La mue du croyant

De la panoplie de chiffres que produit tout scrutin aux États-Unis, un score tracasse tout particulièrement les républicains: 4 sur 10. Mais encore? Quatre électeurs sur dix ont voté contre Bush. Qu'une proportion aussi imposante de personnes au royaume du catéchisme positiviste ait fait de la négation le moteur de son vote inquiète d'ores et déjà pour la présidentielle de 2008.

En effet, lorsqu'on s'attarde aux raisons qui ont poussé autant de gens à écarter les candidats républicains, on se rend compte que, l'Irak excepté, les facteurs ayant contribué à la victoire des démocrates ont trait à des valeurs morales. À ces valeurs brandies et défendues par ces religieux. À ces valeurs que les intégristes, dans la version évidemment protestante et catholique, avaient transformées en un fonds de commerce qui a fait la fortune de Bush lors des deux présidentielles et des législatives précédentes.

Mardi, un glissement s'est produit qui a profité aux démocrates. En vrac, ces raisons s'appellent Terri Schiavo, mariage homosexuel et baisses d'impôt, pour parler des plus importantes. On se rappellera que sous l'impulsion des religieux, le gouvernement fédéral avait fait preuve d'intransigeance à l'endroit de Schiavo, cette personne si malade qu'elle était branchée de partout.

En ce qui concerne le mariage homosexuel, un sondage sur la question, mené auprès des seuls évangélistes, a mis en lumière un changement d'attitude qui a beaucoup surpris. Alors qu'on s'attendait à ce qu'au moins 60 à 70 % de ces évangélistes s'affirment favorables à l'interdiction du mariage entre personnes de même sexe, voilà qu'on s'est rendu compte que la différence entre les pour et les contre était beaucoup plus mince qu'on le prévoyait.

Et pour ce qui est des baisses d'impôt, tout un chacun convient qu'elles ont résulté en un accroissement prononcé des écarts entre les riches et les pauvres, ce qui est contraire, soulignent toujours ces évangélistes, à l'enseignement de Jésus. Toujours est-il que ce cocktail fait de Schiavo, de mariage homosexuel et de privilèges fiscaux a favorisé, comme le souligne d'ailleurs l'hebdomadaire Newsweek dans sa présente édition, l'émergence de preachers qui ne partagent pas du tout les idées ultraconservatrices, en fait obscurantistes, des fous de Dieu à cravate, soit les Jerry Falwell, Pat Robertson, Billy Graham et consorts.

Cette mue de nombreux évangélistes n'a évidemment pas échappé aux démocrates, qui sont allés brouter sur les terres jusqu'alors acquises aux républicains en présentant des candidats taillés sur mesure. On pense notamment à Harold Ford Junior, croyant fervent qui, lorsqu'il était membre démocrate de la Chambre des représentants, a voté pour la guerre en Irak, pour l'augmentation des budgets militaires, contre le mariage homosexuel, etc. Bref, s'il s'était présenté sous la bannière républicaine, on n'y aurait vu que du feu. Conclusion? Dans bien des cas, la différence entre le candidat républicain et le candidat démocrate avait l'épaisseur du papier à cigarettes.