Est-ce le bon moment d’acheter une rente?

S’il est compréhensible que les produits de placement garanti suscitent la curiosité pendant cette période émotive que nous font vivre les marchés boursiers depuis un an, l’utilisation des rentes dans la planification de la retraite semble aussi engendrer un certain regain d’intérêt, comme en témoigne ici Michel.

« J’ai 72 ans. Considérant les taux d’intérêt plus élevés depuis quelques mois, je me demande si l’acquisition d’une rente pourrait être une bonne occasion à saisir afin de m’assurer un revenu régulier pour le reste de mes jours. »

Cette question est à la fois légitime et complexe. Notre lecteur a
raison de souligner que le contexte actuel de la hausse des taux fait baisser les prix pour l’achat d’une rente viagère, versée jusqu’au décès du rentier. Les assureurs, qui distribuent ces produits, financent ces rentes par des obligations long terme, dont le prix est en baisse avec la hausse des taux d’intérêt.

Concrètement, Michel aurait aujourd’hui moins de capitaux à investir qu’il y a trois ans pour garantir la même rente. Toutes choses étant égales par ailleurs, le prix est aussi fixé en fonction du taux d’espérance de vie.

Toutefois, n’annulez pas vos plans pour les Fêtes : ce ne sont pas tous les préretraités et retraités qui doivent s’acheter une rente immédiatement, car voyez-vous, comme c’est souvent le cas, plusieurs éléments peuvent intervenir dans l’analyse.

Quelle est votre espérance de vie ?

Si l’on pouvait obtenir cette réponse, la planificatrice financière pourrait réaliser ses calculs avec beaucoup plus de facilité. Un bon plan de décaissement à la retraite prend en considération plusieurs hypothèses : la valeur et les catégories
d’actifs que vous avez en votre possession, votre situation familiale et fiscale et les taux de rendement projetés selon votre profil de tolérance au risque.

Les meilleurs plans présentent aussi différents tests de solidité pour valider les décisions du retraité. Mais ils demeurent tous théoriques, car il reste impossible de prévoir le nombre d’années avant le décaissement.

« Pourquoi tant d’insistance sur la date du décès ? », me direz-vous. Simplement parce qu’il existe des rentes viagères et des rentes à durée déterminée dont l’achat exige de faire des choix sur différentes options, comme les périodes de
garantie ou la réversibilité au
conjoint.

Avec le même montant initial à investir, la rente mensuelle que vous recevrez ne sera pas la même si vous choisissez une rente viagère, avec une période garantie — et le cas échéant, même la durée choisie — ou réversible au conjoint. Et l’analyse de rentabilité financière de ces différentes options est toujours basée sur l’espérance de vie, une hypothèse théorique.

J’ai utilisé le calculateur en ligne d’une compagnie d’assurances pour illustrer le cas de Michel. Selon cet outil, l’espérance de vie de Michel, 72 ans, serait de 88 ans.

L’achat d’une rente viagère
incluant une période de garantie de 10 ans, à partir de son fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) de 100 000 dollars, permettrait de générer un revenu annuel brut de 7830 dollars qui est garanti à vie. En comparaison, un portefeuille équilibré (40 % revenus fixes, 60 % croissance) générant un rendement net annuel de 3,60 % permettrait théoriquement le même décaissement jusqu’à 89 ans, ou plus de flexibilité dans les décaissements si les besoins changent.

Dans le cas de nombreux retraités, il faudrait donc un profil de tolérance au risque davantage axé sur la croissance pour battre la rente afin de diminuer l’exposition au risque de longévité. Mais est-ce que Michel décédera avant son espérance de vie, ou après ?

Sécurité ou flexibilité, à vous de choisir

Vous comprenez ainsi que plus votre tolérance au risque est faible et votre profil d’investisseur, modéré, plus l’intégration de la rente pourrait convenir à votre planification de la retraite.

Si vous ne bénéficiez pas d’un régime de retraite à prestations déterminées, l’avantage principal d’acheter une rente est principalement d’obtenir une forme de tranquillité d’esprit, pour vous ou votre conjoint survivant.

Ne plus avoir à vous soucier du marché et sécuriser vos placements présente toutefois en contrepartie un coût d’opportunité. Si, par exemple, vous choisissez une rente avec une période de garantie ou une clause de réversibilité, le montant disponible pour les besoins du titulaire de la rente sera plus bas.

Si vous ne prenez pas de garantie ou une période de garantie très courte pour obtenir une rente plus élevée et que vous décédez rapidement après avoir acheté celle-ci, le patrimoine transmis à votre succession en sera affecté. Il importe de clarifier vos besoins et objectifs de retraite, tout comme vos désirs successoraux.

La rente offre une paix d’esprit qui se monnaie : c’est somme toute un produit d’assurance. Notre
lecteur Michel devrait fonder sa décision à partir d’illustrations concrètes permettant de comparer les différentes options qui sont adaptées à sa situation. Il importe aussi de comparer plusieurs offres, les sociétés n’utilisant pas les mêmes taux d’intérêt actuels dans l’établissement de leurs produits. À moins que son épargne ne soit très modeste, la rente de Michel devrait s’intégrer à un ensemble de stratégies et ne pas être composée de l’entièreté de ses placements disponibles.

À voir en vidéo