Votre portefeuille: Coup d'oeil sur Canadian Tire

Rares sont les entreprises du secteur des ventes au détail qui résistent à l'épreuve du temps. Il y a bien sûr celles appartenant au secteur de l'alimentation qui se tirent bien d'affaire. Mais pour les autres... Simpson, Eaton, Greenberg, Morgan, Dupuis et Frères sont autant de noms qui appartiennent désormais à l'histoire. Même La Baie, notre plus vieille chaîne de magasins, lutte pour sa survie.

Non, le secteur du détail n'est pas facile. Pourtant, une entreprise canadienne semble s'accommoder parfaitement de cet environnement plutôt hostile. Une entreprise fondée en 1922 par les frères John et Alfred Billes. Une entreprise qui compte aujourd'hui 1100 magasins au Canada et 48 000 employés. Une entreprise dont les ventes annuelles ont totalisé au dernier exercice plus de sept milliards de dollars.

Cette entreprise excelle dans la vente de pièces et d'accessoires pour automobiles, elle exploite l'un des plus importants réseaux de stations-service au pays, elle donne dans le vêtement de travail et elle s'affirme dans les prêts à la consommation.

Cette entreprise se nomme Canadian Tire (Tor., CTR.NV), le seul fleuron canadien du secteur du détail (secteur de l'alimentation exclu) qui brille encore de toute son étoile. Plusieurs experts ont craint pour sa survie avec l'arrivée du géant américain Wal-Mart. À tort. Cette nouvelle concurrence s'est plutôt traduite par un dynamisme renouvelé chez Canadian Tire. C'est ainsi que le groupe de détail formé de plus de 430 magasins Canadian Tire (ceux-ci sont exploités par 390 marchands associés) a introduit avec succès son nouveau concept de magasins 20/20. Des magasins d'une surface plus grande offrant de nouvelles sections comme celle des plantes et de l'aménagement paysager. L'apport de ces nouveaux magasins aux ventes de l'entreprise a dépassé toutes les attentes. Apport qui a été renforcé par l'acquisition en 2002 de la chaîne de magasins de vêtements de travail Mark's Work Warehouse (L'Équipeur au Québec) qui compte aujourd'hui 330 magasins.

Les services financiers élargis (Canadian Tire a même créé sa propre banque en 2003) contribuent aussi à la croissance de la compagnie. En plus d'avoir converti les cartes de crédit Canadian Tire en cartes Mastercard, cette division a commencé à offrir des marges de crédit et des prêts à la consommation. Elle entend bientôt jouer le rôle d'une véritable banque en délivrant des comptes bancaires, des dépôts à terme et des certificats de dépôt et en offrant des prêts hypothécaires.

Quant à la division pétrolière, elle n'est pas en reste alors que le nombre de stations-service et de dépanneurs jumelés à celles-ci ne cesse de croître.

Sans aucun doute, Canadian Tire s'avère une machine redynamisée comme en font foi les résultats des dernières années. Les ventes sont passées en trois ans de 5,9 à 7,1 milliards de dollars, soit un taux de croissance annuel composé de 10 %. Les flux de trésorerie ont progressé encore plus rapidement, étant passés de 460 millions en 2003 à 628 millions en 2004. Ces flux de trésoreries sont venus renforcer le bilan de l'entreprise dont l'encaisse totalisait au 1er janvier 2005, 802 millions.

Grâce à ces bons résultats, Canadian Tire a décrété au premier trimestre une hausse de son dividende annuel (la première en dix ans) qui est passé de 50 ¢ à 58 ¢ l'action. Cela confirme l'optimisme qui règne chez ses dirigeants. Ceux-ci entendent bien poursuivre sur cette lancée en remplaçant une centaine d'anciens magasins par des nouveaux de concept 20/20, en convertissant 175 magasins existants à ce nouveau concept, en haussant le nombre de magasins Mark's Work Warehouse de 333 à 400 et en ajoutant de 25 à 35 stations-service et dépanneurs à sa division pétrolière. Canadian Tire entend réaliser tout cela d'ici à 2009.

Magie du dividende

Côté dividende, cela fait plus de 50 ans que la compagnie en verse un à ses actionnaires. En 1985, l'entreprise versait un dividende de 20 ¢ l'action alors que le titre s'échangeait autour de 10 $. Aujourd'hui, le dividende versé par action est de 58 ¢ alors que le titre s'échange autour de 58,70 $. Il va sans dire que les actionnaires à long terme de l'entreprise ont été bien récompensés.
- Pour une information plus complète sur l'entreprise (données et ratios financiers fournis par Stock Guide), rendez-vous sur le site de la classe Internet Pro-Placement (www.proplacement.qc.ca)
- Mise en garde: il ne s'agit pas ici d'une recommandation d'achat. Pour bien bâtir son portefeuille, il importe d'accumuler les actions au bon prix et de bien suivre l'évolution de l'entreprise.

cchiasson@proplacement.qc.ca

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

2 commentaires
  • André Wart - Inscrit 12 avril 2005 17 h 09

    Surprise

    Je suis ébahi devant le cheminement de cette compagnie et je pense ne pas être le seul car il est rare de lire un reportage comme le vôtre.

    Cela fait plaisir à lire. Félicitations aux dirigeants et au personnel.

  • Carole-Anne Tanguay - Inscrite 3 juillet 2005 16 h 57

    !!

    Monsieur !!

    Je pensais pas que ma soeur écrivait des textes aussi importants. En tout cas c'est bien fait, ca explique bien.