, lorsque l’on fait l’addition des programmes Medicaid et Medicare à d’autres moins ambitieux, sans oublier surtout les déductions fiscales accordées aux entreprises, on retient que la moitié des Américains bénéficient directement ou indirectement des aides de ce gouvernement si diabolisé que c’est à se demander si les républicains ainsi que leurs alliés libertariens et néolibéraux n’ambitionnent pas le retour à la loi de la jungle.

Dans la matinée d’hier, soit quelques heures à peine après l’adoption, pas moins de onze gouverneurs d’autant d’États ont annoncé qu’ils iraient devant les tribunaux en souhaitant évidemment que ceux-ci concluent que cette réforme est inconstitutionnelle parce qu’empiétant sur les prérogatives des États. Comme dans tout dossier où la part d’irrationalité est prononcée, celui-ci présente un paradoxe énorme.

Voilà, il se trouve que la version édulcorée qui vient de passer à la Chambre des représentants, et que le Sénat devrait entériner prochainement, est au fond une copie presque carbone de l’assurance maladie dont tous les résidants du Massachusetts jouissent. Elle avait été introduite alors que Mitt Romney en était le gouverneur. Et alors ? On l’a peut-être oublié, mais Romney était et demeure membre du Parti républicain. Il avait d’ailleurs postulé comme candidat républicain lors de la dernière présidentielle.

Ce paradoxe en dit long sur l’indécence des opposants à Obama. Il faut savoir qu’après que Sarah Palin, qui aurait pu devenir vice-présidente (!), eut affirmé que ce plan allait se traduire par la création de tribunaux de la mort, d’autres élus n’ont pas cessé de réduire cette réforme à une caricature, à coups de semonce logeant à l’enseigne de la démagogie la plus obtuse qui soit. Par exemple, un élu a martelé que ce plan était au fond « une discrimination positive dopée aux stéroïdes destinée à décider qui devient médecin et qui obtient un traitement basé sur la couleur de la peau ». Quoi d’autre ? Immédiatement après le vote, les représentants républicains n’ont rien trouvé de plus malin à dire qu’une tranche « de liberté venait de mourir ».

La geste républicaine des derniers mois fut si obscène que c’est à se demander si l’entendement n’a pas été rayé de leur logiciel politique.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

7 commentaires
  • Catherine Paquet - Abonnée 23 mars 2010 04 h 18

    Et la hiérarchie catholique s'est opposée vivement au projet Obama.

    Le New York Times rapporte que la hiérarchie catholique s'est opposé fermement àu projet du Président Obama. On dit par contre que la grande majorité des communautés religieuses féminines et de petites soeurs, plus conscientes des difficultés des pauvres gens, ont souvent donné un appui ouvert au Président, ce que les "machos" ont sérieusement dénoncé. Et on rapporte que la hiérarchie catholique est en train de mener une enquête "sérieuse" sur ces communautés religieuses. Le NYT parle d'une espèce d'inquisition. On voudrait démontrer qu'il n'y a pas que les "hommes" d'église qui ont déshonoré l'Institution. Les femmes aussi... On verra bien.

  • France Marcotte - Abonnée 23 mars 2010 08 h 20

    La loi de la jungle

    Ajoutée au capitalisme sauvage, cette loi naturelle qui laisse crever les plus faibles siérait bien oui à des fanatiques de la peine de mort, du port d'arme comme droit inaliénable et de la supériorité de l'homme blanc. La panoplie et l'arsenal des moyens utilisés par les républicains pour discréditer le projet déjà édulcoré sur la santé encore pour eux si redoutablement équitable, sont riches en enseignements. Tout étant toujours plus gros chez nos voisins, on y voit aussi plus facilement les lianes des stratagèmes les plus grossiers pour tromper la population, procédés que l'on pourra d'autant mieux reconnaître quand ils prendront chez nous leur couleur locale.

  • Pierre Marinet - Inscrit 23 mars 2010 08 h 27

    Excellent

    Ils sont très dangereux pour le monde non seulement pour les USA.

  • Denyse Richard - Abonnée 23 mars 2010 11 h 11

    Les parallèles de l’Histoire

    Le ROC (Rest of Canada) n'avait-il pas été pris d'une folie semblable à la suite de l'Accord du lac Meech, un projet de réforme constitutionnelle au Canada en 1987 ?

    C’est vrai que mise à part une certaine génération, peu de gens se souviennent aujourd'hui et s’intéressent à ces pénibles événements. Mais, une folie tout aussi irrationnelle et tellement furieuse, qu'elle a fini par faire déraper tout le processus qui pourtant avait, lui aussi, été édulcoré jusqu’à ce qu’il n’en reste plus que des miettes.

    Mais, encore là, même RIEN était TROP!

    On souhaite meilleure chance au président américain, Barack Obama, qui «a réussi là où tous les présidents des États-Unis depuis Teddy Roosevelt avaient échoué: l'assurance maladie.».

    D. Richard

  • André Loiseau - Abonné 23 mars 2010 12 h 03

    Deux pour un

    Il y a deux Etats-Unis comme il y a deux Canada. Deux pays contraires dans un. Cette chronique bien étayée en dit long sur l'esprit de rancune et la présence latente de l'esclavagisme contre les noirs. L'esclavagisme, des victimes kidnappées dans leur pays et enrôlées de force pour construire les débuts de l'économie américaine et qui sont. de plus, culpabilisées par le coupable...qui devrait demander pardon et dédommager financièrement ces êtres humains traités plus durement que des animaux; la constatation de l'erreur esclavagiste, honteuse manifestation d'orgueil irraisonné et d'avidité, devrait depuis longtemps avoir ouvert les portes du coeur et de la gratitude à l'ensemble des états-uniens qui se perdent constamment en prières face à la justice et à l'amour de leur Dieu fabriqué sur mesure...