Le plan de Pékin - Stimulation chinoise

Après les États-Unis et les poids lourds du continent européen, voilà que Pékin vient d'annoncer un plan de relance doté d'un montant qui en impose: plus de 600 milliards. Cette somme, les autorités chinoises entendent la consacrer uniquement à la construction d'infrastructures routières, aéroportuaires et autres afin de stimuler, indirectement il va sans dire, la consommation intérieure. En fait, l'objectif central ou premier est de maintenir la croissance annuelle du PIB à 7 % minimum. Car...

Car le gouvernement craint comme la peste que la grogne populaire qui s'est manifestée au début de l'automne aille s'amplifiant. Peut-être faut-il préciser que, les carnets de commandes pour des produits fabriqués par des Chinois et destinés aux États-Unis s'étant réduits à des broutilles, des centaines de milliers d'entreprises, c'est l'ordre de grandeur avancé par les autorités elles-mêmes, ont été condamnées à des fermetures provisoires ou définitives.

Précisons également que la géographie économique du pays étant ce qu'elle est, la croissance considérable enregistrée au cours des dix dernières années a bénéficié essentiellement aux populations concentrées dans le sud et l'est du pays, et non dans les campagnes où résident 800 millions de Chinois agacés depuis longtemps par une redistribution inégale des richesses. Ces derniers ayant contesté à plus d'une reprise cet état de fait, Pékin prie tous les saints du ciel pour que son plan fonctionne comme prvu. Bref, on veut éviter à tout prix que la contestation en milieu urbain se greffe à celle de l'arrière-pays.

Ceci explique cela: outre les 600 milliards, le gouvernement s'est engagé à modifier la taxe sur la valeur ajoutée, à diminuer les impôts des entreprises consacrant des investissements en équipements. Quoi d'autre? Le royaume du capitalisme sauvage entend mettre en place un système de protection sociale afin de libérer les épargnes que font les Chinois pour se prémunir contre les revers de fortune. En clair, le programme de soutien à l'activité économique est beaucoup plus vaste, plus ample, plus ambitieux que ne le laissent présager de prime abord les 600 milliards.

Cela étant, on retiendra que l'annonce de ce programme a été formulée alors que s'achevaient les travaux préparatoires au sommet du G20 qui se tiendra en fin de semaine à Washington. Au terme de ces travaux, le président brésilien, Lula da Silva, s'est fait le porte-parole de ce qu'on appelle le BRIC, pour Brésil, Russie, Inde et Chine. Et alors? Lula a indiqué que, lors de la rencontre de Washington, le BRIC allait proposer que le G7 soit remplacé par le G20 et se battre pour cela. Son argument, qui est aussi celui des Chinois, est simple: la puissance dominante du G7, soit évidemment les États-Unis, est responsable en bonne partie de la tourmente financière à laquelle toutes les nations industrialisées sont confrontées. Que les membres du BRIC ne veuillent plus se contenter d'un strapontin est tout à fait légitime.
4 commentaires
  • Mathieu Demers - Inscrit 11 novembre 2008 04 h 52

    Le pays du "capitalisme sauvage"

    L'éditoraliste John Stossel a déjà mentionné dans une émission que la Chine n'est pas totalement libre économiquement ("capitalisme sauvage" dans le jargon de toutes bonnes associations étudiantes collégiales).

    Les derniers chiffres de l'Institut Fraser le confirme aussi, avec une 93e place mondiale.
    http://www.freetheworld.com/2008/EconomicFreedomof

    Cependant, John Stossel le mentionne bien: la mince ouverture que l'étouffant régime communiste aura permis vers le libre-marché fait en sorte que la société s'est déjà énormément dynamisée, que les gens vivent maintenant majoritairement au-dessus du seuil de pauvreté.

    L'Institut Fraser conclut que ce sont justement les libertés et l'ouverture au reste de la planète (tant politiquement, culturellement, socialement, qu'économiquement) qui permettent à toutes et tous de mieux vivre.

    Voyez les faits en face, même si ça fait mal à admettre.
    Les pays les plus riches et avec les meilleurs standards de vie sont ceux qui sont aussi les plus libres et avec les plus grandes disparités (les disparités sont un signe de vigueur économique: c'est bon de savoir que tout le monde n'est pas égalitairement pauvre et qu'il y a toujours des plus riches, par le fruit de leurs efforts.)

  • André Pelchat - Inscrit 11 novembre 2008 11 h 58

    Le capitalisme est ...

    cette croyance stupéfiante que les pires des hommes feront les pires des choses pour le plus grand bien de tout le monde.
    - John Maynard Keynes

  • Frederic Fradette - Inscrit 11 novembre 2008 12 h 58

    les capitaliste sont aveugles et incultes

    L'histoire de l'humanité démontre très clairement sur le long terme que l'URSS et la Chine Communiste sont les deux pays qui ont réussis les progrès les plus rapides pour leur société. Avant la Révolution Russe la Russie était économiquement et technologiquement à peine plus développé que l'europe du Moyen-âge. Avec le communisme elle devenu l'une des plus avancé du monde se hissant même jusqu'au niveau des États-Unis au titre de puissance mondiale. La Chine quant à elle est passé sous le communisme de 500 millions de pauvres à 50 millions de pauvres dans les années 70. C'est le seul pays dans le monde qui a réussis à réduire la pauvreté dans son pays. Pendant ce temps dans tout les pays occidentaux, dit paradisiaque par les capitalistes, la pauvreté n'a cessé de s'accroître.

  • Mathieu Demers - Inscrit 11 novembre 2008 17 h 56

    Qui sont les incultes et les aveugles ?

    Qui sont les aveugles ?
    D'où viennent vos chiffres ? De quelles grandes innovations parlons-nous ?
    Le développement d'armes nucléaires, de nouveaux types d'avions et de tanks ? De sous-marins et brises-glaces nucléaires ? Des fusées spatiales ?

    Et à quel prix cela s'est-il fait ? Je vais vous le dire: c'est la population qui a dû les subir (malnutrition, sous-financement des divers systèmes, désuétude des entreprises) les rêves de grandeur de leurs bienveillants dirigeants. C'est ça quand, au nom de l'égalitarisme, on contrôle les salaires et les vies de tout le monde.

    Avez-vous déjà été parlé à un Chinois, à un Russe ou à un Polonais qui a vécu la beauté du vrai communisme ? Moi, oui.

    Peut-on aussi parler de la répression et de la surveillance des individus ? Dans un État où on croit que quand tout est public et centralisé, c'est mieux, l'État ne perd pas de temps: on impose plus de contraintes au nom du bien commun et on met en place une "police" chargée de débusquer ceux qui ne pensent pas comme le régime.

    "Certes la pauvreté en Russie ne date pas du rétablissement du capitalisme. À l'époque de l'URSS, le niveau de vie y était généralement bas, les familles devaient souvent s'entasser à plusieurs dans le même logement et les rayons des magasins paraissaient vides. Gorbatchev avait fait miroiter la promesse que le marché libre résorberait la pénurie. Quinze ans après, vitrines et rayons débordent de produits." (Et ça vient d'un site Web communiste...)

    Qui sont les incultes ?
    Saviez-vous qu'une très grande part des capitalistes ont été éduqués dans un univers où, tant les médias que leur éducation, essaient de leur faire avaler des valeurs de gauche ?
    Saviez-vous que les capitalistes sont très souvent des gens avec un très haut niveau de savoir, des gens qui, eux, osent lire les ouvrages que leurs adversaires idéologiques peuvent lire ?

    Honnêtement, l'acquis culturel et social est tellement fort qu'il n'est pas simple de se distancer de cela pour pouvoir le remettre en question, comme plusieurs philosophes l'ont fait. Et encore, il faut être capable de penser qu'il puisse exister d'autres solutions que celles dont on peut avoir appris.

    J'aime bien votre adresse "phoque-internet.com@...". Internet, l'ordinateur, d'autres mauvaises inventions capitalistes qui ne servent qu'aux plus riches ...

    Au contraire, les innovations technologiques de notre monde sont, tous les jours, plus abordables et plus accessibles.

    La vérité n'est donc pas dans les chiffres falsifiées soumises par des dictatures soucieuses de cacher la vérité.

    http://www.dailymotion.com/video/x2526j_stalinepar