L'extrême droite aux Pays-Bas - La peste

C'est un fait si clair, si net, qu'il interdit tout faux-fuyant, tout louvoiement: aux Pays-Bas l'extrême droite monte en puissance à la vitesse grand V. Après avoir fait une entrée remarquée lors des élections européennes de juin 2009, les propagateurs de la peste brune viennent d'élire un des leurs à la mairie d'une importante ville: Almere. On dira qu'il s'agit d'une ville et une seule, que c'était juste des municipales. Sauf que le Parti de la liberté (PVV), c'est son nom, avait présenté des candidats à Almere et La Haye seulement. À noter que dans la capitale, ils ont failli l'emporter.

Quand on sait que le paysage politique néerlandais est fragmenté, qu'il y a embouteillage de formations comparativement à ce côté-ci de l'Atlantique, ce retour sur le devant de la scène d'un courant nationaliste, xénophobe, fasciste a de quoi inquiéter. D'autant que des sondages réalisés depuis le renversement de la coalition au pouvoir nous apprennent que le PVV pourrait se retrouver au premier ou au deuxième rang lors des législatives qui se tiendront en juin prochain. Autrement dit, il sera incontournable lorsque vont s'amorcer les négociations afférentes à la composition du prochain cabinet.

Son programme est à l'image de sa haine de l'immigrant, de l'étranger. Geert Wilders, le chef du PVV, ne souhaite rien de moins que d'ériger un cordon sanitaire aux frontières du pays. Pour dire les choses telles qu'elles sont, l'hygiénisme qui fonde sa conception du monde fait écho à celle de qui on sait. Ce qu'il veut, c'est rétablir le droit du sang versus le droit de la terre. Ce qu'il entend faire, à plus long terme, c'est bouter l'autre, le différent, hors des murs. Il la veut bien blanche, bien protestante, la société hollandaise. Aussi ségrégationniste que celle imposée par leurs cousins germains, à une époque pas si lointaine, en Afrique du Sud. Aussi ségrégationniste que celle imposée aux États-Unis par leurs ancêtres qui furent, on l'a beaucoup trop oublié, les premiers marchands... d'esclaves!

En attendant les législatives, il faut savoir que son programme prévoit l'interdiction des minarets, la fin des subventions accordées aux ONG qui travaillent à l'intégration des immigrants, la formation de commandos de citoyens, soit des milices (!), et la permission accordée aux forces policières de tirer dans les genoux des fauteurs de troubles. Les paradis fiscaux? Rien. On évoque ce sujet parce qu'on sait trop peu que les paradis battant pavillon néerlandais sont les pires qui soient au monde. Même la Suisse n'ose pas faire ce qu'ils font. C'est dire.

Au cours des dernières années, en Italie, en Hongrie, en Suède, au Royaume-Uni, en Norvège, les nostalgiques du brun ont fait leur entrée au Parlement de Strasbourg quand ce n'était pas dans les assemblées nationales ou au sein des municipalités. Et ce, après avoir réveillé et affûté la fibre nationaliste.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

17 commentaires
  • Bernard Rousseau - Inscrit 5 mars 2010 02 h 41

    La Haye n'est pas la capitale des Pays-Bas

    J'aimerias rappeler que La Haye n'est pas la capitale des Pays-Bas. La Haye n'est qu'un village peuplé d'aristorates et Almere, une petite ville de fermiers assez laide.

    La capitale des Pays-Bas est Amsterdam, où je vis. Le PVDA (centre-gauche) a remporté haut la main les élections dans la capitale et Geert Wilders y est détesté et méprisé ouvertement. Amsterdam, la ville juive, au-dessus de laquelle l'esprit de Anne Frank flotte encore, est à des années-lumière du fascisme.

    S'il est vrai que l'esclavage a commencé ici, il est également vrai que les philosophes des Lumières français ont tous fait publié leurs oeuvres à Amsterdam car la liberté de parole est une valeur bien néerlandaise, et ce même si c'est un Geert Wilders qui parle.

  • SusanK - Inscrit 5 mars 2010 08 h 59

    WILDERS - MON HÉROS


    La montée vertigineuse du PVV dans les intentions de vote est dûe à la dhimminitude du gouvernement néerlandais.

    Il n'est pas normal que des islamistes puissent, en toute impunité, faire des démonstrations en brandissant des pancartes de haine incitant la violence tout en criant Mort aux juifs, l'Islam va régner et à bientôt votre Holocauste.

    Durant ce temps, un citoyen, Geert Wilders, reproduit des versets du Coran sur vidéo (FITNA) accompagnés de photos d'attentats terroristes pour faire le lien entre le Coran et les dangers de l'Islamisation. Pour ce geste, le gouvernement le poursuit pour incitation à la haine.

    Je considère son procès comme étant l'un des plus importants de la planète à l'heure actuelle. Tous les pays européens suivent ce procès car le résultat déterminera la viabilité de la liberté d'expression.

  • SusanK - Inscrit 5 mars 2010 09 h 40

    @ M. Truffaut

    VOUS DÎTES: Son programme est à l'image de sa haine de l'immigrant, de l'étranger.

    Ça fait au moins deux ans que je suis l'évolution du PVV et Wilders. Il répète constamment qu'il n'a aucun problème avec tout immigrant qui veut s'intégrer. Il veut une immigration de qualité, compatible avec les valeurs de la démocratie, comme la majorité des citoyens ailleurs.

    L'interdiction des minarets est désirée maintenant dans presque tous les pays européens.

    La montée de la droite n'est pas unique au Pays-Bas. Plusieurs autres pays connaissent ce phénomène aussi.

    Je sais que dans les grandes villes néerlandaises, M. Wilders n'est pas populaire. Les médias sont en partie responsables. Par contre, partout ailleurs dans son pays, les gens le perçoivent comme le défendeur des valeurs occidentales.

    Oui, il veut fermer les frontières aux islamistes. Oui, il voit la montée de l'islamisme dans son pays et il veut l'arrêter. Il ne veut pas le faire à petits pas car il voit, avec raison, l'urgence de la situation.

    Finalement, M. Wilders atteste que son problème n'est pas avec les musulmans mais plutôt avec l'islamisation dont il blâme le Coran.

    Quant à votre qualificatif 'chemises brunes', je ne peux dire le nombre de fois que j'ai vu la mention Islam égale facisme et Islam égale Mein Kampf, et ce provenant des islamistes mêmes.

    Il faut regarder ce qui s'est passé dans le pays pour provoquer une telle réaction et non pas se limiter aux médias des grandes villes.

  • Camille - Inscrite 5 mars 2010 09 h 49

    Oui mais ...

    Il me semble M. Truffaut que versez ici un peu trop lourdement dans les qualificatifs et les associations épeurantes que l'on devrait accoler à cette "horrible " manifestation de la droite en Hollande et à son porte parole le député de Geert Wilders, qui, bien sûr, doit être condamné davance pour sa "haine de l'immigrant".

    C'est oublier l'assassinat, au nom de l'islam radical, du cinéaste Théo Van Gogh, il y a cinq ans par un Maroccain avec double nationalité Hollandaise. S'ensuit, un réveil brutal d'une population qui a acceuilli chez elle, comme d'autres en Occident, un grand nombre d'immigrants musulmans et qui a l'impression de payer le prix fort face à cet islam radical bien manifeste qui poursuit en Occident l'objectif de légitimer sa position de rejet des valeurs même de la civilisation occidentale : droit de parole, droit de critique y compris de l'islam, égalité, etc...

  • Carl - Inscrit 5 mars 2010 10 h 04

    Erreur

    Monsieur, il ne faut pas chercher bien loin pour se rendre compte que cette montée de la droite est due à une revendication sans mesure des islamistes. Qu,ils s'intègrent ou d'autres pays les accueilleront avec plaisir...
    Au Québec, si nous ne proposons pas des balises claires, je vous prédit une montée fulgurante de la doite.
    Les gens en ont plein le c... des accommodements.