Fonds d'investissement: Un secteur surperformant

Les petites capitalisations canadiennes continuent à donner de bons résultats. Pour les deux dernières années, les fonds de cette catégorie ont obtenu, en moyenne, un rendement annualisé de 25,2 %. De plus, il s'agit de la quatrième année consécutive que cette catégorie obtient un rendement supérieur à celle des actions canadiennes à grande capitalisation.

Et, si l'on considère les prochains mois, il y a lieu d'être optimiste : les profits devraient poursuivre leur croissance, et plusieurs petites capitalisations constituent des cibles potentielles intéressantes à acquérir.

Ce n'est toutefois pas un phénomène récent que les petites capitalisations obtiennent un rendement supérieur. Sur 15 ans, le rendement moyen des fonds d'actions de cette catégorie affiche 9,3 % comparativement à 9,1 % pour les fonds d'actions canadiennes. Et, au cours des 24 dernières années, les fonds de petite capitalisation ont connu 15 années civiles avec des rendements supérieurs à 10 %, dont sept avec des rendements dépassant 20 %.

La raison qui incite l'investisseur à sélectionner des fonds de petite capitalisation est toujours la même: étant donné que ce secteur est moins couvert par les analystes, il existe davantage d'occasions que du côté des grandes capitalisations. Une donnée intéressante: au Canada, il existe plus de 1000 entreprises avec une capitalisation inférieure à un milliard comparativement à une cinquantaine d'entreprises qui ont une capitalisation supérieure à cinq milliards.

Ajoutons que les «petites» entreprises bénéficient de l'avantage non négligeable de présenter des états financiers qui, en général, sont plus transparents que ceux des grandes entreprises.

Cependant, les fermetures récentes de fonds de petite capitalisation limitent de plus en plus le choix des investisseurs pour cette catégorie d'actif. Cette année, le fonds NordOuest spécialité actions a cessé d'accepter de nouveaux investisseurs, de même que le Franklin Templeton sociétés à petite capitalisation et le Bissett sociétés à petite capitalisation. À tout considérer, il s'agit là de bonnes nouvelles, les familles de fonds voulant ainsi protéger l'actif des investisseurs.

Il faut cependant se rassurer par rapport aux choix disponibles : plusieurs excellents fonds de petite capitalisation demeurent accessibles aux investisseurs québécois. Voici quelques-uns des meilleurs choix sur le marché.

Banque Nationale, petite capitalisation

Ce fonds est géré par l'équipe de Natcan depuis sa création en 1988. La gestion revient au trio composé de Robert Beauregard, Christian Cyr et Serge Dépatie.

La longue feuille de route de ce produit est tout à fait reluisante. Depuis sa création en 1988, le rendement annualisé se situe à 12,2 %.

Il s'agit d'un véritable fonds de petite capitalisation, la capitalisation boursière moyenne du produit étant de 500 millions. Les gestionnaires procèdent à la vente d'un titre dès qu'il atteint la capitalisation de 1,5 milliard.

Clarington petites sociétés canadiennes

Depuis sa création en mars 1997, ce fonds est sous la responsabilité de Leigh Pullen de l'équipe de gestion QVGD Investors Inc., une firme de gestion basée à Calgary. L'équipe de gestion a fait un excellent travail au cours des années.

Le rendement annualisé depuis la création du produit s'élève à 13,1 %.

On note la présence d'une bonne part de fiducies de revenu : 18,5 %. Le gestionnaire surpondère également le secteur de l'énergie. Ce produit peut ainsi s'avérer une solution de rechange intéressante aux très volatils fonds spécialisés en titres énergétiques.

Elliott & Page occasions de croissance

La feuille de route du gestionnaire est tout à fait remarquable. Le fonds a généré un rendement de 22,9 % depuis sa création en novembre 1998. De plus, on n'observe aucune année civile de rendement négatif depuis la création du fonds.

Le succès du fonds tient aux décisions éclairées du gestionnaire Ted Whitehead qui utilise à la fois des méthodes quantitatives et fondamentales dans son processus de sélection de titres. Ce fonds est la preuve que la gestion active peut générer de bons rendements tout en réduisant le risque provenant d'un secteur plutôt volatil.

Malgré l'optimisme qui règne à l'égard des petites capitalisations, il y a toutefois lieu de demeurer prudent. Habituellement, on conseille de ne pas dépasser une pondération de 10 %, afin d'éviter les mauvaises surprises.

question@avantages.com

L'auteur est conseiller en placement et président d'Avantages Services Financiers, une société indépendante spécialisée dans le courtage de fonds communs de placement et dans la gestion privée.