Réflexions pour consommer différemment

Pendant des années, les consommateurs ont joui de conditions d’emprunt favorables avec des taux d’intérêt relativement bas. Grâce à une croissance économique forte et soutenue, certaines habitudes de consommation se sont ainsi implantées. Jusqu’à il y a peu de temps, plusieurs décisions d’achat se jouaient à l’instinct, motivées par une confiance solide en l’avenir économique.

Le portrait s’est embrouillé ces derniers mois, entraînant une forte augmentation du coût de la vie et, conséquemment, des taux d’intérêt en hausse pour tenter de combattre l’envolée.

Dès les premiers signaux, j’ai martelé que cette inflation ne serait peut-être pas si transitoire et qu’il serait sage d’utiliser les liquidités accumulées pendant la pandémie. Les données sur la consommation démontrent toutefois que les dépenses des ménages ont augmenté de façon importante dans plusieurs secteurs par rapport à l’an passé.

La semaine dernière, nous avons évoqué le rôle des biais mentaux qui rendent les changements d’habitudes de consommation si difficiles à réaliser. Je vous invite cette
semaine à vous poser certaines questions et à penser différemment.

C’est le temps de vendre !

N’ayez crainte, ce n’est pas ce que vous croyez. La règle de base de l’investisseur demeure la même : il faut acheter quand les marchés sont bas et vendre lorsqu’ils sont hauts. Toutefois, il n’est pas exclu d’envisager de profiter de certaines bulles temporaires, comme celles qui s’observent dans le secteur immobilier et même du secteur automobile, pour passer à la caisse.

AutomobileFaire un profit avec un bien qui ne nous appartient pas est actuellement — et exceptionnellement — possible. Certains modèles de voitures sont tellement populaires que, même si vous louez votre voiture, vous pourriez l’acheter et la vendre vous-même. Si vous n’avez pas envie de jouer au vendeur, votre retour de location pour une voiture en bon état pourrait vous valoir un chèque intéressant chez le concessionnaire. Dépêchez-vous, toutefois, puisque les effets de la hausse des taux commencent à se faire sentir et que la demande pour des voitures pourrait diminuer dans les prochains mois.

Immobilier Avec la hausse des taux, les prix se sont stabilisés, conséquence de la diminution des ventes observée par rapport à l’an passé. Si vous habitez dans un secteur où la hausse des prix vous semble avoir gonflé de façon exceptionnelle, il serait approprié de réfléchir à la possibilité de passer à la caisse au plus vite. Les acheteurs sont moins nombreux à pouvoir se qualifier, il est vrai. Mais certains types de propriétés dans certains secteurs sont toujours rares et très recherchés. Cette possibilité est surtout intéressante pour les propriétaires qui souhaitent une maison plus petite afin de diminuer le fardeau d’entretien et les coûts afférents. Les retraités ou préretraités, ou encore les propriétaires multiples, semblent être les plus concernés, mais n’importe qui prêt à sacrifier une part de son confort actuel pour faire un gain à court terme pourrait l’envisager.

Biens usagés Enfin, vous pourriez profiter de cette période pendant laquelle la prudence est de mise pour faire le grand ménage de la maison, du chalet, du garage, et mettre en vente les biens en bon état qui ne servent plus. Il s’agit de profiter du contexte de l’expérience client peu intéressant actuellement — prix en hausse, service à la clientèle affecté par la pénurie de main-d’oeuvre, manque de stocks, etc. — pour renflouer les coffres de la famille tout en vous départant de ce qui n’a plus d’utilité. C’est l’occasion de pratiquer les principes d’une consommation plus écologique et de remettre en question le réflexe d’acheter tous nos biens neufs plutôt qu’usagés.

Épargner ou investir

 

Bien sûr, l’inflation actuelle ne s’explique pas uniquement par l’excédent de circulation de liquidités dans l’économie, ce qui rend la hausse des taux plus difficile à accepter pour plusieurs. Toutefois, il est possible de penser que, si les consommateurs n’adaptent pas leurs dépenses, les possibilités que les prix se stabilisent ou retrouvent un niveau plus bas seront plus faibles. De plus, « l’optimisme prudent » devrait amener tous les ménages (même les plus aisés) à faire preuve d’une certaine réserve devant l’incertitude des prochains mois, voire des prochaines années.

Si votre situation financière est plus privilégiée, le contexte actuel représente une fenêtre de possibilités très intéressante pour investir. Votre priorité actuelle devrait être d’augmenter vos placements boursiers de façon significative d’ici les prochains mois. Si vos revenus sont limités ou difficiles à augmenter, mettre sur pause ou reporter certaines dépenses vous permettra d’épargner des liquidités (et/ou de diminuer vos dettes de consommation) et potentiellement même d’accélérer la préparation de la retraite ou le financement de certains projets. J’appelle cela se payer en premier ! Voici un peu de matière à réflexion.

Rénovations Y a-t-il des travaux non urgents que vous pourriez reporter ? Avez-vous les moyens de dépenser pour votre seul confort ? Êtes-vous atteint du syndrome du voisin gonflable ?

Alimentation Est-ce que vous pourriez organiser votre cuisine de façon à réduire le gaspillage alimentaire ? Planifiez-vous suffisamment vos repas ? Fréquentez-vous les restaurants ? Diminuez les sorties au restaurant, le recours aux traiteurs.

Vacances Serez-vous vraiment plus reposés et aurez-vous du temps de plus grande qualité en famille ou en couple en faisant un voyage plus cher que prévu ? Voyagez-vous par habitude ou parce que votre budget vous le permet réellement ?

Enfants Est-ce que vos enfants seront vraiment plus épanouis avec des vêtements griffés ou en pratiquant des sports d’élite ? Peuvent-ils participer aux choix budgétaires de la famille ? Investir dans un REEE plutôt que d’acheter des biens matériels n’est-il pas un merveilleux cadeau à leur offrir ?

Enfin, est-ce qu’il faut se priver de tous les plaisirs ? Bien sûr que non. Les choix à faire seront basés sur les priorités de chacun. À vous de trouver votre équilibre entre présent et futur.

À voir en vidéo