Bling bling à l'Élysée

Rarement dans l'histoire de la Ve République, soit depuis 1958, a-t-on observé un tel écart entre la popularité du président et celle du chef du gouvernement, pourtant condamné à être le paravent du premier. Aussi abrupt que soudain, ce détachement de l'électorat français s'explique par le vacarme dont Sarkozy est le producteur quand il n'en est pas le sujet.

Commençons avec la cacophonie municipale dont Sarkozy est à la fois le compositeur et le chef d'orchestre. Il était une fois un porte-parole de l'Élysée portant beau et chic candidat à la mairie de Neuilly avec l'adoubement de Sarkozy, David Martinon. Ses premiers pas dans l'arène chérie des riches de la vieille France s'étant révélés hésitants, donc propices au chaos, le président a dépêché fiston Jean pour l'épauler. La mayonnaise n'ayant pas pris, Martinon a été proprement viré. Le personnage, c'est à retenir, avait été traité «d'imbécile» par maître Sarko devant les caméras de CBS. Aujourd'hui, il mange son fromage.

Une fois le beau renvoyé (on vous prévient, c'est dur à suivre), le patron de l'UMP, la formation politique du président, est venu au centre de Neuilly pour présenter le candidat choisi. Aussitôt, un énorme brouhaha s'est fait entendre. Car, en agissant de la sorte, l'UMP montrait sa préférence pour un candidat destiné à affronter un autre candidat UMP installé, lui, dans les parages dorés de Neuilly. Ce dernier ayant traduit sa contrariété en maintenant son nom dans la course, le patron de l'UMP, encore lui, a tordu le cou à sa propre logique. Il a martelé que l'UMP était au fond favorable au dernier. Ce faisant, il a contrarié (bis) celui qu'elle avait porté sur les fonts baptismaux de la belle, donc très convoitée, Neuilly. Qu'a décidé celui-ci? De présenter sa liste UMP contre l'autre liste UMP.

Pour faire court, vraiment court, il en va à Neuilly comme il en va à Metz, Colmar, Aix-en-Provence, Cherbourg et dans bien d'autres municipalités de France: les candidats UMP affrontent leurs frères de la liste divers droite. Bref, c'est UMP contre UMP. Avec ceci de très singulier: la majorité des combattants UMP, y compris les maires sortants, ne veulent surtout pas que Sarko soit à leurs côtés durant la campagne électorale. À moins qu'il n'accepte de faire de la figuration, mais bon... Certains, d'après ce que rapportent les gazettes, sont allés jusqu'à gommer toute référence à l'UMP, y compris sur les affiches. C'est le cas, par exemple, d'Alain Juppé à Bordeaux.

Des ors de Neuilly passons aux ors des cathédrales. L'actuel président d'une république qui a sacralisé, à juste titre, la séparation de l'église et de l'État effectue des gestes qui contrastent énormément, pour ne pas dire outrageusement, avec la retenue observée en la matière par ses prédécesseurs. Autant ces derniers se contentaient de faire le service minimum en la matière, autant Sarkozy se pose en apologiste des religions. Les monothéistes, il va sans dire, et non les polythéistes qui, elles, avaient eu l'élégance d'accorder à la déesse Pandora une place prépondérante. Passons.

Dernier épisode en date de cette fièvre? Sa suggestion que des élèves de dix ans adoptent des enfants de leur âge victimes de la Shoah. Susceptible de provoquer et de nourrir un sentiment de culpabilité, cette proposition a été vertement critiquée par Simone Veil, ex-déportée, ainsi que par Georges Bensoussan, historien réputé de la Shoah. Venue de nulle part, cette idée fait suite à des propos que l'on qualifiera d'étranges pour rester poli. Ainsi, à Riyad, capitale de l'Arabie saoudite, il a salué «la modération» de l'islam wahhabite alors que la version wahhabite de l'islam a fait plus d'une fois la démonstration de son obscurantisme, de son fanatisme mortifère.

Auparavant, à Rome, Sarkozy est allé jusqu'à déclarer que, «dans l'apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l'instituteur ne pourra jamais remplacer le curé et le pasteur». Bonté divine! Nier aussi brutalement le travail colossal que Jules Ferry et surtout Georges Clemenceau ont accompli pour que la jeunesse soit éduquée par des instituteurs imperméables aux fictions religieuses, c'est sidérant!

Les municipales et la religion combinées au cirque médiatique font qu'aujourd'hui le président est Gros-Jean comme devant. Ce premier ministre qu'il a tout fait pour maintenir dans l'ombre le dépasse largement au championnat de la popularité. Comme quoi, Sarkozy a peut-être mis la politique K.O. La sienne évidemment.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

6 commentaires
  • Ginette Bertrand - Inscrite 18 février 2008 01 h 22

    Un loose cannon

    Le président Sarkozy apparaît de plus en plus comme un loose cannon incontrôlable. Ses déclarations contradictoires, doublées de l'étalage sans vergogne de sa vie privée tumultueuse,nous amènent à se poser de sérieuses questions sur le jugement de l'homme et sur son appréhension de la haute fonction qu'il occupe. Les Français pourraient fort bien à plus ou moins brève échéance regretter de l'avoir plébiscité.

  • Gerry Pagé - Inscrit 18 février 2008 07 h 21

    La sauterelle présidentielle.

    Le surexcité et le fébrile agité «Monsieur Ritalin» commence à faire montre de signes manifestement inquiétants, en
    lien avec de possibles «troubles de déficit d'attention avec hyperactivité», communément appelé TDA/H. Comme il est impossible qu'il ne le sache pas, il est donc d'une évidence incontestable que le Président Sarkozy est en train de faire renaître de ses cendres une SHOAH dont personne ne veut qu'on lui en refasse la lecture. Il le fait au risque malicieusement ignoré, de provoquer l'imaginaire des «élèves de CM2» et, en connaissance des effets pervers d'une telle manoeuvre, de faire la promotion à rebours des horreurs de la barbarie des nazis, historiquement et à tout jamais campées de 1939 @ 1945.

    Pourquoi Monsieur Divino, le Star Promo du tout Hollywood parisien qui multiplie les «têtes à queues» à deux fois la vitesse du son, depuis son assomption au podium de l'exhibitionnisme de sa statuette personne, ne demande-t-il pas plutôt aux enfants des familles aisées, de convaincre leurs fortunés parents d'adopter ou de parrainer les enfants orphelins du barbarisme infernal qui déferle sur l'Irak ou les enfants otages du cannibalisme bestial qui sévit en Afrique génocidaire?

    D'où lui viennent donc ces montées de lait et pollutions diurnes? On est à se demander, de ce côté-ci de l'Atlantique, si Sarkozy ne souffre pas d'illuminations religionnaires, ou sectaires ou encore de fixations carrément tortionnaires. Parmi toutes les cibles de la diversion que crible sans cesse cette «sauterelle présidentielle», laquelle privilégie-t-il par ce désespérant «tri sélectif des mémoires»?

    Parmi toutes les réactions déchirantes et fort inquiétantes de tristesse, de désarroi, d'accablement et d'opposition que manifeste la communauté juive exploitée en considération de l'excitation et de la visibilité présidentielles, la réaction immédiate de Madame Simone Veil, la plus crédible, la plus respectable et la plus noble des témoins de la Shoah, ne devrait-elle pas, à elle seule, couler les batteries d'alimentation de ce «gyrophare / pim-pom / yo-yo» qui fera de l'Élisée, plus tôt que prévu, le théâtre du plus burlesque et grotesque des vaudevilles?

    À cet égard, Nicolas Sarkozy que la Presse anglophone coiffe de: «TROUBLE MAKER», donne des signes naufrageurs alarmants qui ne font pas que glacer le sang des communautés juives européennes. Elles déconcertent, déstabilisent et gênent les Français. Elles surprennent et inquiètent l'Union Européenne. Elles interpellent toutes les plates-formes des relations internationales, en dépit de ce que pourraient en penser les sarkozistes, le Franco-Ontarien Paul Desmarais, devenu «grand croix» et le Bleu-Rouge Québécois Jean Charest, demeurant «notre croix»...

    Gerry Pagé
    Ville de Québec

  • Serge Charbonneau - Inscrit 18 février 2008 09 h 38

    Bling bling ou la pointe de l'iceberg!

    Comment expliquer?

    Comment expliquer ce Sarkozy à la présidence?

    Nous vivons dans un monde étrange. Outre toutes ces magouilles sarkoziennes pour la mairie de Neuilly, outre ces élans d'apôtre de la bonne religion, outre ces directives pour bien façonner la pensée des petits et petites français-es, il y a toutes ces choses qu'on devine à peine de ce prophète Sarkozy.

    Sarko, l'Américain!
    Sarko et les médias!
    Sarko bing bling.
    Sarko et les riches, les très riches, ceux qui décident de la démocratie (sic)!

    Paul Desmarais a dit un jour à Sarko: «...c'est quelqu'un qui serait bien pour la France.»...
    ( http://www.cyberpresse.ca/article/20080216/CPACTUA )
    Étrangement, quelques années plus tard, Sarkozy est devenu président!

    J'aimerais bien rencontrer quelqu'un que je trouve fantastique et pouvoir lui, toi, tu serais bon pour la France... et hop! quelques années plus tard, ce copain ou cette copine serait président-e de la France...

    C'est notre démocratie!

    Cette nouvelle anodine, qui a sortie samedi, m'a profondément troublé.
    "Une fleur de Sarkozy à son ami Paul Desmarais" ( http://www.ledevoir.com/2008/02/16/176480.html )

    Vendredi Sarkozy recevait en grandes pompes son ami Desmarais, qui s'était dit: «...c'est quelqu'un qui serait bien pour la France.» et maintenant la France subit ce Sarko devenu Président! Parfois, c'est à se demander: qui donc a vraiment élu Sarkozy?
    Les Français-es ou le clan Desmarais?
    La manipulation médiatique, la manipulation des "sondages", la publicité, la «propagande», les moyens, les gros moyens.
    La démocratie... est devenue une mascarade, un leurre! Regardons les moyens énormes, indécents des candidats pour les présidentiels US! C'est ce qu'est devenue la démocratie!
    Il est grand temps de se réveiller. Il est grand temps de prendre NOTRE démocratie en main!

    Au mois d'octobre dernier, je lisais " Carlyle, les Desmarais et le toujours corrompu Sarkozy " je visionnais un vidéo alarmiste de ces liens douteux ( http://matchafa.quebecblogue.com/2007/09/13/carlyl ), je me disais: " Bah! Les gens font des liens sans fondement, ils capotent, ils virent sur le top... tout ça c'est à vérifier ce n'est que du commérage..."
    et en fin de semaine, nous avons cette nouvelle anodine: "Une fleur de Sarkozy à son ami Paul Desmarais"
    Je me suis alors dit, que cet automne, ces gens qui paraissaient "capoter", n'étaient peut-être pas si fous!
    Un ami m'a référé à un article de la presse "alternative" Rue89: " Sarkozy décore Desmarais, son riche et discret ami canadien " ( http://www.rue89.com/rue-des-erables/sarkozy-decor ).
    Le journaliste Florent Daudens, un de ces "capotés", nous dresse un tableau des relations de ces riches, célèbres et surtout «puissants»!

    Le bling bling Neuilly de M. Truffaut est bien intéressant, mais je crois que c'est bien "anodin" si on compare ce bling bling à cette nouvelle de «Grand-Croix». Les deux derniers volets de M. Truffaut auraient dû avoir plus d'espace. Cet affichage "religieux" du Président et cet endoctrinement face à l'histoire...
    Les alliances avec ces puissants «purs» (sic) de la démocratie (sic) religieuse, les méthodes douteuses de contrôle et la gouvernance "autoritaire" et portée par les «bonnes valeurs» (sic), nous font voir la pointe de l'iceberg de ce phénomène mondiale.
    Sarkozy n'est que la pointe visible (peut-être, trop visible!) de ce iceberg de magouilles.

    Pourquoi donc ce riche Desmarais mériterait la grand-Croix?
    Ce n'est tout de même pas Alexandre de Russie ou Gustave Eiffel!

    Pourquoi donc, Sarkozy a-t-il réussi à se faire élire?
    Comment donc, George W Bush s'est-il fait élire par les "juges" en 2000?
    Pourquoi donc, s'est-il fait réélire en 2004?
    Comment expliquer que McCain se fera élire en 2008?
    Comment expliquer que Harper va se faire élire ?

    Bien sûr j'extrapole, mon cerveau est devenu hors contrôle...
    Parfois des nouvelles anodines et quelques liens avec la réalité qui nous entoure, nous donne l'impression de perdre le contrôle!


    Serge Charbonneau
    Québec

  • Gilles Théberge - Abonné 18 février 2008 09 h 56

    Quel con!

    "Je te préviens, Icare, il faut mener ta course à une hauteur moyenne. Vole entre les deux." lui avait Dédale son père.

    C'est ce qui arrivera à Sarkosi. Il finira par descendre en flamme. Le plus tôt possible serait le mieux pour la France.

  • Roland Berger - Inscrit 18 février 2008 15 h 29

    La droite catholique riche

    Sarkosy a été élevé à la présidence de la France par une droite catholique riche qui veut déconstruire le sécuralisme de l'état français pour le remplacer par un règne de nature religieuse. Comment expliquer autrement que Nicolas Sarkosy, qui a attendu de devenir président pour divorcer, ait été reçu par le chef d'une église qui combat le divorce chez les classes moyenne et populaire partout dans le monde. Les cr.... s'entendent fort bien. Voyez Paul Desmarais, aussi catholique pratiquant... et riche.
    Roland Berger
    St-Thomas, Ontario