Qui est responsable ?

L'administration Tremblay prend les grands moyens pour inciter les Montréalais à garder leur ville propre. Celui qui avait fait de ce thème une promesse électorale a donc décidé d'agir. Ainsi, non seulement a-t-on annoncé l'organisation de campagnes de propreté pour le printemps et l'automne, mais on vient de renforcer l'arsenal répressif en embauchant et en costumant des inspecteurs supplémentaires pour distribuer des contraventions variant entre 60 $ et 1000 $ aux propriétaires négligents.

En principe, ces mesures ne posent pas de problèmes. Un propriétaire ne peut pas contrôler tout ce que font ses locataires, mais il a quand même la responsabilité de garder les lieux propres et, dans certains cas, de prévenir un locataire qu'il ne peut pas abandonner ses déchets au chemin n'importe quand dans la semaine. Quant à ramasser quelques papiers sur le trottoir après le passage des éboueurs, encore là il était temps qu'une mesure de civisme aussi élémentaire soit inscrite dans le règlement et, surtout, qu'elle soit appliquée!

Cela dit, il sera intéressant de vérifier comment ces mesures seront reçues par les différents arrondissements. Depuis les fusions, Montréal est passée de ville aux mille clochers à ville aux mille règlements différents, selon les arrondissements. Rien ne fonctionne de la même façon d'un quartier à l'autre et bien malin qui peut prédire comment un règlement sera appliqué. Construction, zonage, stationnement, tarifs, contraventions... alouette!

Par ailleurs, il sera aussi amusant de voir jusqu'à quel point la Ville elle-même respectera sa réglementation. Quiconque a déjà observé un employé municipal au volant d'un tracteur en train de tondre l'herbe d'un parc a pu remarquer qu'on se donne rarement la peine de ramasser les papiers avant de procéder. Beau gazon! Le constat est le même sur les terrains qui entourent les immeubles municipaux: ce sont souvent les endroits les moins bien entretenus.

La logique qui veut qu'on responsabilise les propriétaires ne vaut-elle pas pour la Ville elle-même? Comment se fait-il que les employés municipaux soient eux-mêmes aussi peu soucieux de la propreté des lieux dont ils ont la responsabilité? Est-ce parce que nombre d'entre eux habitent à l'extérieur de la ville qui les fait vivre?

Dans le même ordre d'idées, l'organisation du travail au sein des arrondissements n'y serait-elle pas pour quelque chose? Sous l'administration de Pierre Bourque, on a accordé la semaine de quatre jours à tous les cols bleus. Cette mesure, disait-on, devait réduire les pertes de temps et le nombre d'heures supplémentaires. Quel est le bilan, si tant est qu'on en ait déjà produit un? Chose certaine, les coûts de rémunération n'ont pas cessé de croître alors que la qualité des services à la population a diminué. Il fut un temps où les rues de Montréal étaient balayées deux fois par semaine. Qu'en est-il aujourd'hui?

Quelque chose ne tourne pas rond au royaume de Monsieur Net. Et ce ne sont pas les Montréalais qui en sont responsables, mais ceux qui administrent cette ville.

j-rsansfacon@ledevoir.com

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

2 commentaires
  • Alain Senécal - Inscrit 5 avril 2007 11 h 26

    Une aberration !

    Je suis locataire dans un triplex et mon propriétaire habite Outremont.
    Je n'ai pas encore réussi à trouver par quel raisonnement tordu (si raisonnement il y a eu) l'administration Tremblay a décidé que si, par exemple, je manque suffisamment de sens civique pour laisser se salir le parterre et le trottoir devant chez moi c'est mon propriétaire qui en est responsable. Mystère !
    Veut-on faire des locataires des gens irresponsables et rendre les propriétaires responsables de ce qu'ils ne peuvent contrôler ?
    Alain Senécal, Montréal.

  • Jean-Yves Bégin - Inscrit 5 avril 2007 14 h 43

    JUST FOR THE SAKE OF ARGUMENT...

    PAS MES AFFAIRES, MAIS QUE DITES-VOUS DU PAUVRE PROPRIÉTAIRE QUI POURRAIT ÊTRE VICTIME DE HARCÈLEMENT STYLE PERSÉCUTION PAR QUELQUES SALES ITINÉRANTS DÉLIRANTS SOUS LA SURVEILLANCE AMUSÉE DE QUELQUES POLICIERS AMUSÉS, ZÉLÉS, ET... NON MOINS DÉLIRANTS? DE QUOI FAIRE DES MÉCHANTS PROPRIÉTAIRES DE PERPÉTUELS TORCHE-TOUT PERPÉTUELLEMENT AUX AGUETS MENACÉS ET INQUIETS, AU SERVICE DU PEUPLE VERTUEUX? BIEN PUNIS, HEIN!
    C'EST BEAU LA COLLECTIVITÉ, À MONTRÉAL,VILLE DE LOCATAIRES! ET MAINTENANT, HARO SUR LES MÉCHANTS AUTOMOBILISTES, AMENDES ET PARKINGS, AU NOM DES SAINTS VÉLOS SOUSTRAITS À TOUS LES RÈGLEMENT QUI VOUS RENTRENT DANS LES PORTES, BIEN QU'AU RISQUE DE LEUR VIE, BIEN SÛR.

    C'ÉTAIT JUSTE POUR DIRE, STYLE TSÉVEUDIRE...