Une revue de l'actualité

Fouillant sans relâche les archives secrètes du combat révolutionnaire pour la libération de l'oppression du joug colonial, un séparatiste de choc a découvert qu'un cinéaste ambigu avait, avant d'accepter une chambre d'amis du fédéralisme pourri à Rideau Hall, tourné un film en Iran.

«Ottawa, le SCRS et la GRC ne veulent pas que vous sachiez cela, mais j'en ai la preuve», a dit le séparatiste, qui a trouvé la révélation sur le site officiel de la gouverneure générale désignée. «Le fédéral a tout fait pour cacher que le film a gagné un prix Gémeaux, mais c'était sans compter ma perspicacité et mon sens inné de l'enquête.»

«Or je ne veux pas partir de rumeurs, a-t-il ajouté, mais l'Iran, non seulement ça fait partie de l'axe du mal, c'est aussi proche d'autres pays que je ne nommerai pas parce que je veux laisser les Anglais les trouver tout seuls.»

Réflexion faite, le limier a finalement convenu que, oui, il voulait partir des rumeurs. «À votre place, je ferais des petites recherches du côté d'une cellule de souche dormante d'une nébuleuse appelée al-Qanada. Ils plantent des colis suspects à double fond contenant du shampoo à la citadelle de Québec. Bon, je sais que la blague du double fond commence à être usée en ta, mais peut-on vraiment s'en empêcher?»

Selon le séparatiste, le groupe al-Qanada posséderait également des armes de destruction massive, difficiles à trouver toutefois parce qu'elles ont été camouflées en fromage entreposé au fond de la baie des Ha! Ha!.

***

La Ligue monarchisante royale dynastique absolutiste du Commonwealth du Dominion de l'Empire s'est insurgée hier contre la nomination de la nouvelle gouverneure générale du Canada et a demandé à ce que celle-ci fasse une nouvelle profession de foi, qui serait sa quatrième en six jours et abaisserait la marque établie par Benoît XVI aux JMJ.

Si la Ligue a mis 48 heures avant de réagir, c'est que personne n'y parle un traître mot de français et qu'on s'était donc contenté jusque-là de la version véhiculaire de la profession de foi n° 3, qui précise que ni la gouverneure générale désignée ni son consort n'avaient embrassé la «separatist ideology». Ce n'est qu'hier qu'on a signalé au chairman de la LMRDACDE, âgé de 93 ans, que la version vernaculaire faisait état de «l'idéologie souverainiste».

«Je comprends que s'ils ne sont pas souverainistes, c'est qu'ils sont contre la souveraine. Dehors!», a dit le chairman avant qu'on lui signale qu'il y avait malentendu: c'est juste que les séparatistes sont tellement habiles et tellement partout et tellement sournois qu'ils ont même réussi à récupérer à leur compte le vocabulaire de la Couronne britannique.

Informé de la situation, le chairman, maintenant âgé de 94 ans, a quand même demandé à ce que la g.g. en devenir s'engage résolument en faveur du Canada en incluant dans sa profession de foi n° 4 les expressions «loyauté», «adoration», «pâmoison», «appétence», «prête à donner ma vie pour» et «maudits Français».

***

La reine du Royaume-Uni, Elizabeth II, tient à vous dire qu'elle se contrefiche éperdument de vos histoires à la mords-moi le noeud.

«Je n'ai aucun pouvoir ici, je n'ai aucun pouvoir nulle part, je me fous du Canada, arrangez-vous avec vos troubles et sacrez-moi patience», a déclaré la souveraine au bord de la dépression après qu'on l'eut informée que des citoyens ulcérés lui envoyaient des courriels pour se plaindre de la g.g. désignée grâce à un hyperlien créé par un député conservateur d'Ottawa. «Vous voulez savoir ce que je fais de vos e-mails? Vous voulez vraiment le savoir? Non, vous ne voulez pas le savoir.»

Selon des sources au palais de Buckingham, la reine en a plein sa sacoche. Déjà que des mauvais souvenirs de représentation de la Couronne dans les colonies s'étaient imposés à sa mémoire lorsque le prince Harry s'est présenté à un party d'Halloween déguisé en nazi, voici une autre histoire dont elle pourrait parfaitement se passer. «Vous noterez qu'en fait de conjoints, mettons, ayant un passé, elle peut déjà compter sur Camilla», a déclaré un proche. «Je pense qu'elle en a marre. L'autre jour, elle s'est mise à pleurer lorsqu'on lui a parlé de changer les rideaux dans le hall. Et comme Rocky, elle s'est mise à hurler "Adrienne!".»

***

À la suite du départ pour TVA de l'animateur Denis Lévesque, un ministre fédéral des Transports a fait savoir qu'il était prêt à faire double emploi et donc disponible pour reprendre la barre du Grand Journal à TQS.

«Je me sens de plus en plus à l'aise avec les caméras depuis que j'ai décidé d'en faire installer partout», a déclaré le ministre lors de conférences de presse tenues hier à Saint-Hyacinthe, à Rivière-du-Loup, à Gatineau, à Sherbrooke et à Gaspé, et jeudi à Trois-Rivières, à Sept-Îles, à Granby, à Roberval, à La Pocatière et à Valleyfield. «Et puis, j'ai le sentiment qu'on ne me voit pas assez. Les gens s'ennuient d'entendre aussi peu de déclarations de ma part sur une gamme étendue de sujets dans les médias», a-t-il ajouté lors d'une visite de presse à Victoriaville.

Selon le ministre, la possibilité d'être à la fois lecteur de nouvelles et lieutenant québécois de Paul Martin ne présente aucun conflit d'intérêts. «J'ai appris en politique à appréhender la réalité de manière objective et non partisane. Et puis, les tâches de présentateur d'un bulletin et de ministre sont très similaires: dans les deux cas, il s'agit d'informer les citoyens», a-t-il dit lors d'un point de presse à Rimouski.

Le député d'Outremont a dit rêver d'une «stimulante concurrence» dans les informations télévisées de fin de soirée qui le verrait opposé à la gouverneure générale présentant Le Téléjournal à Radio-Canada «et, pourquoi pas, Liza ou Denis au TVA 22 heures». «Comme ça, les séparatistes seraient obligés de prendre leurs nouvelles à Télé-Québec, tsé veux dire», a-t-il lancé depuis Kuujjuaq.

Selon des sources, le nom du ministre aurait par ailleurs été placé sur la liste préliminaire des candidats au prix Nobel de la paix après qu'il eut déclaré — dans le cadre d'une rencontre de presse à Baie-Comeau — qu'«on n'est pas pour envoyer nos F-18» envahir les États-Unis pour régler le conflit du bois d'oeuvre.

Les F-18, notons-le, sont cloués au sol en attendant un débarquement au Danemark visant la récupération de l'île de Hans, où se trouve le ministre aujourd'hui en vue d'une exposition de presse.