Ville de Québec - Quitte ou double

Que ferez-vous le 8 août 2013? Rien au programme? Si vous passez par Québec, tout indique que vous aurez la chance, cinq ans après la kermesse du 400e, d'assister aux prouesses du Cirque du Soleil et de voir le Moulin à images de Robert Lepage, le tout en plein air et pour la modique somme de rien du tout.

À sa manière bulldozer, le maire de Québec, Régis Labeaume, a gagné son quitte ou double: success story de l'été dernier, le Moulin à images de Robert Lepage illuminera les quais de Québec jusqu'en 2013. Vraisemblablement, le cirque de Guy Laliberté s'y adjoindra en spectacle de rue pour colorer les dessous de l'autoroute Dufferin-Montmorency. Après l'engouement magique suscité par les fêtes du 400e, il aurait été bien sot de rembarrer un tel duo artistique!

Cela dit, alors que le maire tentait de rallier la majorité à son dernier coup de tête, l'opposition posait des questions pertinentes. On a voulu transformer le parti d'Alain Loubier en trouble-fête, mais il veillait plutôt au grain. Remettre en question la solidité du plan d'affaires soutenant les projets, douter de la nécessité d'un contrat de cinq ans, se sentir brusqué par l'imposition d'un quitte ou double (le Cirque reculera si le Moulin n'y est pas!), tout cela participait à la conduite d'une saine gouvernance.

Mais voilà! Régis Labeaume mène sa barque de manière impétueuse, en mode bourru et abrupt. Sous lui, les eaux troubles se déchaînent parfois inutilement, simplement à cause de sa signature. Faisant «acte de foi», l'opposition s'est finalement ralliée à l'impétuosité du fauve mal policé, pariant ainsi sur toutes les promesses — touristiques, économiques, artistiques — cachées derrière le partenariat. Il s'agit d'un bien beau risque.

À voir en vidéo