Noël solidaire

La misère, chantait Charles Aznavour, est moins pénible au soleil. La mort d'un sans-abri à Montréal il y a quelques jours nous a rappelé à quel point cela est vrai. Le froid, on le sait depuis toujours, est mortel. Pourtant, il y a encore des itinérants qui, dans bien des villes du Québec, ne trouvent pas place dans un refuge pour passer la nuit au chaud.

Dans la métropole seulement se trouveraient quelque 8000 itinérants. Ce seul chiffre nous dit l'ampleur des besoins auxquels des organismes comme la Mission Bon Accueil, la Maison du Père ou encore l'Accueil Bonneau, n'arrivent pas à satisfaire. Heureusement, le gouvernement du Québec a ouvert hier son portefeuille, renouvelant pour trois ans l'entente sur la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale et la bonifiant un peu. L'administration municipale redirigera vers les organismes bénévoles une partie de l'argent reçu.

Durant la saison froide, les besoins sont plus grands et plus criants. Cette intervention du gouvernement ne résoudra pas tout. Il lui faudra répondre à des situations d'urgence qui ne manqueront pas de survenir. La lutte contre la pauvreté est un combat de tous les instants qui s'annonce encore plus difficile avec le ralentissement économique qui se prépare.

On ne peut laisser aux pouvoirs publics la responsabilité de répondre à tous les besoins. Nous avons tous un devoir de solidarité. Noël est un moment de partage qu'il ne faut pas réserver qu'aux êtres qui nous sont chers. Plusieurs familles troquent le traditionnel échange de cadeaux pour une collecte de fonds à l'intention d'un organisme communautaire. L'idée fait peu à peu son chemin. Aidons à la répandre. Noël sera ainsi plus joyeux. Nous vous le souhaitons ainsi.

À voir en vidéo